Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Prévention de la radicalisation

Les travailleurs sociaux « ne doivent pas devenir des auxiliaires de police » (CNCDH)

Publié le 24/05/2017 • Par Julie Clair-Robelet • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

Alzheimer manipulation secte mental cerveau -UNE
Sangoiri / Fotolia
Dans un avis adopté le 18 mai, la Commission nationale consultative des droits de l'homme dénonce les risques d'atteintes aux libertés des politiques de prévention de radicalisation. Elle pointe notamment "la contamination du champ de l’action sociale par les impératifs du renseignement" et appelle les pouvoirs publics à "respecter la mission centrale des travailleurs sociaux".

« Une approche sujette à caution », « un risque de dérive vers un contrôle social généralisé » ou encore « des programmes attentatoires aux droits et contre-productifs ». La critique émise par la CNCDH (Commission nationale consultative des droits de l’homme) contre les politiques de prévention de la radicalisation est virulente.

Dans son avis du 18 mai, elle dénonce notamment la conception de la radicalisation « contestée et contestable » du Secrétariat général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation, pour qui « il existe un continuum nécessaire entre l’adhésion à une idéologie et une action violente ».

Garantir l’autonomie des acteurs sociaux

Ce présupposé a conduit, selon la CNCDH, à l’élaboration de grilles de détection des personnes radicalisées ou en voie de radicalisation qui favorisent « l’extension du champ des suspects au-delà de ce qui est nécessaire à la lutte contre le terrorisme ». Pour la Commission, la mise en place de ces grilles s’accompagne d’un « débordement des services de renseignement dans le domaine de l’action sociale, qui risque d’être contre-productif pour la prévention de la radicalisation ».

Elle dénonce ainsi le fait que des éducateurs spécialisés soient amenés à assurer, pour le compte de la cellule de suivi préfectorale, une mission de surveillance et de remontée d’informations, contrairement aux règles de respect de la confidentialité.  Elle rappelle que les travailleurs sociaux « ne doivent pas devenir des auxiliaires de police ou des services de renseignement »

Parmi ses 17 préconisations, la Commission demande donc que ce processus de signalement se fasse « a minima dans le strict cadre déontologique de droit commun ». Le travailleur social doit ainsi pouvoir « apprécier le risque de basculement dans la délinquance et la stricte proportionnalité des transmissions d’information par rapport aux finalités de l’action éducative ». Sa hiérarchie doit être associée à la décision de signalement qui doit, « si possible, être collégiale ».

Le travailleur social doit, enfin, être informé des suites données à son signalement, notamment en matière de suivi social. Pour la CNCDH, ces recommandations doivent permettre aux pouvoirs publics de cesser de « porter atteinte au cœur de métier des travailleurs sociaux ».

Confusion entre renseignement et protection de l’enfance

La CNCDH dénonce par ailleurs un autre « mélange des genres » avec le numéro vert « Stop Djihadisme » mis en place par le gouvernement en 2014 pour les personnes confrontées à la radicalisation d’un proche. Ce numéro a vocation à orienter les familles « en cas de question ou de doute face à un changement d’attitude ».  Le caractère « extrêmement vague » de cet intitulé peut favoriser « un climat de suspicion dans les familles, tant à l’égard des enfants que des pouvoirs publics » et même accentuer des « comportements de repli susceptibles d’accélérer un processus d’endoctrinement ».

La Commission s’inquiète donc d’une « dérive sécuritaire des pouvoirs publics qui engendre une confusion entre le renseignement et la protection de l’enfance ». Elle recommande de transférer ce numéro vert au SNATED (Service national d’accueil téléphonique pour l’enfance en danger), qui gère déjà le numéro 119 pour l’enfance en danger.

L’objectif est de déconnecter cette plateforme téléphonique des services de police et de renseignement. La CNCDH rappelle ainsi que la question de la radicalisation « appelle une approche plus globale, attentive au maintien du lien social, dans le respect des droits et des convictions de chacun ».

Opposition à la transmission d’informations aux maires

La CNCDH se montre défavorable à la proposition de créer un nouveau fichier spécialisé permettant « le criblage des profils au profit des collectivités territoriales » faite par les sénateurs Jean-Marie-Bockel  (UDI) et Luc Carvounas (PS) dans leur rapport présenté en avril dernier. Ce fichier spécifique regrouperait des informations des fichiers existants (FIJAIT, FPR, FSPRT) qui seraient portées à la connaissance des élus locaux dans l’exercice de leurs fonctions, notamment d’employeurs. Un maire souhaitant procéder à un recrutement pourrait ainsi y accéder et disposer de toutes les informations nécessaires.

La Commission s’inquiète de l’utilisation qui pourrait être faite de ce fichier et pointe « le danger » qu’il pourrait représenter pour les libertés. Elle estime que cette proposition « ferait peser sur le respect de la vie privée une atteinte manifestement disproportionnée par rapport à l’objectif de sécurité ».

Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les travailleurs sociaux « ne doivent pas devenir des auxiliaires de police » (CNCDH)

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X