Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité maritime

Quand les coupes budgétaires anglaises menacent la sécurité en mer en France

Publié le 26/11/2010 • Par Patrick Bottois • dans : Actu prévention sécurité, Régions

Rapporteur du budget de la mer à l'Assemblée et député (UMP) de Seine-Maritime, Jean-Yves Besselat s'inquiète d'une décision que l'Angleterre pourrait prendre concernant la sécurité maritime en Manche, où passent 250 000 navires par an entre les côtes françaises et anglaises.

Dans le cadre de la diminution de ses dépenses publiques, le gouvernement anglais estime en effet « que la mise à disposition de remorqueurs de sauvetage ne constitue pas une utilisation correcte de l’argent public et que les assistances doivent être menées par les armateurs et des sociétés de remorquage privées ».

Rapport coût-risque
«Ce serait une décision stupéfiante, estime Jean-Yves Besselat. Il est impensable qu’un pétrolier en détresse négocie avec une société de remorquage pour être sauvé. Il n’y a que deux solutions : l’Angleterre maintient le statu quo, avec nos marines nationales, ou l’Europe doit financer la sécurité en Manche. La France ne peut le faire seule. » Selon le député, les 6 remorqueurs en vigilance permanente en Manche (3 anglais, 2 français et 1 affrété en commun) ont prouvé leur efficacité : 350 interventions en 5 ans sur des incidents de mer, dont certains auraient pu se transformer en accidents graves. Quant au coût d’affrètement, il est faible au regard du risque couvert : « Il revient à 11 millions de livres [environ 13 millions d’euros, NDLR] par an à l’Angleterre, alors que le naufrage de l’Erika a coûté 900 millions d’euros aux collectivités. » L’élu attend la réponse de l’ambassadeur anglais à Paris, auquel il a écrit en ce sens.

Régions

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quand les coupes budgétaires anglaises menacent la sécurité en mer en France

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X