Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Edito] Présidentielle

Et maintenant, ressouder les fractures

Publié le 12/05/2017 • Par Romain Mazon • dans : France

380 X 253 Macron-UNE
Gouvernement CC BY SA 3.0
Au lendemain de l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, retour sur les enseignements du scrutin et les fractures qu'il met en évidence.

On pourra gloser sans fin sur le fait de savoir si Emmanuel Macron a été bien ou mal élu. Avec 43 % des inscrits votant pour lui au second tour, il ne réunit pas une majorité sur son nom, entend-on. Peut-être, mais d’autres rétorqueront que c’est le président le mieux élu depuis 2002, avec 20,7 millions de bulletins. Jacques Chirac, à l’époque, contre le père de Marine Le Pen, et avec la mobilisation d’un front républicain, avait rassemblé 25,5 millions de voix.

Reflux du FN vers les campagnes

Un phénomène apparaît en revanche clairement à l’issue des deux tours de l’élection présidentielle : à la fracture sociale diagnostiquée par Jacques Chirac en 1995 – et qui, loin d’être résorbée, a plutôt été aggravée – s’ajoute une fracture territoriale, qui saute aux yeux. Ainsi donc, le vote FN s’installe dans les Hauts-de-France, le Grand Est et le pourtour méditerranéen. Le mouvement était en marche, si l’on peut dire, depuis quelques scrutins.

Plus récent, en revanche, est celui que pointe le géographe Hervé Le Bras : « Jusqu’en 2007, le vote frontiste était plutôt ancré dans les villes. Il existe aujourd’hui un reflux du FN vers les campagnes les plus reculées. C’est la première fois que les différences de vote sont aussi marquées entre les villes et la ruralité ou le périurbain. »

Effritement du vote Macron en périphérie des villes

Emmanuel Macron emporte effectivement massivement ­l’adhésion dans les aires urbaines, mais cette adhésion s’effrite au fur et à mesure que l’on s’éloigne des centres-villes.

Les grandes villes et les quartiers prioritaires de la politique de la ville sont le théâtre d’un autre comportement, nouveau, des Français, décrit par la directrice de Sciences-po Saint-Germain-en-Laye, Céline Braconnier dans une interview au monde : « En 2007, il y avait cinq points d’écart entre la participation des villes où l’on vote le moins et celles où l’on vote le plus. Cet écart est passé à vingt points en 2017. » De fait, l’abstention et le vote blanc (multiplié par quatre entre les deux tours) ont mobilisé, au soir du 7 mai, plus d’électeurs que Marine Le Pen.

Un monde rural et des petites villes peu convaincus par les projets du nouveau président, des quartiers prioritaires qui ne choisissent pas… Emmanuel Macron et son gouvernement auront tout intérêt à tenir compte de ces fractures, tout comme les décideurs locaux.

Pour une analyse fine et exhaustive du scrutin dans les grandes villes, lire : Présidentielle 2017. Les votes des grandes villes au microscope – sur metropolitiques.eu

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Et maintenant, ressouder les fractures

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X