Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Présidentielle

Vote FN au premier tour : le grand clivage entre les territoires

Publié le 24/04/2017 • Par Marie-Pierre Bourgeois • dans : France

Marine Le Pen
Twitter Le Pen
Le premier tour de l’élection présidentielle révèle de larges fractures territoriales. Le FN confirme son fort ancrage sur le littoral méditerranéen et dans les régions du nord et de l'est. Le vote des villes et celui des populations rurales ou périurbaines sont, eux, de plus en plus éloignés.

A l’heure des premières analyses département par département, un constat saute aux yeux. Celui d’une France fracturée géographiquement avec un vote Front national particulièrement concentré sur l’axe méditerranéen, les Hauts-de France et le Grand Est. Un second clivage marque tout autant les esprits, celui qui sépare France urbaine et France rurale.

Un Front national qui fait le plein dans les Hauts-de-France, le Grand Est et sur la côté méditerranéenne

La cartographie du vote FN montre un vote frontiste puissamment implanté sur le pourtour de la Méditerranée. En Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Marine Le Pen a frôlé le strike. A l’exception des Hautes-Alpes, tous les départements ont choisi de placer la patronne du FN en tête, comme dans le Vaucluse, territoire dont Marion Maréchal est députée, avec 30,55%. A l’échelle régionale, Marine Le Pen progresse de 4 points par rapport à l’élection présidentielle de 2012.

En Occitanie, alors que la région est de longue date ancrée à gauche et que François Hollande avait été en tête au premier tour en 2012, Marine Le Pen arrive sur la première marche du podium avec à une courte majorité. L’élection s’est jouée au finish alors que Marine Le Pen s’est qualifiée à 22,98% suivie d’Emmanuel Macron (22,32%) et de Jean-Luc Mélenchon (22,14%), très loin devant François Fillon (17,07%) et Benoît Hamon (6,52%).

Même constat de la puissance électorale du FN dans le nord-est avec la Région Grand Est qui voit le FN arriver en tête dans tous les départements, et dépasse même les 30% dans la moitié d’entre eux. Là encore, Marine Le Pen a gagné presque 4 points de plus qu’en 2012.

Dans les Hauts-de-France, Marine Le Pen a confirmé son ancrage en pôle position dans tous les départements. Si la candidate était troisième en 2012, derrière François Hollande et Nicolas Sarkozy, elle est presque 10 points au-dessus de son score national avec 31% des voix.

Marine Le Pen, plus que jamais implantée dans les zones rurales et périurbaines

Le vote FN est de plus en plus puissant dans les territoires ruraux. Ainsi, sur une partie des terres du Grand Est comme dans le département des Ardennes, marqué à droite de longue date, Marine Le Pen monte à 32,41% tandis que François Fillon dégringole à 17,22%. Emmanuel Macron fait d’ailleurs grise mine dans le Grand Est puisqu’il arrive en troisième position en Haute-Marne et dans l’Aube avec respectivement 18% et 19%.

Dans l’Aisne, Marine Le Pen fait son plus gros score régional des Hauts-de-France avec 35,67 %. Dans la Somme, un territoire fortement marqué par la désindustrialisation, elle est en tête avec 30,37% des voix, loin devant Emmanuel Macron et ses 21,75%.

Marine Le Pen a aussi réalisé son meilleur score en Normandie dans l’un des départements les plus ruraux de la région, l’Eure avec 29,31%, dépassant même les 30% dans certaines communes. Une performance toutefois en demi-teinte puisque qu’Evreux, la plus grande ville du département, a d’abord voté Emmanuel Macron (24,53%) et Jean-Luc Mélenchon (23,4%) avant Marine Le Pen (19,18%).

En Haute-Saône, le département le plus rural de la Bourgogne Franche-Comté, Marine Le Pen et ses 31,36% des voix sont loin devant Emmanuel Macron (19,59%) et François Fillon (18,05%).

Le vote frontiste, toujours à la peine dans les grandes villes

La candidate frontiste reste en grande difficulté dans les plus grandes villes de France. Alors que l’extrême droite a fait un excellent score en PACA, elle n’est par exemple pas parvenue à s’imposer à Marseille. Jean-Luc Mélenchon y a ainsi récolté 24,82% des suffrages, suivi de Marine Le Pen avec 23,66% des voix et d’Emmanuel Macron (20,44%).

Dans le Grand Est, seules les grandes agglomérations de la région n’ont pas placé le FN en tête. La députée européenne ne recueille que 12,17% des voix à Strasbourg contre 27,76% pour Emmanuel Macron et moins de 19% à Metz contre 26,68% pour le candidat d’En Marche.

A Nîmes, alors que le FN fait le plein en Occitanie, c’est Jean-Luc Mélenchon qui est arrivé en tête (23,99%), secondé par Emmanuel Macron (21,31%) puis Marine Le Pen avec 21,56%.

Alors que Marine Le Pen a réalisé son meilleur score régional en Hauts-de-France, elle n’a pas convaincu les Lillois. C’est Jean-Luc Mélenchon qui a emporté le premier tour avec 29,92%, l’un de ses meilleurs scores dans une grande ville, suivi d’Emmanuel Macron (25,02%) et de François Fillon (14,41%). La candidate FN arrive derrière avec seulement 13,83% des suffrages exprimés.

A Rouen et à Caen, elle engrange de très mauvais scores avec respectivement 12% et 10,33%. Emmanuel Macron fait dans ces deux villes la course en tête avec Jean-Luc Mélenchon.

A Dijon, Emmanuel Macron, soutenu par le maire (PS) François Rebsamen, s’est placé en tête avec 27,31%, très loin devant Marine Le Pen qui n’arrive qu’en quatrième position (14,52%), derrière François Fillon (20,91%).

A Rennes, Marine Le Pen réalise même la contre-performance de se classer cinquième avec 6,70% des voix, dépassée par Benoît Hamon qui fait plus du double. Plus largement, la Bretagne est l’une des régions qui met le plus en difficulté le FN, Emmanuel Macron étant arrivé en tête dans les quatre départements, suivi de Jean-Luc Mélenchon. Marine Le Pen est même en recul par rapport à 2012, elle qui n’atteint que la quatrième place alors qu’elle était arrivé troisième lors de la précédente élection présidentielle.

C’est à Paris que la candidate fait son pire score national avec 4,99% alors qu’elle atteignait les 6,2% en 2012. Marine Le Pen fait à peine mieux à Lyon avec 8,86%, dépassée par Benoît Hamon qui fait 9,13%, François Fillon, 23,35 % Jean-Luc Mélenchon, 22,87% et enfin Emmanuel Macron, grand vainqueur, 30,31%.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Vote FN au premier tour : le grand clivage entre les territoires

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X