Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité

A Orléans, en cas d’ivresse publique, les policiers gagnent du temps en faisant appel à SOS Médecins

Publié le 13/04/2017 • Par Christine Berkovicius • dans : Innovations et Territoires, Régions, Retour sur expérience prévention-sécurité

PatrouillePM_DamienRouac Flickr
Damien Rouac (Flickr)
Testé depuis deux ans, le dispositif a été pérennisé. Il permet aux agents d’être mobilisés moins longtemps sur les interpellations des personnes en état d’ébriété.


Réduire le temps consacré aux opérations d’interpellation des personnes en état d’ivresse sur la voie publique pour mieux se concentrer sur les missions de sécurité. C’est forte de cet objectif que la municipalité d’Orléans a mis en place fin 2014 un dispositif qui vient d’être pérennisé, après une phase expérimentale positive ayant permis de « récupérer » l’équivalent de dizaines de jours de travail des policiers municipaux.

Formalisé par une convention tripartite signée pour trois ans entre la ville, la direction départementale de la sécurité publique du Loiret (DDSP 45) et l’association SOS Médecins, ce dispositif permet de faire gagner du temps aux agents lors de l’examen médical du contrevenant. En effet, habituellement, lorsqu’un individu est interpellé en état d’ivresse, il doit au préalable être conduit à l’hôpital par les policiers qui l’ont arrêté, afin d’obtenir un certificat de non-hospitalisation, obligatoire pour procéder au placement en cellule de ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A Orléans, en cas d’ivresse publique, les policiers gagnent du temps en faisant appel à SOS Médecins

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X