Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

« La pérennité des intervenants sociaux en commissariat n’est pas garantie »

Publié le 03/04/2017 • Par Pascal Weil • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité

Pascale Dubois ANISCG
Dubois
Dans un entretien au Club prévention sécurité, la présidente de l’Association nationale des intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie (ANISCG), Pascale Dubois, se félicite du développement de ces personnels chargés de l'accueil des victimes auprès des forces de l'ordre. Mais elle s'inquiète aussi de leur avenir, fragilisé par un financement précaire.

En moins de 15 ans, ils se sont imposés à l’accueil des commissariats et des brigades de gendarmerie. Leurs missions : accueillir des victimes et auteurs d’infractions, évaluer la nature de leurs besoins sociaux révélés par l’activité de la police et de la gendarmerie, enfin leur faciliter l’accès aux services sociaux. Depuis leur création en 2003 par l’ancien directeur des services actifs de la police nationale, Luc Rudolph, les intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie n’ont pas cessé de se développer. Néanmoins, selon l’actuelle présidente de l’ANISCG qui les rassemble, Pascale Dubois, par ailleurs directrice départementale de la sécurité publique (DDSP) du Val-d’Oise, l’avenir des intervenants sociaux reste fragilisé. Et va jusqu’à ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La pérennité des intervenants sociaux en commissariat n’est pas garantie »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X