Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Protection de l'enfance

Enfants du djihad : le secteur associatif craint de ne pas être associé

Publié le 20/03/2017 • Par Emilie Denètre • dans : Actu experts prévention sécurité

associations CNAPE mains enfant
Cnape
Avec le retour annoncé de près de 400 mineurs -dont une moitié d’enfants de moins de 5 ans – d’Irak et de Syrie dans les prochains mois, le secteur associatif fait valoir ses compétences, tout en tirant la sonnette d’alarme sur son exclusion de certains dispositifs.

Que ce soit en matière civile, dans le cadre de la Protection de l’enfance, ou en matière pénale, dans le cadre de la Protection judiciaire de la Jeunesse, le secteur associatif est devenu un acteur difficilement contournable.

En moyenne, les associations mettent en oeuvre 80 % des décisions de protection de l’enfance, les départements ayant souvent trop peu de structures en propre, pour faire face aux demandes. Dans le cadre pénal, ce sont également des partenaires au quotidien des services du ministère de la Justice.

Pourtant, le secteur associatif s’interroge sur le rôle que le gouvernement entend lui faire jouer dans le dispositif d’accueil des enfants de retour du djihad.

 Ne pas être appelés au dernier moment

« Avec ces enfants, je pense qu’il faudra notamment gérer les traumas de ...

Article réservé aux abonnés Club prévention sécurité
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club prévention - sécurité

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club prévention sécurité

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Enfants du djihad : le secteur associatif craint de ne pas être associé

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X