Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

En direct du Congrès

Petite enfance – Les élus inquiets pour le financement de leurs structures d’accueil

Publié le 25/11/2010 • Par Michèle Foin • dans : France

L’atelier sur le devenir de l’accueil de la petite enfance a fait salle comble le 25 novembre lors du 93e congrès des maires. Au sommet des préoccupations des élus : répondre à la demande croissante des parents alors que les financements sont de plus en plus contraints.

« Nous avons de quoi nous inquiéter, lance à la tribune Valérie Demangeau, maire du Pèlerin (Loire-Atlantique) et respectivement présidente et rapporteur du groupe de travail Petite enfance de l’Association des maires de France (AMF). Alors que le financement des Caf parvient au terme de sa dégressivité quasiment partout en France, nombre de départements suppriment eux aussi leurs subventions. Quant aux gestionnaires associatifs, acculés par l’augmentation de la masse salariale que leur impose la réforme de leur convention collective, ils se tournent vers les communes, seuls partenaires qui ne ferment pas la porte ! »

Pérennité des financements
Des difficultés auxquelles la salle fait largement écho, renchérissant sur une demande de pérennité des aides de la Caf concernant les dispositifs expérimentaux. Ainsi, les micro-crèches, structures accueillant moins de dix enfants, officialisées par le décret du 22 février 2007, connaissent un succès certains auprès des collectivités, avec plus de 200 structures à ce jour.
Mais leur coût est important, comme en témoigne cet élu de Daoulas (Finistère) dont la micro-crèche, créée en intercommunalité, occasionne un reste à charge de 70 000 euros par an : « Nous avons voulu construire quelque chose de durable, et de qualité. Nous y tenons, mais nous soufrons ! » Car si la Convention d’objectifs et de moyens (COG) 2009-2012 signée entre l’Etat et la Cnaf prévoie bien un financement des micro-crèches dans le cadre de prestation de service unique (PSU), la compensation horaire versée par les Caf est moins élevée que pour un établissement classique.
« Même si les micro-crèches ont été généralisées par le décret du 7 juin 2010, la PSU unifiée n’a pas été négociée dans la dernière COG. Nous y sommes favorables. Mais il faudra encore attendre deux ans de bilan avant de lancer cette négociation avec les pouvoirs publics », répond Sylvie Le Chevillier, responsable du département enfance et parentalité à la Cnaf.

Rejet des jardins d’éveil et engouement pour les MAM
« C’est un désengagement de l’Etat ! » ; « on vient de créer une ex-école maternelle payante ! » ; « Résistons ! Que l’Education nationale fasse son travail ! ».
Tels sont les propos enflammés, qui ont suivi la présentation de Muriel Barascud, conseiller à la petite enfance du Cannet (Alpes Maritimes) expliquant la mise en place d’un des premiers jardins d’éveil, cette structure accueillant les 2-3 ans.
De fait, neuf jardins d’éveil seulement ont ouvert depuis 2009. « Un dispositif, qui reste expérimental, du point de vue de la Cnaf », précise Sylvie Le Chevillier. Les maisons d’assistantes maternelles (MAM), au contraire, ont fleuri sur tout le territoire. Officialisées par la loi du 9 juin 2010, 82 fonctionnaient déjà fin octobre.
Gérard Cosme
, maire du Pré-Saint Gervais (Seine Saint-Denis), évoque son expérience. « Pour le coût d’une place en crèche, je crée quatre places en MAM ! », lance-t-il avant de détailler ses exigences concernant le projet pédagogique et l’accompagnement de la ville sur les questions de sécurité.
Et Sylvie Le Chevillier de faire remarquer que les MAM sont surtout financées par la Prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE), que touchent les parents. « S’il devait y avoir une inflation du nombre de places, cela pourrait engendrer une réflexion sur le partage des coûts pour la collectivité », prévient-elle. De ce côté-ci non plus, les financements ne semblent pas gravés dans le marbre.

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Petite enfance – Les élus inquiets pour le financement de leurs structures d’accueil

Votre e-mail ne sera pas publié

Jacqueline

27/11/2010 05h47

Il n’y a pas de problème puisque Mme BACHELOT veut faire garder les enfants par des retraités bénévoles….( propos tenus en Savoie cette fin de semaine )

Pierre

01/12/2010 10h06

L’attitude du maire du Pré Saint Gervais quand il dit « pour le prix d’une place de crèche je cré 4 places de Mam » montre la confusion des esprits. Une MAM n’est officiellement pas un EAJE pourtant on a soin de lui donner l’apparence d’un EAJE sans le contenu ! Pas de projet social ou pédagogique, pas de formation des intervenants, pas de management d’équipe. Une responsabilité particulièrement floue. Messieurs et mesdames les Maires ne vous étonnez pas si votre responsabilité sera mise en question par les assureurs des familles dont l’enfant aura été blessé ou accidenté ! Messieurs et mesdames les Maires, ne vous étonnez pas si les parents vous interpellent pour obtenir en urgence une solution d’accueil de leur enfant parce que du jour au lendemain une MAM explose ! Arrêtons d’imaginer que l’accueil du jeune enfant peut se faire n’importe comment ! Arrêtons de détruire ce qui a fait la grandeur de la France : savoir investir dans la petite enfance.

germain

30/03/2011 07h54

Le lyrisme de Pierre me semble trahir une relative méconnaissance de la situation des Assistantes Maternelles : au jour d’aujourd’hui , et surtout depuis la mise en place de la PAJE, une assistante maternelle sur deux n’utilise plus ses agréments ou n’a qu’un enfant à accueillir… Certaines d’entre elles, fortement épaulées par des réseaux associatifs, comme dans la Mayenne, se regroupent pour se rendre visibles et conserver ainsi leur métier. Les AssMats sont donc des boucs émissaires faciles… Plutôt que de les désigner ainsi, pourquoi ne pas évoquer la croissance exponentielle des EURL, des auto-entreprises, des crèches privées totalement dépourvues d’éthique et de la garde à domicile ( en hausse de + 5% par an depuis cinq ans… )? Ces nouveaux venus seraient-ils plus expérimentés que les assistantes maternelles ?
Il faut penser globalement et agir localement… et ne pas se tromper de cible !

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X