Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gouvernement

Gérald Darmanin à Tourcoing : un chamboule-tout finalement bien accepté

Publié le 22/05/2017 • Par Géraldine Langlois • dans : A la une, Régions

Darmanin
cc UMP
La nomination de Gérald Darmanin au Ministère de l'action et des comptes publics suscite les interrogations des agents de sa mairie à Tourcoing. S'il a su travailler en bonne intelligence avec ses services malgré des débuts difficiles, les chantiers sont suspendus à la nomination de son successeur.

L’arrivée de Gérald Darmanin (32 ans), en 2014, à la tête de cette ville de 95 000 habitants dirigée depuis 25 ans par le PS, a sonné l’heure des bouleversements dans la gestion des ressources humaines municipales. « Il a voulu marquer son arrivée par de gros changements, très rapides », note Johny Dorez, secrétaire général de FO-Municipaux de Tourcoing, le syndicat majoritaire à la mairie.

Le reclassement dès le tout début du mandat des deux chauffeurs du maire, plus symbolique que massif, a en tout cas frappé les esprits : le changement de cap était donné.

Le grand chamboule-tout des directeurs de service

Plus largement, la refonte des organigrammes municipaux, promise pendant sa campagne et toujours en cours, a parfois déstabilisé les agents. La réorganisation des postes de directeurs, en juin 2016, a été qualifiée par certains de « mercato ». L’ouverture de nouvelles directions, moins nombreuses que le nombre de directeurs a fait grincer des dents… En effet, tous ont dû candidater et proposer trois choix rappelle Johny Dorez. Une pratique proche du management dans le secteur privé.

Un temps inquiets, les chefs de service ont échappé à une procédure similaire. Malgré ces tensions, pas de grève à signaler. Et du côté de FO, pas de remise en cause fondamentale du bien fondé de la démarche de resserrement des organigrammes.

Une évolution parfois difficile à avaler pour les agents

Pour autant, « cela a fait des dégâts humains, poursuit le syndicaliste FO. Personne n’a été mis à la porte, mais cela a poussé certaines personnes à aller voir ailleurs. »

Pour certains agents – beaucoup n’avaient connu que des maires PS – le changement a été long à digérer. « Ça a été un peu lourd, admet Didier Vanachte, secrétaire général de la Fédération autonome de la fonction publique territoriale (FA-FPT) des agents municipaux de Tourcoing (troisième force syndicale municipale, NDLR). Des directeurs sont devenu responsables pôles… » Ces ascensions fulgurantes ont « parfois choqués », la méthode étant peu appréciée des agents.

Un édile à l’écoute des fonctionnaires…

Sur le plan du dialogue syndical, les représentants de FO et de la FA-FPT s’accordent pourtant sur la bonne qualité du dialogue social.

Gérald Darmanin « est un maire qui est à l’écoute. Quand on le sollicite, il nous reçoit, et dans des délais raisonnables, souligne Johny Dorez. C’est un homme de dialogue. »
« Il dit ce qu’il fait et il fait ce qu’il dit, ajoute Didier Vanachte. Bien sûr, on s’est défendus car il voulait mutualiser au maximum, économiser au maximum. Mais quand on avait des revendications, il nous écoutait. On n’avait pas besoin aller jusqu’à la grève », remarque-t-il. Pas de passage en force du nouvel édile donc.

Et le syndicaliste d’évoquer sa « bienveillance » et le « respect mutuel » lors des échanges avec le maire. Des aspects « différents de ce qu'[il] a connu » lors des précédentes mandatures.
La CFTC, cependant, a critiqué un dialogue social « opaque » et des sanctions excessives contre des agents…

… mais qui n’est pas encore parvenu à une gestion RH optimale

Au-delà de la refonte des organigrammes, la Chambre régionale des comptes a soulevé dans un rapport plusieurs points noirs de la gestion RH : temps de travail des agents municipaux inférieur à la réglementation, des jours chômés en trop grand nombre, un absentéisme trop fort, les horaires de travail pas assez contrôlés… Souvent un héritage des précédents maires.

Autant de raisons pour organiser une grande conférence sociale avec les agents et la discussion d’un protocole d’accord. « Les idées des syndicats ont été entendues » estiment les représentants FO et FA-FPT. Tout en se demandant ce qu’il adviendra de ces chantiers, ouverts mais pas encore aboutis.

Des chantiers qui restent en suspens

Même son de cloche pour le projet de nouveau centre administratif, évoqué depuis de nombreuses années et que Gérald Darmanin avait promis de faire aboutir. « Le projet avait fait sensation auprès de l’ensemble des agents, se rappelle Johny Dorez. On a vu des plans, on en était presque à choisir des peintures et le maire avait promis de trouver les financements nécessaires », explique le syndicaliste. « Aujourd’hui, on n’en entend plus du tout parler, on a l’impression que le projet est enterré. Mais peut-être qu’il trouvera plus facilement l’argent nécessaire comme ministre ? », se demande-t-il à haute voix.

D’autres inquiétudes pointent. Sur l’identité du futur maire d’abord, même si le nom de Doriane Becue (31 ans), adjointe aux Affaires sociales et à la petite enfance, circule. Lorsqu’il a été élu conseiller régional, Gérald Darmanin a emmené « avec lui » son DGS, Laurent Vercruysse, qui occupe maintenant ce poste au conseil régional. La probabilité qu’il réitère ce geste à Bercy inquiète, car cela impliquerait de reconstruire de nouvelles relations et reprendre tous les dossiers un à un.

Un travail de longue haleine qui risquerait de ralentir d’autant l’avancement des projets engagés.

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Gérald Darmanin à Tourcoing : un chamboule-tout finalement bien accepté

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X