Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Election présidentielle

Rythmes scolaires : les maires veulent de la souplesse, et des financements

Publié le 04/04/2017 • Par Michèle Foin • dans : A la une, France

Deux élèves de retour de l'école
Phovoir
La réforme des rythmes scolaires pourrait subir un sérieux coup de rabot à l’issue de l'élection présidentielle. Si les maires ne réclament pas son abrogation, ils souhaitent en majorité plus de souplesse pour l’appliquer, ou pas, et davantage de financements.

Mesure phare du quinquennat Hollande, la réforme des rythmes scolaires a eu du mal à passer auprès des maires qui ont difficilement digéré son ampleur et sa rapidité de mise en œuvre. Le financement de la réforme repose en effet à 70% sur les épaules des collectivités territoriales, d’après la dernière enquête de l’Association des maires de France (AMF) sortie en mai 2016. 70% des élus y déclaraient des difficultés persistantes pour l’appliquer, en matière de financement, de locaux et de recrutement.

Réforme menacée

Son maintien est aujourd’hui sur la sellette. A l’approche de la présidentielle, seul Benoit Hamon entend maintenir la réforme en l’état, et augmenter de 25% sur cinq ans l’enveloppe de 400 millions d’euros aujourd’hui dévolue au fonds de soutien aux collectivités.

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont annoncé qu’ils abrogeraient purement et simplement la réforme. Quant à François Fillon et Emmanuel Macron, ils entendent laisser aux élus la liberté de choisir. Ce dernier a déclaré le 1er mars dans Le Parisien vouloir laisser la possibilité aux acteurs locaux de sortir de la réforme : « chaque commune pourra adopter la semaine qu’elle souhaite », a-t-il indiqué. François Fillon les encourage à « favoriser un temps pour les devoirs après la classe ».

Les maires veulent une pause

Les maires ne demandent pas pour autant l’abrogation de la réforme : « on est sortis tellement essorés de l’application de ce projet, qu’en réalité les maires ne veulent plus en entendre parler », expliquait François Baroin le 31 mai 2016 dans un entretien au Parisien/Aujourd’hui en France. Un sentiment qui continue à être partagé en 2017.

« Dès qu’un nouveau Président est élu, voire un nouveau ministre nommé, l’envie première est de laisser sa marque en effaçant ce qu’a fait son prédécesseur. Nous avons auditionné les candidats à la maison de la radio le 22 mars 2017. Ce que disent les maires est simple : « Laissez-nous respirer ! » », admet Agnès Le Brun, présidente de ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rythmes scolaires : les maires veulent de la souplesse, et des financements

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X