Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Education artistique et culturelle

Que peut faire Françoise Nyssen en matière d’éducation artistique et culturelle ?

Publié le 31/05/2017 • Par Hélène Girard • dans : France

380 X 253 EAC rainbow CC0
CC0
Plusieurs signes indiquent que la nouvelle ministre de la Culture devrait s’intéresser de près à l’éducation artistique et culturelle (EAC). Elle devra compter avec les acteurs du secteur, qui ont déjà des propositions dans leurs cartons. Parmi ces derniers, le Collectif pour l’éducation par l’art avance des pistes pour la gestion des ressources. Il les a détaillées, en exclusivité pour Lagazette.fr

Quelle sera la politique de Françoise Nyssen en matière d’éducation artistique et culturelle (EAC) ? Nul ne le sait à ce stade. Cependant quelques indices laissent espérer que la nouvelle ministre de la Culture se restera pas insensible au sujet.

Affinités avec l’EAC

A commencer par son CV, où l’année 2015 correspond à deux événements liés à ce secteur :

  • l’entrée de la directrice d’Actes Sud au Haut-Conseil de l’éducation artistique et culturelle
  •  la création du Domaine du Possible, école alternative, implantée près d’Arles. Au-delà du débat suscité par la pédagogie de ce lieu (non conventionné avec l’Education nationale), les arts et la culture y tiennent une place centrale.

Par ailleurs, dès le 19 mai, lors d’une visite à La Villette (Paris),  la nouvelle ministre a qualifié l’EAC de « priorité du quinquennat », avant, d’évoquer, deux jours plus tard, dans un entretien avec le quotidien La Provence  sa conception des relations entre la Rue de Valois et la Rue de Grenelle, deux ministères souvent accusés d’entretenir des rapports de  rivalité. Elle y parle de l’EAC comme quelque chose de « fondamental ».

Le rapport éducation – culture m’importe énormément. Et je sais que cela importe aussi à ce nouveau gouvernement. J’ai tout de suite demandé à rencontrer mon collègue de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, pour voir comment réfléchir ensemble. J’ai participé pendant des années au Haut conseil de l’éducation artistique et culturelle et cette éducation-là doit se faire partout, tout le temps, dès le plus jeune âge. C’est l’une des priorités. C’est fondamental.

640 guitar lessons CCO

 

Une circulaire et un décret

En prenant connaissances des tout derniers textes publiés par le ministère de la Culture, la nouvelle ministre va en trouver deux relatifs à l’EAC, qui ont été publiés le 10 mai 2017. Passés inaperçus dans une actualité focalisée sur l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République trois jours plus tôt, ces deux textes, préparés par l’ancien gouvernement, vont dans le sens souhaité par les acteurs locaux. Il s’agit :

La circulaire émane des 4 ministères concernés : Culture, Education, Ville-Jeunesse et Sports, Secrétariat d’Etat chargé de la Ville. Elle synthétise les différents textes des dernières années et préconise quelques axes de gouvernance : les comités territoriaux de pilotage à l’échelle régionale, et les  comités locaux de pilotage. Des évolutions demandées par la députée (PS) de Gironde Sandrine Doucet, dans  son rapport intitulé « les territoires de l’éducation artistique et culturelle » et publié en février 2017.  La circulaire met par ailleurs l’accent sur EAC tout au long de la vie.

Le décret fait passer la composition  du Haut conseil de l’éducation artistique et culturelle de 24 à 31 membres, et les représentants de l’Etat de 8 à 11 personnes. Il fait par ailleurs entrer deux associations d’élus supplémentaires dans cette instance : France Urbaine  et l’ADCF. De quoi renforcer un peu plus le regard des collectivités dans le processus d’observation de ce secteur.

Exposition Sol LeWitt, Centre Pompidou Metz, © J.P. Dalbera CC BY SA 2.0

Exposition Sol LeWitt, Centre Pompidou Metz, © J.P. Dalbera CC BY SA 2.0

Examiner l’existant

Françoise Nyssen va devoir répondre à de très fortes attentes du côté des acteurs de l’EAC. « Nous voulons que la ministre regarde de près ce qui se fait déjà, insiste François Deschamps, DGA de la commune nouvelle d’Annecy (Haute-Savoie)  en charge de la culture et membre du Collectif pour l’éducation par l’art,  qui réunit artistes, universitaires et professionnels du secteur (1).

Or le bilan n’est pas totalement négatif, ce secteur faisant partie des domaines où  le quinquennat de François Hollande a été marqué par des avancées : présentation d’un plan national en 2012, mention de l’EAC dans la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République,  inscription dans une circulaire du principe d’un « parcours d’éducation artistique et culturelle« , élaboration d’une charte sur le sujet en juillet 2016 (à l’initiative du Haut conseil pour l’éducation artistique et culturelle).

Cependant, la réduction du budget du ministère de la Culture lors de la première partie du quinquennat précédent, la persistance d’une scission entre enseignements artistiques à l’école et EAC pendant le temps périscolaire, et un manque de structuration dans la mise en œuvre des projets au niveau territorial ont freiné la généralisation de ce secteur éducatif et laissé un sentiment d’inégalité et d’inachevé chez beaucoup d’élus locaux et de professionnels.

630 EAC child-painting CC0

Les nombreuses propositions des acteurs de l’EAC

Les propositions d’amélioration ne manquent pas. La ministre va disposer d’au moins trois documents pour travailler le sujet.

Dans son rapport publié en février 2017, la députée (PS) de Gironde Sandrine Doucet, a pointé ces lacunes et proposé des pistes d’amélioration.

De son côté, la Fondation Jean Jaurès a réuni, également en février dernier, des spécialistes du secteur pour examiner « pourquoi et comment aller plus loin ».

Enfin, le Collectif pour l’éducation par l’art, par la voix de Christine Bolze, ex-directrice d’ Enfance Art et Langage (2). Sa « contribution » intitulée « Vers une plateforme nationale et territoriale de l’éducation artistique et culturelle. Agir par la ressource, démultiplier par la coopération », que la Gazette peut publier en exclusivité, explore notamment la question du partage des connaissances et des bonnes  pratiques (ressources), avec 3 différents scénarii possibles (lire encadré).

Si Sandrine Doucet estime que l’EAC constitue un secteur « relativement peu onéreux », la Fondation Jean Jaurès estime, pour sa part,  que « l’essentiel ce sont […] des budgets dédiés et suffisants. » Crédits qui devraient englober un « plan Marshall de la formation des enseignants ».

Inconnues

« Il faudrait si possible des formations conjointes des enseignants (toutes disciplines confondues puisque l’enjeu est bien d’intégrer une dimension artistique et une dimension culturelle dans tous les enseignements) et des artistes et professionnels de la culture », complète François Deschamps, qui insiste sur la nécessité de « moyens financiers significatifs » pour la mise en œuvre des objectifs énoncés par l’Etat.

Planent, pour le moment, deux grandes interrogations : d’une part, la capacité de Françoise Nyssen à obtenir des crédits suffisants pour son ministère, en général, lors de la préparation du budget 2018, et, en particulier, pour l’EAC ; d’autre part, l’implication du nouveau ministre de l’Education nationale dans  ce domaine : Jean-Michel Blanquer est réputé très engagé pour l’acquisition des savoirs fondamentaux, moins sur les pédagogies artistiques.

Comment gérer les ressources de l’EAC ?

Basé sur l’identification des besoins formulés par les professionnels de l’éducation artistique et culturelle et l’analyse du secteur et des pratiques de terrain, la contribution du Collectif pour l’éducation par l’art (Vers une plateforme nationale et territoriale de l’éducation artistique et culturelle. Agir par la ressources, démultiplier par la coopération) rédigée par Christine Bolze, spécialiste de l’éducation artistique des tout-petits, comporte :

  • une typologie des ressources de l’EAC (statistiques, ressources scientifiques, bonnes  pratiques, formations etc.) ;
  • la création d’une plateforme nationale de gestion de ces ressources, relayées par des plateformes territoriales, et définissant des méthodologies de circulation des informations à l’ère numérique. Il s’ agirait de favoriser la localisation et le partage des connaissances, des compétences avec l’ensemble des partenaires dispersés sur le territoire national, ce qui permettrait une cohérence dans la production de services ou de documents secondaires aux ressources ;
  • trois scenarii pour la collecte et la gestion de ces ressources, que le collectif propose de mettre en débat.

Les trois options possibles seraient :

  • confier le service public des ressources  de l’EAC à l’Etat ;
  • répartir ces ressources via une structure  nationale (type agence, établissement public, GIP…) ou une mission interministérielle (par exemple via un portail), avec des relais régionaux, pour constituer un observatoire ;
  • déléguer ce service public des ressources, par exemple à l’Observatoire des politiques culturelles (OPC), les Drac et les régions étant alors chargés de co-constituer des plateformes  régionales.

« Actuellement, ces ressources sur l’EAC sont dispersées sur tout le territoire  et non traitées, explique François Deschamps. Et ces ressources manquent aux collectivités qui veulent  s’investir dans ce domaine. Il  existe, certes, les PREAC [Pôles de ressources pour l’éducation artistique et culturelle, ndlr] dans les différentes  régions, mais ils sont très spécialisés sur une thématique et n’ont pas de lien entre eux, il n’y a donc pas  de coordination et  de cohérence  d’ensemble. De plus, certaines collectivités sont éloignées du PREAC de leur région, et elles peuvent avoir besoin de ressources sur d’autres domaines que la spécialité de celui-ci.»

Voici comment faire pour s’inscrire à la newsletter Culture-Documentation

Une fois inscrit à la newsletter Culture-Documentation, vous la recevrez tous les 15 jours dans votre boîte mail.

Avant toute chose, vous devez disposer d’un compte personnel sur le site de la Gazette.

1-Allez sur la page d’accueil, et en haut à droite, cliquez sur « connexion ».

CONNEXION NL Capture

Puis remplissez les différents champs de renseignement présentés.

Si vous avez déjà un compte, connectez-vous comme d’habitude.

2- Une fois le compte créé, retournez dans « mon compte ».

Choisissez « mes newsletters et alertes forum »

ABONNEMENT NL Capture

Puis choisissez dans le menu la « Newsletter Culture & Documentation » dans le menu proposé.

JEMABONNE Capture

Merci pour votre abonnement !
http://www.lagazettedescommunes.com/504027/comment-sinscrire-a-la-newsletter-culture-documentation-2/

 

Thèmes abordés

Notes

Note 01 François Deschamps est co-auteur, avec l’universitaire Marie-Christine Bordeaux, de l’ouvrage : « Education artistique, l’éternel retour ? »,  qui plaide pour une recomposition des responsabilités de l'EAC centrée sur les collectivités. Il s’apprête à prendre sa retraite mais compte maintenir son engagement militant en faveur du développement de l’EAC. Membre du Collectif pour l’éducation par l’art, il est également administrateur de l’Association nationale de recherche et d’action théâtrale, milite pour le théâtre à l’école (ANRAT.  Retour au texte

Note 02 Enfance Art et Langage est une structure qui a déployé de l’EAC  dans les écoles de lyonnaises, avec des artistes en résidence jusqu’à l’été 2016. Ses activités ont pris fin avec l’arrêt des subventions de la ville de Lyon. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Que peut faire Françoise Nyssen en matière d’éducation artistique et culturelle ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X