Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Travailleurs détachés illégaux

Le « noyau dur » réglementaire de lutte contre les travailleurs détachés illégaux renforcé

Publié le 10/05/2017 • Par Jean-Marc Joannès • dans : Actu juridique, France

2169009102_bba56989ff_o
Flickr cc by Thomas McGowan (recadré)
Juste après une instruction du 27 avril 2017 sommant les préfets d’enclencher des actions contentieuses contre les délibérations de collectivités ayant recours à la « clause Molière », le gouvernement vient de prendre un décret renforçant la lutte contre les prestations de services internationales illégales.

Le recours illégal à des travailleurs détachés aura particulièrement alimenté le débat électoral. Au point de voir la réglementation renforcer, en moins d’une semaine, le dispositif réglementaire : coup sur coup, et en ordre inversé, le gouvernement a pris une instruction puis un décret.

L’instruction du 27 avril 2017 rappelle, en réponse à l’un des arguments mis en avant par les défenseurs de la « clause Molière »,  que le droit du travail prévoit d’ores et déjà un dispositif pour lutter contre l’emploi irrégulier des travailleurs détachés.  Des dispositions qui  rendraient donc inutile l’utilisation, « en tout état de cause  illégale », des instruments de la commande publique pour maîtriser le recours au travail détaché. Le droit du travail français propose « un noyau dur de dispositions », qui impose aux maîtres d’ouvrages et aux donneurs d’ordres un devoir de vigilance. Le décret 2017-825  du 5 mai 2017 précise et renforce, à point nommé, celui-ci.

Sous-traitant et travail temporaire

Le décret du 5 mai 2017 renforce les obligations des maîtres d’ouvrages et des donneurs d’ordre. Ainsi, le maître d’ouvrage doit demander au sous-traitant ou à l’entreprise exerçant une activité de travail temporaire établi hors de France, avant le début de chaque détachement d’un ou de plusieurs salariés sur le territoire national, une copie de la déclaration de détachement.

Le nouvel article R. 1263-8-1 du Code du travail précise que la déclaration d’emploi de salariés détachés doit comporter le nom, la raison sociale, l’adresse postale et électronique, les coordonnées téléphoniques du siège social, ainsi que l’identité du représentant légal de l’entreprise de travail temporaire.

Accident du travail

Parmi ce «  noyau dur » de dispositions permettant, selon l’instruction du 27 avril 2017, de lutter contre l’emploi illégal de travailleurs détachés, figure la procédure de déclaration d’accident du travail dont est victime un salarié détaché. Le décret du 5 mai 2017 précise le contenu de cette déclaration, qui doit être faite dans un délai de deux jours : nom ou  raison sociale ;  adresses postale et électronique ; coordonnées téléphoniques de l’entreprise ou de l’établissement qui emploie habituellement le salarié et  références de son immatriculation à un registre professionnel ou toutes autres références équivalentes (nouvel article R. 1262-2 du code du travail)

Arrêt temporaire de chantier

La mesure d’arrêt temporaire de chantier est étendue aux autres chantiers. Ainsi, selon le nouvel article R. 8272-9 du code du travail, l’arrêt de l’activité de l’entreprise est décidé par le préfet du département dans le ressort duquel a été constaté le manquement ou l’infraction, ou, à Paris, par le préfet de police, mais le préfet peut aussi décider de l’arrêt de l’activité sur un autre site de l’entreprise où un chantier est en cours.

Information des travailleurs…  dans toutes les langues !

D’une part , le décret  détermine les caractéristiques du document d’information devant être remis au salarié détaché en même temps que sa carte d’identification professionnelle dans le BTP, ainsi que les informations devant figurer sur les déclarations préalables de détachement. D’autre part, le nouvel article D 1263-21 du Code du travail oblige l’employeur à fournir aux salariés détachés les informations sur la réglementation française de droit du travail applicable (durée du travail, de salaire minimum, hébergement, prévention des chutes de hauteur, équipements individuels obligatoires et existence d’un droit de retrait). L’affiche doit aussi préciser les modalités selon lesquelles le salarié peut faire valoir ses droits.

Ces informations, traduites dans l’une des langues officielles parlées dans chacun des Etats d’appartenance des salariés détachés sur le chantier, sont affichées dans le local vestiaire et sont tenues dans un bon état de lisibilité.

Cet article est en relation avec les dossiers

Domaines juridiques

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Le « noyau dur » réglementaire de lutte contre les travailleurs détachés illégaux renforcé

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X