Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Présidentielle

Le sacre d’Emmanuel Macron

Publié le 08/05/2017 • Par Jean-Baptiste Forray Marie-Pierre Bourgeois • dans : A la une, Dossiers d'actualité, France

380 X 253 Macron-UNE
Gouvernement CC BY SA 3.0
Emmanuel Macron a été élu Président de la République le 7 mai. Ce qu'il faut retenir de sa victoire.

Coup de maître pour un coup d’essai. Inconnu des Français il y a encore trois ans, Emmanuel Macron a été élu Président de la République avec près de deux tiers des suffrages. En difficulté lors du débat de l’entre-deux tours, sa rivale d’extrême droite, Marine Le Pen recueille 33,9% des voix. L’équivalent tout de même de 11 millions de suffrages.

Un record d’abstention et de vote blanc

Le candidat d’En Marche!, ex-ministre de l’Economie du Gouvernement Valls, devient le plus jeune Président de la Vème République : 39 ans.

Le scrutin a été marqué par une forte abstention, la plus élevée pour un second tour d’une élection présidentielle depuis 1969, avec près de 25 %. Les votes blancs et nuls ont aussi atteint la proportion record de 11,5 %. Un Français sur trois n’a pas été voté ou a voté blanc.

Un Président, loin des territoires ?

Le sacre d’Emmanuel Macron n’en demeure pas moins aussi incontestable qu’improbable. Le nouveau chef de l’Etat est un martien dans le paysage de la politique française. Il n’a pas emprunté le cursus honorum de ses quatre prédécesseurs, qui passait par la présidence d’un conseil général. Contrairement à ses quatre devanciers, il n’a jamais été député-maire non plus.

En revanche, comme la plupart d’entre eux, il est énarque et haut fonctionnaire, à l’Inspection générale des finances (il a démissionné de la fonction publique en novembre 2016).

Interrogé sur sa relation aux territoires par la Gazette, à l’occasion du grand oral des candidats à la présidentielle organisé, le 8 mars par l’Assemblée des départements de France, Emmanuel Macron faisait la réponse suivante : « On peut avoir un lien avec les territoires, sans être élu. C’est le cas de plusieurs millions de nos concitoyens ! Je suis un enfant de la province. Je ne suis pas né à Paris, ni dans la haute fonction publique, ni dans la banque d’affaires comme certains se plaisent à le croire. Je viens de la Somme et une partie de ma famille est basée dans les Hautes-Pyrénées. C’est là que j’ai construit mon rapport au pays. Paris n’était alors qu’un rêve bien lointain. Cette France qui a l’angoisse d’être décrochée, je la connais. »

Emmanuel Macron ne devrait pas toucher à la réforme territoriale

Emmanuel Macron ne s’est pourtant pas désintéressé des questions locales dans son programme. Il a ainsi expliqué à plusieurs reprises qu’il ne souhaite pas engager une nouvelle réforme territoriale. Il propose toutefois « réduire de 25 % le nombre de départements d’ici à 2022, notamment sur les territoires où de grandes métropoles ont été créées », le conseil départemental « demeurant « le bon échelon » pour les villes de taille moyenne et les territoires ruraux.

Autre sujet d’importance pour lui, la taxe d’habitation. Emmanuel Macron veut en exonérer 80 % des ménages, jugeant cet impôt « injuste socialement et sur le plan territorial ». « L’État remboursera directement les collectivités locales, à l’euro près, de ces dégrèvements », a-t-il promis en précisant que « les maires conserveront les pleins pouvoirs en matière de fixation des taux ».

Cependant, l’État ne rembourserait qu’au taux actuel, une dépense pour l’État qu’Emmanuel Macron chiffre à 10 milliards d’euros. Les éventuelles augmentations de taux devront être prises en charge par les contribuables.

Un gouvernement peuplé d’élus locaux ?

Comme le relève Le Courrier des Maires, les prochains jours devraient aussi montrer si le futur gouvernement « compensera » ou non le non-cumul du mandat à l’Assemblée nationale par la nomination de grands élus locaux. Si tel était le cas, cumuleront-ils maroquin ministériel et implantation locale comme un certain Jean-Yves Le Drian, qui cumule à ce jour ministère de la Défense et présidence de la région Bretagne et dont certains parlent pour Matignon ? Fin du suspense le 15 mai, une journée après la passation de pouvoir avec François Hollande.

Retrouvez sur le site du Ministère de l’Intérieur les résultats commune par commune.

Cet article fait partie du Dossier

Présidentielle 2017 : les enjeux-clés pour les collectivités territoriales

Sommaire du dossier

  1. Le Pen versus Macron : des visions parcellaires des politiques culturelles
  2. La fonction publique pilotée par les Comptes publics – Le casting du premier gouvernement Macron
  3. Collectivités : les sept travaux d’Emmanuel Macron
  4. Le sacre d’Emmanuel Macron
  5. Présidentielle 2017 : les enjeux-clés pour les collectivités territoriales
  6. L’avenir de la fonction publique territoriale après l’élection présidentielle
  7. Réforme territoriale : le clash Macron-Le Pen
  8. Hervé Le Bras : « La nouveauté de cette élection, ce sont les clivages politiques à l’intérieur des régions »
  9. Présidentielle : faut-il supprimer le Sénat ?
  10. Ce qu’attendent les acteurs locaux des candidats à la présidentielle
  11. Présidentielle : faut-il réduire la part du nucléaire et accélérer la transition énergétique ?
  12. Présidentielle, législatives : quel coût pour les communes ?
  13. Le réseau Rn2a demande aux candidats de s’engager pour des archives « citoyennes »
  14. La lutte contre la fracture territoriale, le passage obligé des candidats ?
  15. Présidentielle : faut-il instaurer un revenu universel ?
  16. Présidentielle : le logement social doit-il être réservé aux plus pauvres ?
  17. Présidentielle : doit-on abroger la réforme territoriale ?
  18. Présidentielle : faut-il faire jouer la «Clause Molière» ?
  19. Les bibliothécaires demandent un équipement accessible en 15 min
  20. Les banlieues : grandes oubliées de la présidentielle ?
  21. Les propositions institutionnelles de Jean-Luc Mélenchon : en route pour une VIè République
  22. Présidentielle : faut-il nationaliser l’accès au numérique ?
  23. Primaire à gauche : ce que l’on sait des programmes des candidats
  24. Transition énergétique : ce que prévoient les candidats sur le volet financier
  25. Vieillissement : les candidats ne proposent rien de vraiment jeune
  26. Primaire de la droite et du centre : les fonctionnaires aux enchères ?
  27. Présidentielle : doit-on aller vers une laïcité de combat ?
  28. Logement : les programmes des candidats ne « cassent pas des briques »
  29. Présidentielle : faut-il supprimer des postes de fonctionnaires ?
  30. Nicolas Dupont-Aignan : « La France est en train de crever »
  31. Déserts médicaux : ce que proposent les candidats à la présidentielle
  32. « Les fonctionnaires en faveur de François Fillon parient qu’il ne tiendra pas ses promesses »
  33. Le comparatif des programmes des candidats à la primaire de droite
  34. Présidentielle : ce que propose Benoît Hamon pour rénover la démocratie
  35. Emmanuel Macron prescrit une cure de rigueur aux collectivités territoriales
  36. Revenu universel, réforme du RSA… Que proposent les candidats en matière de minima sociaux ?
  37. Comment relancer les investissements : les candidats répondent à la FNTP
  38. Le credo jacobin de Marine Le Pen
  39. Les candidats pas assez ambitieux pour la lutte contre la pauvreté selon les associations
  40. Alain Juppé, le Girondin
  41. François Fillon : les paradoxes d’un notable jacobin
  42. Jean-François Copé : « Fusionnons les départements et les régions »
  43. Présidentielles : l’environnement, ça commence à se défaire ?
  44. François Fillon : « Il faut réduire les effectifs dans la fonction publique »
  45. Alain Juppé : « Le statut de la fonction publique a ses raisons d’être »
  46. Nicolas Sarkozy : « Les fonctionnaires devront travailler davantage »
  47. Nathalie Kosciusko-Morizet : « Le statut du fonctionnaire n’a plus lieu d’être dans de nombreux domaines »
  48. Jean-Frédéric Poisson : « Mettons fin à la logique du déracinement en renforcant les départements »
  49. Bruno Le Maire : « Le statut de la fonction publique ne doit plus être la règle, mais l’exception »
  50. Jean-Luc Bennahmias : « l’accueil des migrants permettrait de repeupler les villages français »
  51. Pourquoi les élus à la culture demandent une reconfiguration de la Rue de Valois
  52. François de Rugy : « la décentralisation est le rendez-vous manqué de François Hollande »
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le sacre d’Emmanuel Macron

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X