Urbanisme

Plan local d’urbanisme : stop à l’urbanisation excessive !

| Mis à jour le 31/03/2017
Par • Club : Club Techni.Cités

Toulouse (Haute-Garonne, France) - Vue des toits à partir de la rue d'Arcachon dans le quartier des Minimes, direction sud vers le centre ville.

Wikimedia Commons / crédits : Traumrune

Les toutes jeunes missions régionales d’autorité environnementales (MRAe) viennent de rendre leur premier bilan d’activités. Le constat est sans appel : la consommation d’espaces naturels et agricoles reste trop forte dans les documents d’urbanisme. Et manque souvent de justifications.

Elles n’ont pas encore un an. Les missions régionales d’autorité environnementales (MRAe) ont en effet été créées en avril 2016, par décret, pour répondre à la directive « plans/programmes » de 2001. Au nombre de 19, elles ont pour objectif de renforcer l’indépendance des avis rendus par les autorités environnementales locales sur les projets d’aménagement. Rôle antérieurement confié aux préfets. Composée de 6 membres – 3 du CGEDD et 3 membres associés nommés par arrêté ministériel – chaque MRAe rend des décisions collégiales.

Plus de 1 000 décisions rendues

En six mois d’exercice, ces MRAe non pas chômées : elles ont rendu 332 avis et 1079 décisions. La palme revient à la région Auvergne-Rhône-Alpes qui a rendu près de 160 décisions. La grande majorité d’entre elles concernent les documents ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Commentaires

3  |  réagir

27/03/2017 11h39 - jnc07

Il ne faut pas confondre décision de classement en zone constructible dans un PLU et urbanisation. Les rythmes et réalité ne sont pas les mêmes.
La réglementation ne détermine pas seule le mouvement de construction, qui relève également d’un marché (imparfait). Or la crise du logement est patente. Les coûts du foncier pèsent largement dans les coûts trop élevés du logement, et par suite des locations. Sans maitrise des prix du terrain, la réglementation d’urbanisme actuelle se retourne contre les habitants les moins solvables.
Il est bien évidment possible de densifier. Mais l’histoire nous enseigne que les quartier d’habitat le plus denses (grands ensembles, centres-villes historiques) sont ceux que nous démolissons
Quand à l’importance du foncier agricole, au-delà de la question paysagère, il est possible de s’interroger sur les crises de surproduction (lait, céréales…) et le surplus de terre.
Il doit être possible de mieux arbitrer entre qualité des vues, spéculation (notament sur terrains agricoles) et logement pour tous.

Signaler un abus
23/03/2017 01h11 - Mamamajada

Et le joli « éco-quartier » de Louvres (95) sur 72 ha de terre arable, avec un no man’s land d’une vingtaine de mètres de largeur périphérique, pour ne pas frayer avec les quartiers existants de la commune voisine. Dans la même commune, une énorme zone d’activités prise sur les champs. Du coup, l’état, pris de vertu soudaine, refuse une zone d’activités à la commune voisine qui n’a aucun revenu.Le « triangle » de Gonesse : 400 ha de terres agricoles sacrifiées pour des boites à consommation et des aspirateurs à voitures : du commerce. Du foutage de gueule !

Signaler un abus
23/03/2017 08h44 - ratonus

Il serait temps! Ce sujet (l’urbanisation excessive) n’est pas nouveau. Ce qui est curieux, c’est que l’on puisse accorder des permis de construire pour l’extension de zones commerciales (Les villes de Sens ou d’Auxerre dans l’Yonne par exemple) alors que les commerces de centre ville de ces communes ferment.
Il est clair que les services de l’Etat n’ont pas les moyens de s’opposer aux idées de « grandeur » des élus locaux et au « rêve » de la création d’emplois.

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X