Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Tour de chauffe pour le CFL avant la conférence nationale des territoires

Publié le 14/06/2017 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, France

André Laignel, président du CFL.
André Laignel, président du CFL. V. Vincenzo
La dernière séance du Comité des finances locales (CFL) avant la publication de son rapport annuel confirme quelques données de la loi de finances, cache mal un FPIC défaillant et souligne la bonne conduite des collectivités en matière de finances locales. Il en faudra plus pour améliorer le dialogue avec l’Etat alors qu'une conférence nationale des territoires se tiendra en juillet.

Le dialogue reste encore visiblement à améliorer entre l’Etat et le Comité des finances locales qui s’est plaint à nouveau de n’avoir eu certains documents (bilan du FPIC et de l’ODEDEL) inscrit à l’ordre du jour qu’à la dernière minute avant sa dernière cession, mercredi 14 juin.

Les membres ont toutefois pu prendre le temps de regarder le document envoyé par la DGCL sur le bilan de la répartition de la DGF 2017 qui confirme entre autres quelques montants 2017 significatifs.

11 % d’interco en situation de DGF négatives

Les communes contribuent par exemple à hauteur de 725 millions d’euros au redressement des finances publiques en 2017, représentant un effort de 0,93 % de leurs recettes réelles de fonctionnement. 439 communes seront en DGF négatives, c’est-à-dire que leur part de contribution au redressement des finances publiques pour 2016 et 2017 sera prélevé sur leur fiscalité pour un montant global de 26 533 151 euros.

Ce sera le cas pour « 11 % des intercommunalités » selon le président du CFL, André Laignel, qui en profite pour rappeler tout le mal qu’il pense du coefficient d’intégration fiscale (CIF), jugé inopérant pour apprécier l’effort d’intégration fiscale des communes en rapport à leurs capacités financières et fiscales.

Une carte intercommunale de tous les maux

La nouvelle carte intercommunale a bien eu des effets pervers induits, comme « nous l’avions redouté, mais sans jamais pouvoir le vérifier puisque nous n’avons jamais eu les simulations demandées », répète le président du CFL. Ainsi, 244 communautés de communes à fiscalité additionnelle auraient subi « une perte importante » de leur dotation d’intercommunalité. « C’était déjà le cas l’an dernier avec les communautés d’agglomération, mais le problème avait été à l’époque bien identifié et la loi de finances de 2017 a abondé ces EPCI de 70 millions d’euros supplémentaires pour compenser la baisse de l’enveloppe.

« Avec ces communautés à fiscalité additionnelle, rien n’a été modélisé », regrette André Laignel qui redoute une perte sèche pour ces EPCI. Un autre effet pervers suspecté mais qui n’a, là encore, pas été identifié : les conséquences des nouveaux schémas départementaux de coopération intercommunale (SDCI) sur le FPIC. « La DGCL nous a dit qu’il n’y a pas d’évolution réelle sur ce fonds, mais c’est normal puisque l’enveloppe a été maintenue donc ni la masse totale ni la proportion de perdants et de gagnants n’évoluent ».

S’appuyant sur le cas de sa communauté de communes (du Pays d’Issoudun, Indre) il assure que les collectivités à l’intérieur des groupes de perdants et de gagnants ont subi de véritables « bouleversements », probablement au détriment du tiers des EPCI n’ayant pas évolué. Il prône donc avec constance la création d’un système à double fonds, l’un dédié aux communes et l’autre aux intercos. « Mais le dossier n’a même pas été ouvert », se plaint-il.

En conséquence, André Laignel demande une étude dans les plus brefs délais sur la faisabilité de ces deux fonds de manière à « ne plus avoir d’attribution aléatoire en fonction des changements de périmètre ».

Conférence nationale des territoires en juillet

En attendant la livraison du très attendu rapport annuel de l’Observatoire des finances locales d’ici la mi-juillet, le CFL a d’ores et déjà un début d’été chargé, qui conditionne aussi son pouvoir d’influence. Il doit élire ses nouveaux membres d’ici fin juillet et répondre très vite à ses nouvelles missions élargies définies dans le cadre du nouvel Comité des finances et de la gestion publique locales.

Mais il attend aussi avec une certaine appréhension la nouvelle Assemblée nationale, fortement renouvelée, mais dont le président du CFL craint que ses membres, du fait du non-cumul des mandats, soient moins sensibles aux questions de finances locales que leurs prédécesseurs.

Enfin, il espère bien se faire entendre à la future conférence nationale des territoires, promise par Emmanuel Macron, qui pourrait être mise en place « dès le mois de juillet », même si elle laisse perplexe André Laignel. « Vu la prochaine assemblée, il est nécessaire de maintenir une capacité de dialogue entre les collectivités et l’Etat, mais si on ne nous propose que de la sueur et des larmes, il n’y aura pas de pacte. Il faudra que ce soit un vrai dialogue », prévient André Laignel.

Pour le moment, malgré ce constant manque de fluidité dans la transmission des dossiers, ce dialogue semble se renforcer rapidement : « l’agenda des ministres concernés par les collectivités se remplit très vite pour préparer cette conférence », glisse-t-il.

Les collectivités, bons élèves financiers

Donné en pleine séance du CFL, le bilan de l’ODEDEL (objectif d’évolution de la dépense locale) montre que les collectivités ont « été de bons élèves », ironise André Laignel. Les services de l’Etat ont ainsi constaté que les dépenses du bloc communal ont diminué en 2016 de 0,3 % quand l’Odedel prévoyait une progression de 1 %, soit une économie de 1,6 milliard d’euros. Les dépenses de fonctionnement se sont tassées quant à elles de 0,2 % pour une prévision de 1,1 %. La baisse de 1,2 % des achats et charges externe et des dépenses d’interventions (-2 ,1 %) expliquent cette chute : « c’est d’abord la baisse de l’investissement par manque de moyens qui est à l’origine de ces résultats », lance le président du CFL. Seules dépenses légèrement en hausse, celles de personnels à +1,2 %, poussées par la progression de ce poste dans les EPCI (+6,8 %).

 

 

 

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Tour de chauffe pour le CFL avant la conférence nationale des territoires

Votre e-mail ne sera pas publié

pov citoyen

15/06/2017 06h58

S’il y avait moins de comités « Théodule » aux noms toujours aussi incompréhensibles, l’information circulerait beaucoup plus vite. cqfd.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X