Urbanisme

Smart city : les enseignements des villes pionnières, deux ans après

| Mis à jour le 21/06/2017
Par • Club : Club Techni.Cités

apinan - Fotolia

Le ministère a réuni le 14 juin les lauréats de l’appel à projet « démonstrateurs de la ville durable ». L’occasion de faire le point sur l’avancée des projets, deux ans après leur sélection.

Réaliser la ville durable de demain oui, mais comment ? Telle est la question à laquelle ambitionnaient de répondre les 16 démonstrateurs industriels pour la ville durable sélectionnés  par les ministères de l’Ecologie et du Logement en 2015 et 2016.  Le concept : des réseaux d’acteurs publics et privés devaient, avec le soutien de l’Etat, imaginer et créer la ville du futur. L’appel à projets visait avant tout à lever les verrous techniques, juridiques et financiers propres à la mise en œuvre des innovations, le volet financier étant lui assez limité (certains programmes ont pu bénéficier d’une aide à l’ingénierie dans le cadre de l’action « villes de demain » du PIA 2, pour une enveloppe de 1,7 millions d’euros).

Concrètement, le porteur de l’appel à projets (ici l’État) met en place une équipe dédiée à l’accompagnement des lauréats : d’une part, un référent national est nommé côté ministère et, d’autre part, un référent local des services déconcentrés en charge de l’aménagement assure la coordination avec le référent national. Outre la mise en place d’une équipe interministérielle dédiée, des groupes de réflexion dits « groupes verrous » ont été créés pour identifier les freins techniques et juridiques à la réalisation des projets. « Pour nous, c’est un changement radical », assure Paul Delduc, directeur général de l’aménagement, du logement et de la nature aux deux ministères. « L’idée, c’est d’être auprès des porteurs de projets cela repositionne l’État dans un rôle d’accompagnement, et de bienveillance auprès des porteurs de projets », assure-t-il.

16 démonstrateurs pour dessiner la ville durable du futur

Innover dans les process

Deux ans après, où en sommes-nous dans la concrétisation de ces démarches ? Hélène Peskine, secrétaire permanente du Plan urbanisme construction architecture (Puca), tire un bilan à mi-parcours plutôt positif. « Cela permet d’innover dans les  process on apprend à travailler ensemble sur des projets concrets », explique-t-elle. Même constat du côté des collectivités : « on peut faire remonter des difficultés, notamment sur le plan juridique. Cela permet aussi d’avoir du réseau, et ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
cet article est en relation avec
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X