Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Transparence de la vie publique

Le déontologue de la ville de Strasbourg dresse un second bilan tout en contraste

Publié le 20/03/2017 • Par Pascal Weil • dans : Actu juridique, Régions

Présentation du déontologue
Jerome Dorkel/CUS
Patrick Wachsmann, déontologue de la ville de Strasbourg, a rendu public son rapport d’activité 2016. Deux ans après sa prise de fonction, « le tableau est contrasté », dit-il. Les demandes de conseils des élus ont augmenté mais restent encore peu nombreuses.

 

Le déontologue : une institution-alibi ? La question est posée par Patrick Wachsmann, professeur de droit public qui exerce cette fonction à Strasbourg depuis deux ans, dans son rapport d’activité 2016 rendu public le 15 mars. Une interrogation légitime au regard du nombre modeste, mais « sans être négligeable », de conseils et de demandes qui lui ont été adressés l’année dernière par les citoyens et les élus municipaux. « Des chiffres particulièrement faibles » qui ne manquent pas d’inquiéter celui qui est en particulier chargé d’éclairer ces derniers sur les éventuels risques de conflits d’intérêts et sur les mesures à prendre pour y faire face.

Le premier déontologue municipal installé à Strasbourg

Au-delà de ce constat, le déontologue relève toutefois « la qualité de l’écoute » qu’il a rencontrée auprès du maire, Roland Ries, et de certains élus. « C’est dans celle-ci que l’on peut puiser des raisons d’espérer que l’institution n’est pas inutile et qu’elle permet effectivement d’avancer dans la lutte contre les conflits d’intérêts, qu’ils soient actuels ou futurs, et, plus largement, dans l’affirmation de comportements publics exemplaires de la part des élus municipaux ...

Article réservé aux abonnés gazette

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le déontologue de la ville de Strasbourg dresse un second bilan tout en contraste

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X