Environnement

Transition écologique : Nicolas Hulot esquisse les contours de son programme

| Mis à jour le 31/05/2017
Par • Club : Club Techni.Cités

Flickr / crédits : Arnaud Buissou - MEDDE / SG COP21

Le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a prononcé son premier discours dans l’hexagone à l’occasion de la semaine du développement durable. En parallèle, le décret d’attribution a été publié au JO. Le nouveau ministre hérite d’un large éventail de missions.

Notre-dames-des-Landes, le nucléaire, les OGM… autant de dossiers « sensibles » que va devoir gérer le nouveau ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. En dehors de la gestion de ces « gros » dossiers, on en sait finalement encore très peu sur la feuille de route du ministre d’Etat. Quelles seront ses relations avec les collectivités ? Que va-t-il advenir des financements accordés jusqu’à présent aux territoires ?

Interrogé le 28 mai par le JDD, Nicolas Hulot s’est positionné comme l’héritier de la politique de transition énergétique initiée par le gouvernement précédent, se désignant comme « le gardien du temple » de [cette] loi ». Avec une nuance toutefois : le ministre a mis un point d’honneur à mettre en avant la dimension de « solidarité », inhérente selon lui aux valeurs de l’écologie.

(Re)définir les priorités

Une idée qu’il a réaffirmée lors de son premier discours lors de l’ouverture de la semaine du développement durable, le 29 mai 2017 à Paris. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si son ministère comporte à la fois les termes « d’écologie » et de « solidarité » dans son intitulé. « Le développement durable, c’est un enjeu environnemental, mais aussi un combat de société », a rappelé le ministre.

Celui-ci a également tenu à mentionner, dans son discours, « les précaires énergétiques, et ceux de la mobilité », qui « n’ont pas le choix », que ce soit parce que « pendant des années, ceux-ci ont été encouragés à acheter des voitures avec des moteurs diesel », ou bien ceux qui, faute de moyens suffisants, vivent dans des passoires énergétiques.

Précaires ou bien lotis, une chose est sûre : le nouveau ministre va devoir agir avec et surtout « pour » les territoires. Le décret d’attribution paru au JO du 25 mai 2017 le confirme, puisque l’éventail des compétences accordées à son ministère est large :

  • Protection, police et gestion des eaux ;
  • traitement des déchets ;
  • lutte contre le gaspillage alimentaire ;
  • réduction des nuisances sonores ;
  • prévention des risques majeurs d’origine technologique ou naturelle ;
  • « préservation de la qualité de l’air, sûreté nucléaire…

Autant de priorités mises en avant par le gouvernement Macron, et au sein desquelles les collectivités sont en première ligne.

Le gros du travail est à venir

A titre d’illustration, le chantier de la rénovation thermique des bâtiments s’annonce particulièrement laborieux, puisqu’il a fait l’objet de promesses ambitieuses de la part d’Emmanuel Macron pendant sa campagne. Mais sur ce dossier précisément, Nicolas Hulot va devoir œuvrer en binôme, puisque le décret précise que le ministre de la transition écologique et solidaire élaborera, « conjointement avec le ministre de la cohésion des territoires, […] les règles techniques, y compris thermiques, relatives à la construction des bâtiments et des ouvrages de génie civil ». Les deux ministères devraient donc travailler de concert sur ce chantier ambitieux.

Enfin, l’autre chantier à venir du quinquennat, celui des transports, fait l’objet d’un ministère à part entière. C’est Elisabeth Borne, ancienne présidente de la Ratp, qui en a pris la tête.

Le décret détaille toutefois que le ministère de l’Ecologie aura pour sa part la charge d’élaborer « les politiques de sécurité des infrastructures routières et de réglementation technique des véhicules », ainsi que « la politique d’intermodalité et veille[ra] en particulier au développement des plates-formes multimodales ferroviaires, fluviales et portuaires ».

Reste à savoir sous quels délais les réformes seront mises en œuvre. Mais Nicolas Hulot semble déterminé : « nous [le gouvernement précédent, NDLR] avons déjà fait énormément de choses. Nous en ferons encore beaucoup », a-t-il assuré.

Commentaires

2  |  réagir

31/05/2017 11h55 - Hay

Lors de notre achat d une maison nous voulions une maison aux normes d assainissement et nous avons trouve des agences immobilières ironisant sur notre demande 75% de propriétaires vendant des biens qui n étaient pas aux normes des diagnostics que l assainissement pas obligatoire et hors la loi on vend des maisons sans scrupule vous disant que le département ou la commune n est pas regardante de ces obligations pour notre part nous avons opté pour un constat avant la vente pour un coût de 300 euros cela devrait est obligatoire d être aux normes un premier pas pour l écologie

Signaler un abus
31/05/2017 01h57 - Emmanuelle Picaud

Bonjour,

Toutes nos excuses, il y a du avoir une erreur lors de l’enregistrement de la photo sur notre site. Les crédits ont été rajoutés.
Merci pour votre vigilance.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X