Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Présidentielle

Hervé Le Bras : « La nouveauté de cette élection, ce sont les clivages politiques à l’intérieur des régions »

Publié le 25/04/2017 • Par Marie-Pierre Bourgeois • dans : Dossiers d'actualité, France

Hervé Le Bras
Robert Laffont
Quelle France a voté pour Emmanuel Macron et Marine Le Pen dimanche dernier ? Eléments de réponse avec Hervé Le Bras, démographe à l'EHESS et auteur notamment du Mystère français (avec Emmanuel Todd) et du Nouvel ordre électoral à l'âge du tripartisme.

Comment analysez-vous les résultats du scrutin de dimanche dernier  ?

Le succès électoral du candidat d’En Marche (23,8%) est particulièrement fort en Bretagne, dans le Massif central et dans le grand Sud-Ouest. Il correspond à la moitié des votes récoltés par François Hollande au premier tour de la présidentielle en 2012, additionné au score de François Bayrou lors de la même élection. Par ailleurs, le vote en faveur d’Emmanuel Macron recouvre des régions qui acceptent et trouvent leur place dans la mondialisation, là où se concentrent les ménages les plus diplômés.

Le vote en faveur d’Emmanuel Macron recouvre des régions qui acceptent et trouvent leur place dans la mondialisation, là on se concentrent les ménages les plus diplômés.

Les résultats de Benoît Hamon (6,4%)et de Jean-Luc Mélenchon (19,6%) correspondent l’un et l’autre à la même cartographie électorale. En additionnant leurs deux scores, nous retrouvons la cartographie socialiste des résultats du second tour de 2012. Depuis le sondage « rolling » de l’IFOP début février, les scores des deux candidats se situent entre 25 et 27%. Très proches donc des résultats de dimanche avec 26%. Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon correspondent à un vote socialiste et non à un vote que certains qualifient de gauchiste.

Les résultats de François Fillon (19,9%) font, eux, réapparaître une ancienne droite gaulliste qui s’est mobilisée en sa faveur, dans les mêmes zones géographiques comme la Mayenne et l’Ouest parisien, que lors des élections de 1951. A cette époque, le parti de Charles de Gaulle, le Rassemblement du peuple français, faisait 21,76%. Il faut aussi souligner que, dans des régions où l’on votait beaucoup FN, une partie de l’électorat a été récupérée par la droite forte comme en Alsace et en Champagne. La stratégie de Nicolas Sarkozy de siphonner les voix frontistes a donc réussi en partie dans le Nord-Est.

Comment analysez-vous plus spécifiquement le vote frontiste ?

La cartographie du vote frontiste répond à une véritable coupure anthropologique. Dans les régions où la principale forme de sociabilité a longtemps été le voisinage très proche, la vie a été mise à rude épreuve par la mondialisation. C’est d’ailleurs dans le Grand Nord-Est qu’on retrouve le plus fort vote FN. Cette élection rappelle aussi la profonde évolution du vote FN ces dix dernières années. Jusqu’en 2007, le vote frontiste était plutôt ancré dans les villes. A partir de l’élection de Nicolas Sarkozy, il est devenu beaucoup plus rural et périurbain. C’est le contraire de l’exode rural. Il existe aujourd’hui un reflux du FN vers les campagnes les plus reculées.

Jusqu’en 2007, le vote frontiste était plutôt ancré dans les villes. A partir de l’élection de Nicolas Sarkozy, il est devenu beaucoup plus rural et périurbain. C’est le contraire de l’exode rural. Il existe aujourd’hui un reflux du FN vers les campagnes les plus reculées.

Il correspond d’ailleurs bien plus à un vote de malaise dans la modernité économique, sociale, territoriale qu’à un vote de colère.

Quelles nouveautés observez-vous dans ce premier tour de l’élection présidentielle ?

De façon très marquante lors du premier tour, l’offre des candidatures ne correspondait pas à l’électorat. Autrement dit, la division de l’offre politique est devenue très loin éloignée des demandes des citoyens.

C’est aussi la première fois que les différences de vote sont aussi marquées entre les villes et la ruralité ou le périurbain.

C’est aussi la première fois que les différences de vote sont aussi marquées entre les villes et la ruralité ou le périurbain. On observe aujourd’hui des régions très polarisées, entre la droite et la gauche. Auparavant, on retrouvait des résultats plus variés à l’intérieur d’un même espace régional à la place des fractures très fortes qu’on observe aujourd’hui.

Cet article fait partie du Dossier

Présidentielle 2017 : les enjeux-clés pour les collectivités territoriales

Sommaire du dossier

  1. Le Pen versus Macron : des visions parcellaires des politiques culturelles
  2. La fonction publique pilotée par les Comptes publics – Le casting du premier gouvernement Macron
  3. Collectivités : les sept travaux d’Emmanuel Macron
  4. Le sacre d’Emmanuel Macron
  5. Présidentielle 2017 : les enjeux-clés pour les collectivités territoriales
  6. L’avenir de la fonction publique territoriale après l’élection présidentielle
  7. Réforme territoriale : le clash Macron-Le Pen
  8. Hervé Le Bras : « La nouveauté de cette élection, ce sont les clivages politiques à l’intérieur des régions »
  9. Présidentielle : faut-il supprimer le Sénat ?
  10. Ce qu’attendent les acteurs locaux des candidats à la présidentielle
  11. Présidentielle : faut-il réduire la part du nucléaire et accélérer la transition énergétique ?
  12. Présidentielle, législatives : quel coût pour les communes ?
  13. Le réseau Rn2a demande aux candidats de s’engager pour des archives « citoyennes »
  14. La lutte contre la fracture territoriale, le passage obligé des candidats ?
  15. Présidentielle : faut-il instaurer un revenu universel ?
  16. Présidentielle : le logement social doit-il être réservé aux plus pauvres ?
  17. Présidentielle : doit-on abroger la réforme territoriale ?
  18. Présidentielle : faut-il faire jouer la «Clause Molière» ?
  19. Les bibliothécaires demandent un équipement accessible en 15 min
  20. Les banlieues : grandes oubliées de la présidentielle ?
  21. Les propositions institutionnelles de Jean-Luc Mélenchon : en route pour une VIè République
  22. Présidentielle : faut-il nationaliser l’accès au numérique ?
  23. Primaire à gauche : ce que l’on sait des programmes des candidats
  24. Transition énergétique : ce que prévoient les candidats sur le volet financier
  25. Vieillissement : les candidats ne proposent rien de vraiment jeune
  26. Primaire de la droite et du centre : les fonctionnaires aux enchères ?
  27. Présidentielle : doit-on aller vers une laïcité de combat ?
  28. Logement : les programmes des candidats ne « cassent pas des briques »
  29. Présidentielle : faut-il supprimer des postes de fonctionnaires ?
  30. Nicolas Dupont-Aignan : « La France est en train de crever »
  31. Déserts médicaux : ce que proposent les candidats à la présidentielle
  32. « Les fonctionnaires en faveur de François Fillon parient qu’il ne tiendra pas ses promesses »
  33. Le comparatif des programmes des candidats à la primaire de droite
  34. Présidentielle : ce que propose Benoît Hamon pour rénover la démocratie
  35. Emmanuel Macron prescrit une cure de rigueur aux collectivités territoriales
  36. Revenu universel, réforme du RSA… Que proposent les candidats en matière de minima sociaux ?
  37. Comment relancer les investissements : les candidats répondent à la FNTP
  38. Le credo jacobin de Marine Le Pen
  39. Les candidats pas assez ambitieux pour la lutte contre la pauvreté selon les associations
  40. Alain Juppé, le Girondin
  41. François Fillon : les paradoxes d’un notable jacobin
  42. Jean-François Copé : « Fusionnons les départements et les régions »
  43. Présidentielles : l’environnement, ça commence à se défaire ?
  44. François Fillon : « Il faut réduire les effectifs dans la fonction publique »
  45. Alain Juppé : « Le statut de la fonction publique a ses raisons d’être »
  46. Nicolas Sarkozy : « Les fonctionnaires devront travailler davantage »
  47. Nathalie Kosciusko-Morizet : « Le statut du fonctionnaire n’a plus lieu d’être dans de nombreux domaines »
  48. Jean-Frédéric Poisson : « Mettons fin à la logique du déracinement en renforcant les départements »
  49. Bruno Le Maire : « Le statut de la fonction publique ne doit plus être la règle, mais l’exception »
  50. Jean-Luc Bennahmias : « l’accueil des migrants permettrait de repeupler les villages français »
  51. Pourquoi les élus à la culture demandent une reconfiguration de la Rue de Valois
  52. François de Rugy : « la décentralisation est le rendez-vous manqué de François Hollande »
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Hervé Le Bras : « La nouveauté de cette élection, ce sont les clivages politiques à l’intérieur des régions »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X