Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[OPINION] Présidentielle

L’insertion des personnes handicapées sacrifiée sur l’autel de la finance

Publié le 10/04/2017 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Fotolia_27649816_XS© Agence DER - Fotolia
Agence DER - Fotolia
Alors que leur taux d’emploi des personnes handicapées dans la fonction publique a franchi pour la première fois, en 2015, les 5 %, le chemin à parcourir est encore long.

Dominique Perriot

Président du comité national du FIPHFP

En cette période de campagne présidentielle et de débat démocratique, force est de constater que la question du handicap n’est pas au cœur des débats. Et pourtant ! Les 480 000 personnes en situation de handicap à la recherche d’un emploi ne doivent pas être les oubliées du débat public ! Alors que leur taux d’emploi dans la fonction publique a franchi pour la première fois, en 2015, les 5 %, le chemin à parcourir est encore long.

L’accessibilité numérique, le recrutement, l’emploi accompagné et le maintien dans l’emploi, le suivi des agents en situation de handicap tout au long de leur carrière constituent une spécificité forte. Le principe de mutualisation de cet accompagnement est capital, au titre de l’égalité de traitement sur les territoires, quel que soit le handicap ou le secteur de la fonction publique.

Or, le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), dont je préside le comité national, ne peut que s’inquiéter devant une trajectoire financière qui risque de ne pas lui permettre la poursuite des missions qui lui ont été confiées par le législateur dans la loi du 11 février 2005. En effet, si nous pouvons nous féliciter de la mobilisation des employeurs publics, qui ont contribué, depuis une dizaine d’années, à faire passer le taux d’emploi des personnes handicapées de 3,74 % à 5,17 %, nous ne pouvons que constater que nos moyens s’amenuisent du fait même du mode de financement du Fonds.

Plus de personnes handicapées dans l’emploi (220 000 aujourd’hui), cela signifie plus de demandes de financement pour accompagner l’accessibilité, la mobilité, la formation, la sensibilisation, mais aussi moins de recettes, puisque, rappelons-le, les ressources du fonds sont constituées exclusivement des contributions des employeurs ne respectant pas l’obligation d’emploi.

Cette situation critique est amplifiée par plusieurs décisions des pouvoirs publics. Des trois prélèvements successifs sur les réserves pour le financement des emplois aidés à l’exonération partielle des universités, le FIPHFP a vu ses recettes se réduire. Les personnes en situation de handicap n’ont pourtant pas à payer la situation financière du pays.

Les membres du Comité national appellent l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle à se saisir de cette question et à penser une véritable politique publique du handicap. Les 14 % de citoyens en situation de handicap à la recherche d’un emploi ne peuvent pas être mis au ban de la société. Liberté, égalité, fraternité sont nos valeurs, et elles doivent nous amener à être toujours plus vigilants dans l’insertion des plus fragiles dans la société et le monde du travail. Il en va de notre dignité.

La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a permis un amorçage, créé une dynamique. Il faut maintenant assurer la pérennité des ressources afin de poursuivre nos missions d’insertion.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

L’insertion des personnes handicapées sacrifiée sur l’autel de la finance

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X