Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[OPINION] Télétravail

Villes petites et moyennes : l’avenir passe par le travail à distance

Publié le 27/03/2017 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

teletravail-une
Flickr by CC Bob August
La revitalisation des centres-villes est un enjeu majeur : le nombre de locaux vides s’accroît, les taux de vacance atteignant 15 % à 20 % dans certains cas. Les solutions proposées par de nombreuses villes coûtent cher aux contribuables et ne sont pas à la hauteur des enjeux. Elles ne répondent pas à la transformation en cours des modes de vie et de travail.

Clément Marinos

Clément Marinos

Chercheur au laboratoire d'économie et de gestion de l'Ouest, docteur en aménagement de l’espace et membre du projet de recherche « Intimide - Tiers lieux en ville moyenne »

Le développement du télétravail et du travail indépendant touche les économies locales. A l’heure où les géants de l’informatique et des télécoms comme Dell, Microsoft et Intel (1) ont déjà inscrit le travail à distance dans leur culture d’entreprise, d’autres secteurs suivent ces « early adopters » (2) : conseil, banque, assurance… Ce mouvement continue de s’étendre, porté par les jeunes générations souvent qualifiées et bien rémunérées. Leurs revenus constituent une manne économique pour les territoires, mais encore faut-il pouvoir les accueillir dans des conditions adéquates. Ne serait-il pas pertinent d’intégrer ce processus dans une perspective de revitalisation des centres-villes et des quartiers centraux délaissés ?

Le haut-débit : une condition essentielle

L’accès au haut-débit – pas forcément la fibre – est, à ce titre, une condition essentielle mais non suffisante pour attirer ces nouvelles populations « connectées », dont l’information constitue la principale matière première et le principal produit. Dès lors qu’elles disposent d’un accès à internet, elles peuvent aisément mener à bien leurs activités à distance. La question se pose ensuite de créer des lieux de socialisation, des « tiers lieux », en convertissant les locaux vides en espaces de travail conviviaux dans le cœur « vibrant » de la ville, c’est-à-dire avec un accès aux services que ces travailleurs réclament (loisirs, cafés, restaurants, épiceries…).

Le potentiel est inespéré pour des territoires en mal de nouvelles activités et en recherche de relais de croissance : nous parlons ici de milliers d’emplois « délocalisables » des métropoles vers les villes petites et moyennes. Les grands centres urbains saturés, où le prix du foncier atteint des sommets et où les conditions environnementales ne cessent de se dégrader, constituent autant de viviers d’emplois pour ces territoires dont l’activité économique s’est essoufflée avec le temps.

En finir avec le mythe de l’attractivité

Ces nouvelles mobilités sont en marche, même si elles restent difficiles à mesurer du fait d’un appareil statistique encore mal adapté pour les référencer. Comment, par exemple, comptabiliser un juriste télétravaillant pour une multinationale dans un espace de coworking en milieu rural ? Où le siège social déclare-t-il la localisation de cet emploi ? Il est temps d’en finir avec le mythe de l’attractivité qui consiste à vouloir faire se déplacer des sociétés entières alors que des milliers de salariés et travailleurs free-lance n’aspirent qu’à quitter leur métropole pour gagner en qualité de vie ! C’est ce public qu’il s’agit de toucher.

Elus des villes petites et moyennes, profitez des aménités de vos territoires, mettez en avant ces atouts dont vous êtes, à raison, si fiers et qui reposent sur des éléments tangibles : temps de transport réduit, prix du foncier abordable, meilleur équilibre entre vie familiale et vie professionnelle… Adaptez vos politiques publiques aux nouvelles formes de travail et non l’inverse. En bref, regardez l’avenir en faisant (re)venir des travailleurs sur vos territoires.

Notes

Note 01 Entre 60 % et 80 % des salariés de ces entreprises travaillent déjà à distance. Retour au texte

Note 02 Utilisateurs précoces de nouvelles technologies, ndlr. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Villes petites et moyennes : l’avenir passe par le travail à distance

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X