Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gouvernement

Zoom sur les conseillers ministériels de la planète Macron

Publié le 15/06/2017 • Par Arnaud Garrigues Hélène Girard Jean-Baptiste Forray Julie Clair-Robelet • dans : A la une, France

gouvernement-une
Gouvernement
A la veille de la victoire annoncée du mouvement présidentiel au second tour des législatives du 18 juin, la composition des cabinets des ministres et secrétaires d'Etat d'Emmanuel Macron se précise. Gros plan sur les hommes de l'ombre du quinquennat qui s'ouvre.

Edouard Philippe s’entoure d’anciens des cabinets de droite

Benoît Ribadeau-Dumas, directeur de cabinet du Premier ministre Edouard Philippe est un polytechnicien, diplômé de l’ENA dans la même promotion qu’Edouard Philippe.  Le nouveau directeur de cabinet de Matignon connaît bien les sujets des collectivités. Il a en effet été conseiller technique en charge de la réforme de l’Etat et de la décentralisation sous Jean-Pierre Raffarin entre 2002 et 2004.

Xavier Chinaud, conseiller relations politiques et relations avec les élus : un temps proche d’Alain Madelin, il a été conseiller aux études politiques à Matignon, lui aussi sous l’ère Raffarin.

Francis Decoux, conseiller technique Relations avec les élus a été chargé de missions relations institutionnelles et élus à France Urbaine. Fin spécialiste de la carte électorale pour feu l’UMP, il a été le directeur de campagne de Jean-Luc Moudenc lors des élections municipales de 2014 à Toulouse.

Eric Jalon, chef de pôle des affaires intérieures, a longtemps été à la tête de la direction générale des collectivités locales en pleine réforme de la taxe professionnelle pendant le mandat de Nicolas Sarkozy. Un temps directeur de cabinet du préfet de la Sarthe, il était depuis 2012 préfet de Haute-Savoie.

Mélanie Villiers, conseillère technique collectivités territoriales et aménagement du territoire : cette énarque est l’ancienne cheffe du bureau des concours financiers de l’Etat à la direction générale des collectivités locales. Elle a également été secrétaire générale du comité des finances locales avant d’être cheffe de cabinet du Préfet de la région Ile-de-France.

Aurélia Lecourtier-Gegout, conseillère budget, fonction publique et réforme de l’Etat auprès d’Edouard Philippe, est conseillère référendaire à la Cour des comptes depuis 2015. Elle a également été conseillère aux affaires économiques auprès de Serge Lavisgnes, secrétaire générale du gouvernement.

Diane Simiu, conseillère environnement à la fois pour l’Elysée et Matignon. Autant dire qu’elle va jouer un rôle important. Polytechnicienne, elle a par le passé occupé des fonctions au sein de WWF et du ministère de l’Environnement.

[Retour en haut]

Gérald Darmanin secondé par des collaborateurs de sa mairie de Tourcoing

Jérôme Fournel, directeur de cabinet de Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des comptes publics : cet énarque a commencé sa carrière à la direction du budget avant de rejoindre le quai d’Orsay. Il a travaillé aux côtés de Luc Ferry à l’Education nationale en tant que conseiller au budget et à la réforme de l’Etat. Il conseillera ensuite Jean-Pierre Raffarin à Matignon puis son successeur Dominique de Villepin.

Cécile Collin, cheffe de cabinet et conseillère auprès du ministre, est diplômée de l’Institut supérieur du management public et politique. Elle a d’abord été collaboratrice parlementaire de Gérald Darmanin à l’Assemblée avant de devenir sa directrice de cabinet à Tourcoing. Elle a également été conseillère technique aux Sports à l’époque de David Douillet.

Laurent Vercruysse, 46 ans, directeur adjoint du cabinet, a, lui, un vrai profil de territorial puisqu’il a été successivement DGS du département de Côte-d’Or (2011-2013), de la ville de Tourcoing (2014-2016) puis de la région Hauts-de-France aux côtés de Xavier Bertrand. Enarque, il a également été sous-préfet dans le Cantal et le Gard. C’est lui qui sera en charge du suivi de la fonction publique dans son ensemble.

Justine Coutard, 31 ans, directrice adjointe du cabinet, est une ancienne de Sciences-Po passée par l’ENA. Après un passage par l’Inspection générale des finances de 2011 à 2015, elle a rejoint le groupe Aéroports de Paris en tant que secrétaire générale de la direction générale opérationnelle avant d’être nommée directrice des finances, de la gestion et de la stratégie en décembre 2016.

Florian Colas, 28 ans, est conseiller pour les prélèvements obligatoires. Lui aussi énarque et diplômé de la rue Saint-Guillaume, il a rejoint l’Inspection générale des finances (notamment sur le financement des entreprises, la fiscalité et la réforme de l’État) puis le groupe Wendel en tant qu’associé en janvier dernier.

Mathieu Lefevre, 30 ans, conseiller en charge des relations avec le Parlement est un fin connaisseur du Palais Bourbon. Il y a en effet été chargé d’études « finances publiques » du groupe Nouveau centre (2009-2010) avant de rejoindre l’équipe de Gilles Carrez, lorsqu’il était rapporteur général du budget (2010-2012) puis président de la commission des finances (2012-2017). Il est diplômé en communication politique de l’ESCP et de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Alexandre Brugère, 29 ans, conseiller réforme de l’Etat et prospective, est un familier des collectivités locales. Il était en effet depuis 2014 à la fois adjoint au maire d’Asnières (Hauts-de-Seine, 90 000 hab.) tout en étant dans le même temps directeur de cabinet du président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand. Il a également été membre du cabinet de Christine Boutin, ministre du Logement et de la Ville.

Guillaume Rauffet, 33 ans, est conseiller budgétaire. Pur produit de Bercy qu’il a rejoint à sa sortie de l’ENA, il a successivement travaillé au bureau de l’enseignement supérieur et de la recherche, au bureau de la politique budgétaire et enfin à la direction du bureau des lois de finances.

Catherine Doumid, conseillère en charge de la communication, presse et opinion

Charlotte Locquet, conseillère technique chargée des affaires réservées et des déplacements.

[Retour en haut]

Richard Ferrand fait appel à des administrateurs territoriaux

Jean-Benoît Albertini, directeur de cabinet du ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand : d’abord conseiller technique chargé de l’aménagement du territoire et des collectivités de Jean-Pierre Raffarin de 2002 à 2004, il a, par la suite, dirigé le cabinet de Frédéric de Saint-Sernin, secrétaire d’Etat à l’Aménagement du territoire entre 2004 et 2005. Enfin, entre 2005 et 2008, Jean-Benoît Albertini œuvrait comme directeur, en charge de la coordination et de l’action interministérielle, adjoint au délégué interministériel à l’aménagement et à la compétitivité des territoires (Diact).

Marc Chappuis, directeur de cabinet adjoint en charge du pôle territoires : cet administrateur territorial, sorti de l’INET en 2001 a été directeur général des services du président de l’Association des maires de France, François Baroin à l’hôtel de ville de Troyes entre 2001 et 2006. Il a ensuite occupé les mêmes fonctions au conseil départemental du Maine-et-Loire présidé par un autre élu de droite Christophe Béchu. Marc Chappuis a rejoint l’administration d’Etat en 2009, devenant sous-préfet, puis, à partir de 2016 secrétaire général aux affaires régionales de l’Occitanie.

Valérie Mancret-Taylor, directrice de cabinet adjointe en charge du pôle ville, urbanisme et logement : cette architecte de formation gravitait jusqu’ici dans la sphère de l’urbanisme francilien. Valérie Mancret-Taylor a été, sous l’ère Huchon à la tête du conseil régional d’Ile-de-France directrice régionale de la planification (2008-2014). Elle a ensuite dirigé l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France (2014-2016). Depuis un an, elle était directrice adjointe de l’urbanisme à la ville de Paris.

Amaury Dumay, chef de cabinet : c’est un fidèle de Richard Ferrand dont il était l’assistant parlementaire à l’Assemblée nationale. Le nouveau chef de cabinet du ministre a également été le collaborateur de Gwenegan Bui, la doublure de Marylise Lebranchu au Palais-Bourbon lorsque celle-ci siégeait au Gouvernement.

Nicolas Larmagnac, conseiller spécial, était au cabinet du président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone en charge des questions liées à la réforme territoriale. Il a, auparavant, dirigé le cabinet du socialiste Claudy Lebreton à la présidence de l’Assemblée des départements de France (2008-2012). « Dircab » du président du conseil général du Puy-de-Dôme entre 2004 et 2008, Nicolas Larmagnac a aussi été directeur de la communication de « Que choisir » entre 1997 et 2004.

Dominique Consille, conseillère ruralité, villes moyennes, accès aux services et revitalisation : elle était secrétaire générale de la préfecture de l’Aveyron jusqu’ici. Elle a été notamment sous-préfète de Châteaulin dans le Finistère, au cœur du fief du ministre Richard Ferrand.

Sébastien Bécoulet, conseiller politiques sociales du logement, ville, renouvellement urbain durable, hébergement et inclusion était, au moment de sa désignation sous-préfet, chargé de mission pour la politique de la ville, l’emploi et la cohésion sociale à la préfecture de Loire-Atlantique. Auparavant, Sébastien Bécoulet a été chef du bureau de l’encadrement supérieur à la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP).

Clothilde Fretin-Brunet, conseillère stratégie et gouvernance des territoires, contractualisation, péréquation, métropoles et Grand Paris : cette administratrice territoriale, issue de la promo 2013 de l’INET, était depuis 2014 directrice générale adjointe de l’Essonne en charge de l’administration et des ressources. Clothilde Fretin-Brunet a également œuvré au Syndicat des transports d’Ile-de-France entre 2003 et 2009.

Koumaran Pajaniradja, conseiller construction, urbanisme, habitat et transition énergétique, était jusqu’à présent adjoint au sous-directeur de l’aménagement, du logement et de la nature au ministère du Logement et de l’Habitat durable.

Sybil Gerbaud, conseillère presse : cette diplômée de Sciences Po Paris était attachée de presse à la présidence de la République de la fin de l’ère « Hollande »

[Retour en haut]

Gérard Collomb : le très classique cabinet de l’Intérieur

Stéphane Fratacci, directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb : diplômé d’HEC et élève de l’Ena en 1987, il était auparavant préfet de la région Grand Est, préfet du Bas-Rhin. Il fut notamment adjoint au directeur général de l’administration et de la fonction publique au ministère de la Fonction publique, de la Réforme de l’État et de la Décentralisation de 1998 à 2001.

Directeur des libertés publiques et des affaires juridiques au ministère de l’Intérieur de 2001 à 2006, il est nommé préfet de l’Aisne en 2007, puis secrétaire général du ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire en 2009. Il devient préfet de la région Franche-Comté en 2012, préfet de la région Alsace, préfet du Bas-Rhin en décembre 2015. C’est à cette fonction qu’il s’est fait connaître : il a été en charge de la controversée gestion de l’affaire Léonarda, cette collégienne rom arrêtée par la police lors d’une sortie scolaire.

Nicolas Lerner, 39 ans, directeur adjoint du cabinet, était depuis août 2015 sous-préfet, coordonnateur pour la sécurité auprès des préfets de Haute-Corse et de Corse-du-Sud depuis août 2015. Cet énarque, promotion Léopold Sédar Senghor, la même qu’Emmanuel Macron, fut également directeur-adjoint de cabinet du préfet de police de Paris, Michel Gaudin, un intime de Nicolas Sarkozy, puis sous-préfet de Béziers.

Jean-Marie Girier, 33 ans, est nommé chef de cabinet, un poste qu’il occupait déjà auprès du maire de Lyon depuis 2014. Il était le directeur de campagne d’Emmanuel Macron. Nommé en 2007 chargé de mission relations institutionnelles à la direction des transports de la région Rhône-Alpes à partir de 2007, ce titulaire d’une licence de communication et d’un master de recherche en sciences humaines, a également été directeur de cabinet d’Alain Giordano, maire du 9e arrondissement de Lyon de 2008 à 2012.
Frédéric Jung, conseiller diplomatique, est l’ancien porte-parole de la représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne.

Simon Fetet, 35 ans, devient conseiller budgétaire, modernisation et administration territoriale. Il était depuis 2016 directeur du cabinet du secrétaire général du ministère de l’Intérieur. Cet énarque a commencé sa carrière en 2008 en tant qu’auditeur à la Cour des comptes, avant de devenir secrétaire général de la préfecture des Deux-Sèvres.

Grégoire Dulin, 42 ans, est nommé conseiller justice. Il était depuis 2014 procureur de la République de Villefranche-sur-Saône (Rhône). Diplômé de l’École nationale de la magistrature, il a notamment été vice-président du tribunal de grande instance de Marseille de 2011 à 2014.

Frédéric Jung, conseiller diplomatique, est l’ancien porte-parole de la représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne.

Sophie Dulibeau, devient conseillère presse et communication du ministre de l’Intérieur, après avoir occupée cette fonction auprès du garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas.

[Retour en haut]

François Bayrou s’entoure de fidèles de sa mairie de Pau

Édouard Geffray, 39 ans, directeur de cabinet du ministre de la Justice : cet ancien élève de l’ENA (promotion Romain Gary) entre au Conseil d’État en 2005. Il rejoint la Cnil en 2012 en tant que directeur des affaires juridiques, internationales et de l’expertise, avant d’en être nommé, la même année, secrétaire général.

Stéphane Hardouin, 45 ans, directeur adjoint du cabinet, était auparavant sous-directeur de la justice pénale à la direction des affaires criminelles et des grâces de la Chancellerie.

Pierre-Emmanuel Portheret, chef de cabinet, était secrétaire général de la préfecture du Morbihan depuis 2013. Il fut le directeur adjoint de la campagne de François Bayrou en 2012. Il a notamment été secrétaire général du groupe UDF à l’Assemblée nationale de 2002 à 2007 et directeur général des services du Mouvement démocrate de 2007 à 2013. Il a aussi été adjoint au maire du XVIe arrondissement de Paris en 2001, chargé de la vie scolaire.

Nicolas Pernot, conseiller spécial, était directeur général des services de l’agglomération Pau Pyrénées et de la ville de Pau. Il fut chef de cabinet de François Bayrou, lorsqu’il était ministre de l’Éducation nationale en 1994. Il fut également DGA du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques de 1998 à 2002 sous la présidence du même François Bayrou, puis directeur général des services de la Communauté d’agglomération havraise présidée par Édouard Philippe.

Delphine Sémavoine, cheffe de cabinet adjointe, était auparavant directrice des rencontres littéraires de la ville de Pau « Les idées mènent le monde » depuis 2014. Elle a également été directrice événementiel du Mouvement démocrate de 2007 à 2013.

Nicolas Heitz est nommé conseiller chargé de la coordination des politiques de la justice. Ce magistrat était jusqu’à présent détaché au ministère de l’Intérieur en tant que conseiller juridique du directeur général de la gendarmerie nationale.

Aurélia Schaff, conseillère chargée de l’Europe et des relations internationale, était auparavant cheffe du secteur « Espace judiciaire européen » au Secrétariat général des affaires européennes depuis 2014. Elle a également travaillé à la direction des affaires criminelles et des grâces de la Chancellerie.

[Retour en haut]

Françoise Nyssen confie la direction de son cabinet à un spécialiste des conflits

Marc Schwartz, l’homme qui a pris la direction du cabinet de la ministre de la Culture a un CV de médiateur bien fourni. A 53 ans, cet énarque s’est vu confier à plusieurs reprises des postes dans lesquels il s’agit de régler des conflits potentiels ou avérés entre des acteurs économiques culturels aux intérêts contradictoires : relations entre l’Etat, la Poste et les éditeurs de presse (2008) ; médiation entre ces derniers et Google (2012) ; négociation d’un mode de rémunération équitable de la musique en ligne entre artistes-interprètes, producteurs de phonogrammes et de plateformes et l’Etat (2015).

Depuis 2016, il était médiateur du livre, fonction où il s’agit de réguler la concurrence entre éditeurs privés et publics. Pendant la campagne présidentielle, Marc Schwartz était en charge du pôle Culture et médias de l’équipe du candidat Macron.

Deux autres conseillers seront suivis de près par les territoriaux et les élus locaux. D’abord Claire Guillemain,  nommée « conseillère en charge de l’action territoriale, du soutien à la création et aux artistes, et des relations sociales. » (1) Ensuite, Jean-Miguel Pire, conseiller à l’éducation artistique, l’accès à la culture, le livre et la lecture, deux secteurs sur lesquels la nouvelle ministre est très attendue.

La première sera l’œil de Françoise Nyssen pour les politiques et les crédits de la Rue de Valois qui transitent par les directions régionales des affaires culturelles (Drac). Depuis 2016, Claire Guillemain pilotait la Cité musicale de Metz, après avoir assuré la direction administrative de plusieurs orchestres. Par ailleurs, elle s’est impliquée dans plusieurs syndicats professionnels des secteurs de la musique et du spectacle vivant, notamment à la tête du Profedim (Syndicat professionnel des Producteurs, Festivals, Ensembles, Diffuseurs Indépendants de Musique) et de la Fesac (Fédération des entreprises du spectacle vivant, de la musique, de l’audiovisuel et du cinéma).

Le second arrive avec dans son bagage son expérience de rapporteur du Haut-Conseil pour l’éducation artistique et culturelle. Sociologue, il enseigne à l’Ecole pratique des hautes études.

Loïc Turpin est chef de cabinet. Il a été chargé d’études, de 2007 à 2008, à la coopération des territoires et à la direction du développement économique et de l’emploi à la Ville de Paris.

Laurence Tison-Vuillaume est, elle, directrice-adjointe du cabinet, qui est issue du sérail puisqu’elle était, depuis 2013, cheffe de service adjointe à la direction générale de la création artistique Rue de Valois. Elle a été adjointe (PS) au maire de Rouen en charge de la culture et siégé sous l’étiquette PS au conseil régional de Haute-Normandie de 2007 à 2015

Pierre-Emmanuel Lecerf a été nommé conseiller en charge du numérique, des industries culturelles et des médias. Il vient du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC).

[Retour en haut]

Nicolas Hulot promeut des collaborateurs de sa fondation

Michèle Pappalardo, 61 ans, directrice de cabinet du ministre de la transition écologique et solidaire : énarque et magistrate à la Cour des comptes, elle fera bénéficier Nicolas Hulot de son expérience et de sa connaissance du fonctionnement et de la gestion de l’administration. Elle a été par le passé directrice de l’Ademe (2003-2008) et commissaire générale au développement durable (2008 à 2012).

Anne Rubinstein, 55 ans, cheffe de cabinet du ministre : elle a occupé cette même fonction de chef de cabinet auprès d’Emmanuel Macron, lorsqu’il était ministre de l’Économie (2014-2015), puis de Najat Vallaud-Belkacem au ministère des Droits des femmes (2012 à 2014). Elle a également été cheffe de cabinet du président du conseil général de l’Oise, du président du conseil général de Seine-Maritime (2007- 2010) puis du président du conseil régional d’Île-de-France, Jean-Paul Huchon (2010-2012).

Le reste du cabinet du ministre de la Transition écologique et solidaire a été annoncée par un arrête publié au JO le 16 juin. Il s’agit de :

Thomas Lesueur, directeur du cabinet adjoint, en charge du budget, des finances, des ressources humaines et de l’économie sociale et solidaire. Ce magistrat à la Cour des comptes est passé par direction des services judiciaires du ministère de la Justice, en tant que chef de service adjoint,et a occupé plusieurs postes au ministère de la Défense.

Benoit Faraco, conseiller spécial et en charge des négociations internationales sur le climat. C’est un fidèle de Nicolas Hulot, qui occupait précédemment un poste de responsable du programme climat à la Fondation pour la Nature et l’Homme (ou Fondation Nicolas Hulot, FNH)

Denis Voisin est un autre membre FNH – où il occupait la fonction de porte parole – qui fait son entrée au ministère.  Il est nommé conseiller en charge de la société civile, des questions de santé-environnement et des risques.

Laurent Grave-Raulin est confirmé dans ses fonctions de conseiller parlementaire et des relations avec les élus. Cet avocat de formation spécialisé en droit de l’environnement et droit du numérique occupait déjà cette fonction depuis 2014. Auparavant, il travaillait également auprès de Ségolène Royal, au sein du cabinet de la présidente de la région Poitou-Charentes (2011-2014).

Les autres membres du cabinet sont :
Alexis Tudor, conseiller diplomatique
Justine Roulot, conseillère en charge de la biodiversité, de l’eau, de la mer et des territoires Xavier Ploquin, conseiller en charge de l’énergie, de l’industrie et de l’innovation
Carine Lecœur, conseillère presse et communication.

 

[Retour en haut]

Elisabeth Borne pioche dans les spécialistes du transport

Marc Papinutti, 58 ans, directeur de cabinet de la ministre des Transports, avait récemment été bombardé à la présidence du conseil d’administration de la Société du Canal Seine-Europe (2 mois) et occupé pendant 7 ans le poste de directeur général de Voies navigables de France. Cet ingénieur de l’Ecole nationale des travaux publics de l’Etat (ENTPE) connait très bien ce ministère pour y avoir été directeur des infrastructures de transports (2008-2010) et conseiller technique (2007-2008).

Julien Dehornoy, directeur adjoint de cabinet est un ancien de la SNCF où il fut directeur des lignes des transiliens D et E et directeur de cabinet du président.

Aymeric Lang, chef de cabinet.

Charlotte Leroy, conseillère en charge des relations avec le Parlement et les élus : elle fut auparavant collaboratrice parlementaire à l’Assemblée nationale (2011-1017) et chargée de mission Pôles métropolitains-Conférence des villes à l’association France Urbaine (2011).

Benjamin Maurice, conseiller social

Yoann La Corte, conseiller en charge de l’aérien, du budget et du transport maritime

Jonathan Gindt, conseiller diplomatique

Aymeric Chassaing, conseiller communication et médias.

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 Le dernier item de l’intitulé des fonctions de Claire Guillemain fait référence aux dossiers sociaux, dont celui du régime de l’intermittence. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Zoom sur les conseillers ministériels de la planète Macron

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X