Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Election présidentielle 2017

Présidentielle : le logement social doit-il être réservé aux plus pauvres ?

Publié le 20/04/2017 • Par Delphine Gerbeau • dans : France

VaulxEnVelin_CCfral-torqui
Fral-torqui (Creative commons)
Les questions qui fâchent 10/10 : la Gazette fait le tour des questions qui font débat dans la campagne et concernent la fonction publique territoriale. Aujourd'hui, le logement social. Les partis de droite sont partisans d'un accroissement des contrôles sur l'accès au logement social, et d'un resserrement sur les publics les plus démunis. A gauche, on veut au contraire continuer à accroître la production, et en favoriser l'accès au plus grand nombre.

Le débat réapparaît classiquement à chaque élection présidentielle : le modèle de logement social universaliste à la française doit-il être maintenu, alors que 4 millions de personnes sont mal logées selon le dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre ? Ou faut-il basculer vers un modèle résiduel, de logement social destiné aux plus pauvres, plus dans la lignée de ce que préconise le droit européen ?

Clivage droite-gauche puissant

Le clivage droite-gauche est très clair sur le sujet, les premiers mettant l’accent sur le parcours résidentiel nécessaire hors du logement social, les seconds sur l’enjeu de mixité sociale au sein du parc.

« Le logement social peut être une étape dans un parcours résidentiel ou en cas d’accident de la vie, mais devra être réservé uniquement à celles et ceux qui en ont réellement besoin, qui le méritent et qui respectent les lois et les valeurs de la République », explique ainsi très clairement François Fillon dans son programme. Il prône ainsi une baisse des plafonds de revenus pour accéder au logement social, ce qui entrainerait automatiquement une baisse du nombre de demandeurs potentiels, et une application rigoureuse des surloyers pour les ménages au-dessus de ces plafonds.

En corollaire, il veut assouplir l’application de l’article 55 de la loi SRU, et arrêter le financement du logement social sur les territoires où « il y en a trop », c’est-à-dire plus que les 25% de la loi SRU, sur le modèle de ce qui a été décidé par le Conseil régional d’Ile-de-France. En arrière fond, il s’agit de privilégier le financement privé du logement, en favorisant l’accession à la propriété, et le développement du logement intermédiaire.

Même logique chez Marine Le Pen ou Nicolas Dupont-Aignan : la première veut réserver prioritairement le logement social aux Français, sans effet rétroactif, et le mobiliser vers les publics qui en ont le plus besoin, tandis que le second veut lutter contre le favoritisme d’accès au logement social.

Pour le développement du logement social

De l’autre côté de l’échiquier politique, la défense du modèle français est mise en avant par Benoît Hamon, qui veut arriver à l’objectif de construction de 150 000 logements sociaux par an, renforcer le budget des aides à la pierre, en l’augmentant à un milliard, au lieu des 200 millions de 2016, et renforcer les sanctions contre les maires ne respectant pas les objectifs de l’article 55 de la loi SRU. Emmanuel Macron est moins précis sur le sujet : il veut abandonner les grands objectifs de construction, et recentrer la production de logements sociaux sur les territoires en déficit comme l’Ile-de-France ou la région PACA, mais n’évoque pas de durcissement dans les conditions d’accès au logement social.

Jean-Luc Mélenchon défend les mêmes idées, et va plus loin en revendiquant la construction de 200 000 logements sociaux par an. Il propose par ailleurs d’augmenter les plafonds de loyers, pour permettre l’accès au logement social à de larges secteurs de la population, défendant ainsi totalement la conception universaliste. Une logique que l’on retrouve également chez Philippe Poutou (NPA).

Cet article fait partie du Dossier

Présidentielle 2017 : les enjeux-clés pour les collectivités territoriales

Sommaire du dossier

  1. Le Pen versus Macron : des visions parcellaires des politiques culturelles
  2. La fonction publique pilotée par les Comptes publics – Le casting du premier gouvernement Macron
  3. Collectivités : les sept travaux d’Emmanuel Macron
  4. Le sacre d’Emmanuel Macron
  5. Présidentielle 2017 : les enjeux-clés pour les collectivités territoriales
  6. L’avenir de la fonction publique territoriale après l’élection présidentielle
  7. Réforme territoriale : le clash Macron-Le Pen
  8. Hervé Le Bras : « La nouveauté de cette élection, ce sont les clivages politiques à l’intérieur des régions »
  9. Présidentielle : faut-il supprimer le Sénat ?
  10. Ce qu’attendent les acteurs locaux des candidats à la présidentielle
  11. Présidentielle : faut-il réduire la part du nucléaire et accélérer la transition énergétique ?
  12. Présidentielle, législatives : quel coût pour les communes ?
  13. Le réseau Rn2a demande aux candidats de s’engager pour des archives « citoyennes »
  14. La lutte contre la fracture territoriale, le passage obligé des candidats ?
  15. Présidentielle : faut-il instaurer un revenu universel ?
  16. Présidentielle : le logement social doit-il être réservé aux plus pauvres ?
  17. Présidentielle : doit-on abroger la réforme territoriale ?
  18. Présidentielle : faut-il faire jouer la «Clause Molière» ?
  19. Les bibliothécaires demandent un équipement accessible en 15 min
  20. Les banlieues : grandes oubliées de la présidentielle ?
  21. Les propositions institutionnelles de Jean-Luc Mélenchon : en route pour une VIè République
  22. Présidentielle : faut-il nationaliser l’accès au numérique ?
  23. Primaire à gauche : ce que l’on sait des programmes des candidats
  24. Transition énergétique : ce que prévoient les candidats sur le volet financier
  25. Vieillissement : les candidats ne proposent rien de vraiment jeune
  26. Primaire de la droite et du centre : les fonctionnaires aux enchères ?
  27. Présidentielle : doit-on aller vers une laïcité de combat ?
  28. Logement : les programmes des candidats ne « cassent pas des briques »
  29. Présidentielle : faut-il supprimer des postes de fonctionnaires ?
  30. Nicolas Dupont-Aignan : « La France est en train de crever »
  31. Déserts médicaux : ce que proposent les candidats à la présidentielle
  32. « Les fonctionnaires en faveur de François Fillon parient qu’il ne tiendra pas ses promesses »
  33. Le comparatif des programmes des candidats à la primaire de droite
  34. Présidentielle : ce que propose Benoît Hamon pour rénover la démocratie
  35. Emmanuel Macron prescrit une cure de rigueur aux collectivités territoriales
  36. Revenu universel, réforme du RSA… Que proposent les candidats en matière de minima sociaux ?
  37. Comment relancer les investissements : les candidats répondent à la FNTP
  38. Le credo jacobin de Marine Le Pen
  39. Les candidats pas assez ambitieux pour la lutte contre la pauvreté selon les associations
  40. Alain Juppé, le Girondin
  41. François Fillon : les paradoxes d’un notable jacobin
  42. Jean-François Copé : « Fusionnons les départements et les régions »
  43. Présidentielles : l’environnement, ça commence à se défaire ?
  44. François Fillon : « Il faut réduire les effectifs dans la fonction publique »
  45. Alain Juppé : « Le statut de la fonction publique a ses raisons d’être »
  46. Nicolas Sarkozy : « Les fonctionnaires devront travailler davantage »
  47. Nathalie Kosciusko-Morizet : « Le statut du fonctionnaire n’a plus lieu d’être dans de nombreux domaines »
  48. Jean-Frédéric Poisson : « Mettons fin à la logique du déracinement en renforcant les départements »
  49. Bruno Le Maire : « Le statut de la fonction publique ne doit plus être la règle, mais l’exception »
  50. Jean-Luc Bennahmias : « l’accueil des migrants permettrait de repeupler les villages français »
  51. Pourquoi les élus à la culture demandent une reconfiguration de la Rue de Valois
  52. François de Rugy : « la décentralisation est le rendez-vous manqué de François Hollande »
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Présidentielle : le logement social doit-il être réservé aux plus pauvres ?

Vous êtes connecté comme

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X