Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Grand âge

Vieillissement : les Français ne comptent pas sur les aides financières

Publié le 13/04/2017 • Par Isabelle Raynaud • dans : France

personnes-agees-vieillesse-UNE
PublicDomainPictures / Pixabay CC
Un sondage de l’Ifop sur « Comment les Français se voient vieillir ? » met en avant la difficulté des usagers à savoir où s’adresser et comment obtenir des aides, notamment l’APA gérée par les départements.

Le regard porté sur les aides allouées aux personnes âgées dépendantes est dur. C’est ce qui ressort du sondage (1) de l’Ifop pour le réseau de services à domicile Adhap Services, présenté ce jeudi 13 avril 2017, à 10 jours du premier tour de la présidentielle.

Comme élément indispensable au bien vieillir, l’obtention d’aides publiques n’est réclamée que par 26% des personnes interrogées. Et, dans le détail, la vision des aides pour lutter contre la dépendance n’est pas reluisante. D’une part, l’offre d’aides est peu connue et mal comprise. Une très faible proportion des sondés déclare ainsi que ces aides sont « faciles à comprendre » (20%), « à trouver » (18%), « bien connues » (16%). « Les personnes les plus âgées de notre panel connaissent à peine mieux que les plus jeunes les aides proposées », souligne Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’institut de sondages.

« Les aides ne sont clairement pas lisibles », appuie Damien Cacaret, président d’Adhap Services. « Les départements sont au cœur du dispositif avec l’APA [Allocation personnalisée d’autonomie] mais ils ne sont pas vus comme référent. Pour les aides, les Français pensent d’abord à la Sécurité sociale ! »

« Tableau très sombre »

Une confusion sur les compétences des acteurs classiques mais qui a pour conséquence d’obliger les services d’aide à la personne à aider les proches à constituer leurs dossiers APA. Pour des familles qui passent la porte de leurs établissements, beaucoup d’autres restent dans l’ignorance de leurs droits.

Peut-être encore plus problématique, les deux tiers des personnes interrogées considèrent que les aides ne sont pas équitablement distribuées. « C’est un tableau très sombre » du système d’aides décrit par le sondage, conclut Frédéric Dabi.

Une demande de professionnels

Un point noir important alors que la deuxième source d’inquiétude des sondés concerne les aspects financiers : baisse des ressources personnelles et coût des prestations de maintien à domicile ou de prise en charge en établissement spécialisé. Car la peur de la dépendance arrive en tête des préoccupations. La capacité à avoir accès à des professionnels de l’aide à domicile formés, pour les besoins spécifiques de la personne dépendante, est donc également recherchée.

« Les Français veulent rester à domicile, mais plus dans n’importe quelles conditions. Ils veulent un véritable service, explique Damien Cacaret. Les seniors que nous suivons ont déjà changé par rapport à ceux d’il y a 10 ans. »

« Les personnes ne veulent plus seulement restées chez elles, elles veulent être se sentir bien chez elles. La notion de services sera de plus en plus importante », appuie Serge Guérin, sociologue spécialiste des questions de vieillissement.

Moyens sous-estimés

La volonté des sondés les plus âgées d’avoir très majoritairement recours à des professionnels plutôt qu’à des aidants familiaux s’explique aussi facilement selon lui : « Les plus âgés savent ce que c’est d’être aidant car ils le font souvent pour leurs parents. Il n’ont donc pas forcément envie que leurs enfants le fassent. »

S’ils ont les moyens… L’étude montre en effet que près de la moitié des sondés (48%) n’évaluent qu’à moins de 600 euros par mois le coût mensuel pour rester dans leur domicile. « C’est particulièrement vrai pour les plus jeunes du panel, ce qui prouve la méconnaissance du sujet », résume Frédéric Dabi.

Thèmes abordés

Notes

Note 01 Sondage réalisé mi-mars 2017 auprès d’un échantillon de 1002 personnes représentant la population française âgée de plus de 18 ans. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Vieillissement : les Français ne comptent pas sur les aides financières

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X