Batiment

Certificats d’économie d’énergie : le dispositif est pérennisé

| Mis à jour le 09/05/2017
Par • Club : Club Techni.Cités

JiSIGN - Fotolia

La création officielle d’une quatrième période d’obligation d’économies d’énergie sur 2018-2020 donne de l’air aux collectivités qui comptent sur le mécanisme des certificats blancs pour financer une partie de leur politique énergétique. Le nouvel objectif de 1 600 TWh Cumac est ambitieux.

L’entre deux-tours de l’élection présidentielle est toujours une période d’inflation réglementaire. Parfois pour de mauvaises raisons quand il s’agit de faire passer des décisions impopulaires loin du feu des projecteurs. Parfois pour clore un temps législatif en tenant sur le fil un ultime engagement. Parfois enfin pour graver dans le marbre des décisions et éviter ainsi qu’elles soient remises en cause a posteriori. Vivant ses derniers jours au ministère de l’Environnement, c’est sans doute avec cette idée que Ségolène Royal multiplie les décrets et les arrêtés. Malgré la grogne de certains énergéticiens, le texte sur les certificats d’économie d’énergie (CEE) publié mardi 2 mai 2017 conclut en particulier une longue période de consultation et confirme un objectif conséquent pour les acteurs dits obligés qui devront sur 2018-2020 financer 1 600 TWh ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Commentaires

1  |  réagir

05/05/2017 09h49 - Chareyre

Concernant les économies d’énergie, j’observe qu’il n’est plus question du tout des chauffe-eaux solaires. Et c’est tant mieux ! En effet, notre chauffe-eau solaire de marque De Dietrich, après seulement 8 ans de mise en place, se trouve affecté par une corrosion galvanique tellement importante que sa durée de vie est déjà terminée ! Il faut d’ores et déjà le remplacer si l’on veut éviter d’avoir la pièce inondée. Ce type de matériel, manifestement, a été insuffisamment étudié et sa maintenance complètement occultée… Donc, attention aux pseudo-innovations présentées au motif d’économies d’énergie. Notre chauffe-eau est bon pour la décharge ! Tant pis pour l’environnement…Et les économies en énergie sont moins que nulles pour le client… abusé (perte d’argent).

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X