Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement du territoire

Les maires veulent garder la main sur les concessions de plage

Publié le 08/06/2017 • Par Caroline Garcia • dans : A la une, Actu juridique, France

Vacances au soleil
Fotolia
L’application du « décret plages » du 26 mai 2006 demeure contestée par les maires du littoral et les exploitants de concessions. La DSP accordée par l’Etat au groupe Veolia à La Baule ajoute à la polémique.

Onze ans après sa publication, le « décret plages » du 26 mai 2006 continue de troubler la quiétude du littoral français. Ce texte devait clarifier la situation des concessions de plage, ces établissements privés de restauration ou de services posés sur le sable des stations balnéaires. Au fil des ans, élus et exploitants avaient composé avec des règles à géométrie variable, comptant sur une remise en question souvent promise du décret, dont la mise en œuvre était repoussée.

Mais le renouvellement des marchés que les communes doivent passer pour autoriser les établissements à exploiter le domaine public signe la fin de la fête. « Nous souhaitons un aménagement du décret qui préserverait l’activité des plagistes sans dénaturer la loi littoral, assure Thierry Grégoire, le président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih).

Or, le décret de 2006 applique à l’aveugle un taux fixe d’occupation des plages et limite l’exploitation des établissements à une durée souvent trop courte ». L’Umih regrette que les spécificités des façades atlantique et méditerranéenne, comme le climat, ne soient pas pris en compte. L’association établit actuellement une cartographie du littoral français, dont l’ambition est de « pointer les problèmes, notamment en Provence-Alpes-Côte d’Azur et en Corse ».

Des assouplissements, pas des entorses

L’Anel, l’association nationale des élus du littoral, ne demande pas autre chose. ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Les maires veulent garder la main sur les concessions de plage

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X