Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Social

Personnes âgées : un désengagement alarmant des départements

Publié le 23/05/2017 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

personnes-agees-vieillesse-UNE
PublicDomainPictures / Pixabay CC
Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 1,3 million de personnes âgées dépendantes aujourd’hui, le double en 2060. Alors que les besoins en financement de la dépendance vont mécaniquement augmenter, les départements qui en sont les principaux contributeurs, se désengagent de plus en plus en réduisant, à bas bruit, les moyens alloués aux établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).
Claudy Jarry

Claudy Jarry

président de la Fédération nationale des associations de directeurs d’établissements et services pour personnes âgées (Fnadepa)

Cette tendance de fond, constatée par la Fnadepa, impacte déjà des établissements au détriment de la qualité d’accompagnement des résidents. Car, au-delà du personnel, ce sont toujours les personnes âgées qui en pâtissent.

L’aide sociale sous pression

Le mécanisme se répète au gré des réformes. La loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement et les aides à l’emploi du secteur privé, via le crédit d’impôt de taxe sur les salaires (CITS) et celui pour la compétitivité et l’emploi (CICE), ont débloqué des enveloppes complémentaires – bien qu’en dessous des besoins réels, notamment pour les Ehpad.

Mais, en parallèle, certains conseils départementaux, sous contrainte parfois, baissent leurs dotations aux établissements et font de plus en plus pression pour que ceux-ci se « déshabilitent » de l’aide sociale. Cet hiver, des départements arguaient même des économies du CITS pour baisser les tarifs d’hébergement des établissements habilités à l’aide sociale, à rebours de la volonté du législateur.

Le dernier coup de boutoir en date est venu de la réforme de la tarification des Ehpad. Elle instaure une nouvelle équation tarifaire de la dépendance, comprenant désormais une valeur moyenne de référence fixée par chaque département. Une véritable cacophonie, les conseils départementaux appliquant la réforme chacun à sa manière. La valeur de référence, calculée sans transparence, varie de moins de 5,50 euros dans les Alpes-Maritimes à plus de 8 euros dans la Creuse, selon les premiers retours des établissements.

Nivellement vers le bas du financement

Plus encore, certains départements en profitent pour niveler par le bas leur financement. Pour les Ehpad dont les forfaits dépendance sont supérieurs à la moyenne départementale, c’est la double peine. La baisse des dotations, conjuguée à l’obligation de convergence, se traduit par des réductions de budget importantes, et ce, pour les sept ans à venir. A la clé, ce sont des personnels en moins et une qualité d’accompagnement amoindrie.

Face à cette situation, la Fnadepa s’inquiète. Elle demande plus de transparence dans le financement de la dépendance, notamment avec la transmission de toutes les composantes du calcul de la valeur de référence. Elle réclame aussi une révision de l’équation tarifaire qui, en l’état, ne tient pas compte de la réalité des situations. Enfin, elle recommande plus d’homogénéité dans les pratiques, appelant l’Assemblée des départements de France à en être le chef de file.

Certes, les départements sont parfois exsangues. Mais nos aînés fragilisés ne doivent pas, une nouvelle fois, être victimes de contraintes budgétaires. Aux conseils départementaux, malgré les tensions financières, de trouver des solutions pour être à la hauteur des enjeux du vieillissement. Les Ehpad, eux, relèvent ce défi tous les jours.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Personnes âgées : un désengagement alarmant des départements

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X