Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Présidentielle

« Le vote des Français est de plus en plus influencé par les sondages »

Publié le 18/04/2017 • Par Marie-Pierre Bourgeois • dans : France

Capture d'écran France 3
Professeur de science politique à l’Université Paris-Nanterre, Alain Garrigou est aujourd’hui reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes de l’histoire électorale en France. Ses travaux dénoncent « la dictature sondagière ». A la veille des élections présidentielles, législatives et sénatoriales, le chercheur estime que « les sondages électoraux ne trompent pas les électeurs, ils affabulent. »

Dans ses nombreux ouvrages comme Le secret de l’isoloir ou encore L’ivresse des sondages comme sur son blog du Monde diplomatique, il dénonce « la dictature sondagière » qui corromprait la démocratie jusqu’à son niveau le plus local.

En quoi les sondages sont-ils profondément en train de changer la démocratie ?

Les sondages organisent l’apparition d’un vote de plus en plus stratégique. Alors qu’avant, les Français considéraient le bulletin glissé dans l’isoloir comme une preuve de leurs convictions politiques, ils s’inscrivent de plus en plus dans un vote directement influencé par les chiffres des sondeurs qui mettent en avant un potentiel vainqueur.

Le phénomène est particulièrement fort en pleine campagne présidentielle mais les mécanismes à l’œuvre ont été similaires pour les dernières élections régionales et municipales. Et ce, alors même que les électeurs ont longtemps motivé leurs votes aux élections intermédiaires par des considérations purement locales.

Désormais, quand vous votez pour ou contre votre maire, votre vote s’inscrit dans une logique sondagière de victoire ou de défaite nationale. Les sondages ont donc un effet de plus en plus fort sur la légitimité des élus.

Alors qu’avant, les Français considéraient le bulletin glissé dans l’isoloir comme une preuve de leurs convictions politiques, ils s’inscrivent de plus en plus dans un vote directement influencé par les chiffres des sondeurs qui mettent en avant un potentiel vainqueur.

Pourquoi estimez-vous que les sondages donnent une valeur marchande à la citoyenneté ?

Les électeurs deviennent désormais des objets. Quel est le sens de sondages plus de trois ans avant les élections municipales de 2020 pour demander aux électeurs s’ils comptent revoter pour leur maire ? Plus largement, on interroge de plus en plus les citoyens à propos de sujets sur lesquels ils n’ont pas encore d’opinion.

Par ailleurs, 75% des sondages ont lieu par Internet, de façon rémunérée, avec souvent l’absence de possibilité de pouvoir se déclarer « sans opinion ». Les instituts de sondage sont donc en train de réintroduire la notion d’argent alors que la gratuité est un principe essentiel des élections et de la citoyenneté en général.

Les instituts de sondage sont en train de réintroduire la notion d’argent alors que la gratuité est un principe essentiel des élections et de la citoyenneté.

Comment expliquez-vous que les élus locaux des grandes villes paient de plus en plus souvent des instituts de sondage pour analyser l’opinion de leurs territoires ?

Ils en sont devenus adeptes parce qu’ils sont de plus en plus éloignés des électeurs. La politique s’est fortement professionnalisée ces dernières années, ce qui fait que les élus ressemblent de moins en moins aux citoyens. Quand vous ne comprenez plus vos administrés, les sondages peuvent sembler être une solution.

Par ailleurs, les membres de cabinet des élus locaux sont désormais presque tous passés par des filières d’études dans lesquels ils ont étudié les méthodes statistiques. A partir du moment où l’essentiel du travail des maires de grosses communes passe par ces personnes, elles ont fortement tendance à appliquer des méthodes sondagières à l’analyse des besoins de la population.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

« Le vote des Français est de plus en plus influencé par les sondages »

Votre e-mail ne sera pas publié

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X