Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gouvernance

La fusion inédite des départements des Yvelines et des Hauts-de-Seine aura-t-elle lieu ?

Publié le 15/06/2017 • Par Pascale Tessier • dans : Régions

bedier-devedjian-une
P. Tessier
Les élus départementaux devraient voter la fusion des Yvelines et Hauts-de-Seine avant la fin juin. Revue des étapes légales, réglementaires et techniques que devront franchir Patrick Devedjian et Pierre Bédier, et leurs équipes. Sous réserve de convaincre le gouvernement.

Les Yvelines et des Hauts-de-Seine devraient engager la fusion vendredi 30 juin, 17 mois seulement après avoir annoncé leur volonté de se rapprocher. Des fiançailles plus courtes que la période d’évaluation que les présidents Pierre Bédier (LR, Yvelines) et Patrick Devedjian (LR, Hauts-de-Seine) avaient envisagé lors de la création de l’établissement public interdépartemental (EPI 78-92)(1), dont “les inconvénients sont tels, justement, qu’ils incitent à la fusion. C’est plus complexe d’être en concubinage que mariés”, affirme Pierre Bédier qui cite en exemple la fusion des services de voirie, intervenue au printemps, que les collaborateurs auraient pu refuser dans le cadre du rapprochement, mais qui leur aurait été imposée sous la fusion.

Dans deux semaines, à la même heure à Versailles et à Nanterre, les deux assemblées se prononceront sur la fusion des deux départements. À Nanterre, les élus de gauche sont opposés à ce rapprochement. À Versailles – qui ne compte plus de groupe d’opposition – trois voix devraient s’opposer ou s’abstenir. Dans chaque département, c’est la perte d’identité, l’inutilité ou l’information tardive qui sont dénoncés, puisque ce projet n’a jamais été abordé lors de la campagne des élections départementales.

Pour autant, les opposants ne devraient pas menacer la décision qui doit recueillir l’accord des trois-cinquième des deux assemblées pour être adopté.

“On veut être dans le Grand Paris”

Ce vote ne constituera pourtant qu’une première étape, la décision finale revenant au gouvernement. Date de la mise en application, choix du nom, du numéro… les Yvelines et les Hauts-de-Seine pourront faire des suggestions, mais c’est un décret du conseil des ministres qui doit fixer les modalités de la fusion, sans obligation d’écouter les parties concernées. Pour l’heure, l’exécutif n’a pas fait savoir officiellement sa position sur ce projet de fusion.

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

Régions

5 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette
LeMoniteur
L’EPA Paris-Saclay lauréat de l’opération des « 100 quartiers innovants et écologiques » : plus de 2 M€ à la clef

L’EPA Paris-Saclay lauréat de l’opération des « 100 quartiers innovants et écologiques » : plus de 2 M€ à la clef

Dans le Grand Paris, à la découverte de l’architecture brutaliste

Dans le Grand Paris, à la découverte de l’architecture brutaliste

Ces 9 entreprises de la construction qui soutiendront l’animation culturelle autour du Grand Paris Express

Ces 9 entreprises de la construction qui soutiendront l’animation culturelle autour du Grand Paris Express

Commentaires

La fusion inédite des départements des Yvelines et des Hauts-de-Seine aura-t-elle lieu ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Pierrick Hamon

15/06/2017 03h20

Cette initiative n’a qu’un objectif : bloquer la suppression des départements de la petite couronne parisienne pour préserver les privilèges de quelques-uns. Je rappelle simplement que ces départements avaient été créé dans les années 60 pour briser ce qu’on appelait à l’époque la « ceinture rouge »… CQFD
Pierrick, Montreuil (93)

Alexis Comte

15/06/2017 11h08

A propos de la fusion des départements Yvelines et les hauts de seine. Voilà ce que déclare Pierre Bédier, président du conseil général des Yvelines à propos de la tenue d’un référendum :

« On sait très bien que ceux qui se déplacent ne viennent pas répondre à la question mais exprimer leur mécontentement général »,

C’est une belle vision de la démocratie. Est ce que je suis le seul à être choqué ? Avec de telles mentalités, rien d’étonnant à ce que notre « Non » de 2005 ait été violé avec le traité de Lisbonne de 2008. Je ne peux que saluer le gouvernement britannique qui a su respecter le vote des sujets de sa majesté.

Auparavant obligatoires, nous devons remercier notre cher président Hollande pour la suppression de l’obligation des référendums. La route vers la dictature et la suppression de la démocratie est donc bien en marche depuis un moment.

Mais la vrai raison des réformes territoriales, c’est Monsieur Asselineau qui la révèle avec les euros regions.

Bon visionnage.

Sources :

http://www.leparisien.fr/yvelines-78/conseil-departemental-le-projet-de-fusion-78-92-fait-grincer-des-elus-28-01-2016-5494841.php

http://referendum.alsace.over-blog.com/article-reforme-territoriale-suppression-du-referendum-le-peuple-dehors-124457347.html

https://www.upr.fr/conferences/reforme-territoriale-euro-regions

Pad

17/06/2017 03h10

Etonnant : le lien URL de la note n°1 concernant l’EPI 78-92 renvoie au document lui-même et non à la note qui reste elle non lisible. Y a-t-il une note ? Dysfonctionnement à corriger

Romain Mazon

20/06/2017 09h21

Bonjour

De notre côté, cela fonctionne correctement. Etes-vous connecté lors de la lecture ?

Cordialement

Pad

17/06/2017 03h16

Cette fusion est une ineptie en représentant un retour en arrière de plusieurs décennies. Pour rappel, 75 et 78 – appelés respectivement Paris et Seine-et-OIse – ont été éclatés pour prendre en compte entre autres la densité démographique. Et voilà que des politiques veulent revenir à l’âge de pierre sans concertation, faisant leur petite affaire… Est-ce avec cela qu’on veut réconcilier les Français avec leurs politiques, avec la politique, avec les institutions. Que fait et que dit le Gouvernement ?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X