Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Fermetures de places hivernales : l’Etat fait un effort, les collectivités attendent le détail territorial

Hébergement d'urgence

Fermetures de places hivernales : l’Etat fait un effort, les collectivités attendent le détail territorial

Publié le 20/03/2017 • Par Rouja Lazarova • dans : France

Précarité, SDF, pauvreté
Fotolia
A la veille de la fin de la trêve hivernale, le 15 mars, la ministre du Logement Emmanuelle Cosse annonçait la pérennisation de 5000 places d’hébergement, alors que 10000 places hivernales vont fermer. Elle répondait ainsi à l’inquiétude des associations. Au même titre que les collectivités, elles se réjouissent de l’annonce, mais attendent des précisions sur la répartition territoriale des places.

« Nous saluons l’effort du gouvernement, cet hiver, et sur l’ensemble du mandat. Mais il y a toujours des personnes à la rue. Et l’effort doit avoir une répartition équitable. Paris concentre par exemple 40% de l’hébergement d’urgence en Ile-de-France. D’autres communes doivent aussi s’investir », estime Bruno Morel, directeur général d’Emmaüs Solidarité.

Décalage avec le terrain

Le directeur général de la Fédération des acteurs de la solidarité (ex-FNARS), Florent Gueguen, rejoint cette position. Il souligne également l’importance de l’effort de l’Etat – deux fois plus de places pérennisées que l’hiver dernier –, mais il s’interroge sur sa répartition géographique :

Cette annonce est déconnectée de la réalité de certains territoires où le problème est plus foncier que budgétaire, comme sur Paris ou Lyon, par exemple. A Paris, 1000 places vont fermer à partir de fin mars. Pour les reconstituer, il faut trouver des locaux disponibles, plutôt publics. Les associations n’ont pas pour l’instant de sites disponibles pour pérenniser des places.

A Grenoble, le maire adjoint à l’action sociale, Alain Denoyelle, conseiller communautaire au sein de la métropole grenobloise, espère que les 300 places d’hivers seront pérennisées, conformément à la demande formulée à la Direction départementale de la cohésion sociale. Dans ce département, le 115 a été saturé plusieurs jours.

Et après la trêve hivernale ?

« Zéro sortie d’hébergement hivernal sans proposition », tel est l’objectif ambitieux fixé par la ministère à ses services. Pour l’atteindre, une collaboration huilée entre les partenaires est nécessaires : services déconcentrés de l’Etat, collectivités, bailleurs sociaux, associations. « Il faut une dynamique de réseau entre les partenaires », estime Marie-Dominique Dreyssé, adjointe au maire en charge de l’action sociale territoriale de Strasbourg. En dehors des 160 places d’hiver, une vingtaine de places ont été ouvertes en période grand froid, ainsi que 80 dans le gymnase. Fin janvier le gymnase a été fermé. « Nous avons mis en place un accompagnement spécifique des personnes. En amont nous avons travaillé avec l’Etat et les bailleurs sociaux pour permettre le glissement des personnes prises en charge par la ville dans les dispositifs d’hébergement de l’Etat. Nous avons réussi à glisser les 80 places », illustre Marie-Dominique Dreyssé.

A Montreuil, la ville a mis en place un dispositif innovant, fiancé par l’Etat et piloté par le CCAS (Centre communal d’action sociale) : un gymnase accueillant 30 hommes seuls, avec un accompagnement intensif vers l’insertion. Le gymnase a fermé fin février, et la quarantaine d’hommes passés par le dispositif ont des solutions d’hébergement.

Cependant, selon la Fédération des acteurs de la solidarité, la fermeture de places de grand froid, débutée fin janvier, ne se passe pas toujours aussi bien ailleurs en France. La fédération a recensée 120 personnes remises à la rue dans le Rhône, 120 dans la métropole lilloise, 95 en Seine-Saint-Denis, etc.

 

Fermeture des places en CAO

Fin avril, 2500 places en CAO – ces centres crées pour accueillir les migrants de Calais -  sur les 8000 fonctionnent réellement, doivent fermer selon la Fédération des acteurs de la solidarité. Marie-Dominique Dreyssé ne semble pas s’en émouvoir : « Nous sommes une ville de passage migratoire. Nous avons environ 300 à 400 demandeurs d’asile par mois. Les 150 places en CAO, on ne va pas le sentir. » Mais Florian Gueguen prévient des difficultés locales qu’il y aurait à reconstituer les places en CAO, rappelant l’opposition de certains maires.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Fermetures de places hivernales : l’Etat fait un effort, les collectivités attendent le détail territorial

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X