Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Culture

Les professionnels de la culture veulent un débat politique

Publié le 17/03/2017 • Par Hélène Girard • dans : France

culturemasque-img-dossier
Flickr CC by Tim Green aka atoach
Les politiques culturelles locales seront-elles à réécrire ? Si les avis divergent sur l’ampleur de la réécriture, tous les professionnels s’accordent sur l’urgence d’un débat de fond pour reconfigurer l’intervention des collectivités.

« Mesdames, Messieurs les candidats », parlez-nous, interpellez-nous ! ». En clôturant les 4èmes assisses nationales des directeurs des affaires culturelles des collectivités, réunies à Strasbourg les 9 et 10 mars 2017, Frédéric Lafond, président de la FNADAC, a appelé de ses vœux, et pour ses pairs, à un véritable débat sur les politiques culturelles.

Droits culturels

Le moment, campagne présidentielle oblige, suivi d’une campagne pour les élections législatives, devrait être y être très favorable. Mais force est de constater que le débat tarde à se nouer. Si les candidats évoquent la culture, les politiques culturelles proprement dites, et encore plus leurs dimensions territoriales, restent, au mieux, évasives.

Les directeurs des affaires culturelles (DAC) des collectivités « ont besoin de vision stratégique, de temps, de moyens pérennes, de coopération, qui réparent les disparités, martèle Frédéric Lafond. Il est insuffisant de donner des droits, il faut les rendre concrets et palpables. » Allusion aux droits culturels, un nouvel horizon des politiques culturelles introduit en droit français, d’abord par la loi NOTRe du 7 août 2015, puis par la loi « LCAP » du 7 juillet 2016. Et d’appeler à faire évoluer les modes de formation des professionnels de la culture, pour une meilleure compréhension de « ce qu’est la dignité de l’autre ».

Ambition

« Nous avons besoin de plus d’ambition politique », confirme Jean-Pierre Saez, directeur de l’Observatoire des politiques culturelles (OPC), qui évoque une période « entre espoir et optimisme». Pour gagner le moindre pourcentage de population par la culture, par exemple pour attirer le public vers les bibliothèques, il faut mener un travail considérable, et cela coûte.»

CC0 via Pixabay

CC0 via Pixabay

Or, la dernière note de conjoncture de l’OPC publiée le 27 février 2017 pointe une évolution inquiétante, avec 59% des collectivités étudiées qui ont taillé dans leurs budgets « culture », à des degrés divers, et avec des priorités différentes selon les domaines. Pire : seules 3% des collectivités ont l’intention de faire progresser les crédits culturels.

L’OPC traduit ce repli financier en indice d’ « affaissement » des ambitions des collectivités, que les élus doivent redresser : « c’est cette perspective du renforcement des coopérations qui peut redonner un élan à la culture dans les territoires. » Et Jean-Pierre Saez d’appeler à « une autre mesure de la participation à la vie culturelle ».

Optimisme

Du côté des élus, Olivier Bianchi (PS), maire de Clermont-Ferrand, président de Clermont Auvergne Métropole et co-président de la commission « Culture et attractivité du territoire » de France Urbaine, se veut optimisme « Nous sommes dans la crise, mais plus encore dans la mutation. C’est une chance extraordinaire de pouvoir vivre une période où les politiques culturelles sont à réécrire. A nous de le faire. Ni les DAC, ni les élus, ni les artistes ne peuvent le faire seuls. Il faut faire revenir les politiques dans cette affaire. A cette condition, vous les DAC, vous vous sentirez moins seuls. »

 

Comment s’inscrire à  la  newsletter Culture-Documentation

Une fois inscrit à la newsletter Culture-Documentation, vous la recevrez tous les 15 jours dans votre boîte mail.

Avant toute chose, vous devez disposer d’un compte personnel sur le site de la Gazette.

1-Allez sur la page d’accueil, et en haut à droite, cliquez sur « connexion ».

CONNEXION NL Capture

Puis remplissez les différents champs de renseignement présentés.

Si vous avez déjà un compte, connectez-vous comme d’habitude.

2- Une fois le compte créé, retournez dans  « mon compte ».

Choisissez « mes newsletters et alertes forum »

ABONNEMENT NL Capture

Puis choisissez dans le menu la « Newsletter Culture & Documentation » dans le menu proposé.

JEMABONNE Capture

Merci pour votre abonnement !

 

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les professionnels de la culture veulent un débat politique

Votre e-mail ne sera pas publié

Tafani JP

30/03/2017 01h27

Voici ce qu’on pourrait dire/déduire des programmes connus de 2017

La Culture en marche 2017 !
JP Tafani, Paris 1er

Force est de constater que depuis très longtemps (1981), la culture qui n’avait semblé n’être ni un enjeu politique, ni -encore moins !- un enjeu électoral, revient au galop dans cette campagne électorale bien atypique.
Depuis qu’E Macron a annoncé le crédit /passeport de 500 € pour les dépenses culturelles des jeunes adultes dès décembre, chaque candidat s’est doté d’un volet culturel à son programme, soit pour être patriote, soit pour être européen…

A ce jour, ce sont les programmes de JLM, BH qui paraissent avec une communication forte : ces candidats de gauche « étoffent » leur projet culturel…qu’en est-il ? A droite, on hésite entre le patrimoine à sauvegarder, les incitations fiscales et la tentation de la culture très populaire (les grandes fêtes technologiques et les fresques historiques, la cuisine) que MLP et Yves Jégo veulent FRANçaise …de souche !

PS :
Pour le candidat socialiste, sa fronde concrétisée dans le revenu universel et la dépénalisation de l’herbe tend à renvoyer à l’action –populaire- du fameux Ministre de François Mitterrand qui coule des jours paisibles à l’Institut du Monde Arabe, sans toutefois réussir le pari du budget de son établissement, donnant ici et là des avis –toujours pertinents- sur l’architecture, le patrimoine. Mais lorsqu’on regarde les « 13 mesures » -porte bonheur ?- on ne peut que souscrire à ces (ses) bonnes intentions et voir qu’il n’a pas été consulté , pas encore. On oppose la crise actuelle (moins d’emplois dans l’édition, dans les arts vivants, la presse perfusée) à un Eden passé, où par chance il y avait FM et Jack Lang.
La seule innovation du projet BH pour la culture est dans l’augmentation du budget, que F Hollande a fini par augmenter juste avant son départ, déjà si j’ose dire ! Qui paie, mystère que le contribuable saura élucider, comme lorsqu’il participe à ces nouveaux jeux « escape » ? Les socialistes, au pouvoir partout, avaient mis la priorité parait-il sur la « ruralité ». A ce jour, à part les négociations avec les 2 milliardaires mécènes autour de l’enjeu « capitale », bien peu de résultats, même si nous aimons le Musée d’Issoudun ou le Musée Soulages à Rodez par exemple. La gôche que raille MLP a les yeux de Chimène pour les grandes fêtes populaires, les grandes expositions tandis qu’elle torpille toutes les initiatives privées –trop petites, tsu klein comme disent les garde pêche !- Il y aurait donc une culture d’Etat, pour tous avec des « statuts » subventionnés par …l’impôt, mais comme les Ministres de l’Education sont peu cultivés (depuis ..JP Chevènement ?), même si BH donne l’impression de savoir ce que sont vraiment les néo-nicotinoides, les bis-phenols et les perturbateurs endocriniens il n’en reste pas moins muet sur l’action gouvernementale qui condamne les serres d’Auteuil, l’Hotel de Rotschild dans l’Ile de la Cité et tant d’autres aberrations du quinquennat.
BH reprend la copie d’EM en l’amplifiant pour le passeport culturel de 12 à 18 ans.
Est-ce l’indice qu’il n’y a que bien peu de choses dans le programme mis à part de louables intentions et la promesse de dépenses, puisque LR « sabre »dans les crédits régionaux aux associations (sauf les Chasseurs pour Laurent W, fan de cette culture) décidées naguère par la vague rose.

Front de gauche
JLM présente un bien triste « premier volet » de 40 pages où il est surtout question de pulvériser le plafond des dépenses…sans vraiment qu’on sache si les artistes, les emplois liés à la culture (la télé, les activités numériques, le patrimoine support du tourisme) bien plus nombreux encore que les personnels des établissements du Ministère (musées, Opéra, Centres Nationaux auquel il ajoute celui des « jeux vidéos ») bénéficieront le moins du monde de cette manne. Qu’il est loin le temps où Michel Germa aidé par Geneviève (De Gaulle)Anthonioz ou Aragon disposait de la très bienveillante inattention des caciques du PC français et inventaient sans beaucoup d’argent un soutien à l’art contemporain !
Incorporation des « biens culturels » dans ‘ISF, rien de tel pour qu’il n’y ait plus que l’Etat client, donneur d’ordres le tout dans le mépris le plus total de ces intellectuels de France qui forment « le marché » -l’essentiel des dépenses- liées au cinéma, théâtre, danse, musique et …arts plastiques. On est dans la revanche de l’effondrement du « Mur », la confiscation et … celà s’arrête lorsque l’argent des autres est tari et on rejoint au moins un peu MLP même si le couronnement des ronds points par des œuvres plastiques (la généralisation du 1% est la –seule ?- mesure applicable) par des artistes des pays opprimés ou par ceux de la France profonde. Mais les artistes –surtout les sculpteurs- n’ont-ils pas une responsabilité dans ces « monumentales intolérances » ? Alors JLM n’hésite pas à préférer les artistes vivants qui seuls bénéficieront du droit de suite (alors que droit d’auteur perdurait en France 75 ans après le décès pour les ayant droits), à confisquer la littérature ? Apparemment l’influence de l’appareil vise à l’uniformité contrairement à ce qui est annoncé. Des musées ouverts …le dimanche et le soir ? on ne sait pas bien sauf qu’ils devront être tous gratuits le dimanche ou s’ils sont subventionnés ; ça c’est plutôt bien quoique – aurait dit Raymond Devos- à partir de quel montant ou fraction de subvention doit on la gratuité ? Chaumont, ce magnifique jardin que convoitent les conservateurs les plus en vue, avec ses 30 à 50 euros de subvention par visiteur devenu gratuit –pour les nationaux car l’argent des touristes est sûrement encore bienvenu au pays du Front- viendra-t-il titiller en fréquentation les grands châteaux de la Loire ? Les petits châteaux ne se verront plus reprocher de coûter à la collectivité une fois légués par une aristocratie décadente et de riches fous … De vaillantes Maisons de la Culture au budget sans doute d’un coup devenu pléthorique inonderont les travailleurs –et les cadres- de culture française…
La culture est bien entendu une valeur de Gauche !

LR
Néanmoins, la droite Fillonniste a mis l’accent sur la liberté d’entreprendre, parfois sur les PME auxquelles elle rattache le réseau « patrimonial » qu’elle sait bien privé pour l’essentiel de ce qui forme les paysages de France : Périgord, Bordelais, Dauphiné, Touraine. Elle va même jusqu’à adouber les Demeures des Illustres, et parfois aussi les chefs d’œuvre de l’architecture –même piétinés par le PS lorsqu’il s’agit d’agrandir …Roland Garros- ou au contraire préservés dans de coûteux PPP , une aberration dans la réalité pourtant à partir d’une idée « ni à droite ni à gauche » qui aurait pu imposer une « morale » du lien privé-public. Comme les mécènes ont choisi le contemporain, on s’y attache come on monte dans le train …en marche !
F Fillon s’est aussi fait « pirater » ses 1000 pépinières d’artistes (par JLM qui les appelle des Fabriques), comme s’il était bon de copier, pomper ?
Ni Juppé, ni Sarkozy n’avaient réellement montré un intérêt pour ce secteur bien que l’ancien Président ait nommé un conseiller à la Culture de province dont la démarche était intéressante, dans la ligne DDV ou Fred Mitterrand moins mondaine. En ces périodes de terrorisme, l’intérêt de la culture –et de la langue – renait en effet. La droite n’a pas à rougir de son action, sauf lorsqu’elle se lâche dans le Figaro avec …beaucoup d’inculture ! Ni Mme Levest , philosophe, qui semble ignorer l’art contemporain au point de na pas imaginer que Picasso ait été ..Catalan et De Staël de St Petersbourg, ni Yves Jégo n’auraient dû lancer cette stupide polémique sur l’art de France. Ah Lagarde et Michard et Joachim du Bellay ! Pourtant sur la question des programmes scolaires qui devraient incorporer l’histoire de l’art –et des sciences !- silence des 2 côtés.
Front National
MLP quant à elle semble vouloir un art pour tout le monde, même si ses troupes ont encore trop de haine pour les intellectuels qui en dehors de Me Collard ne forment pas le gros de ses troupes. Mais le FN n’est-il que sa caricature où l’on repeint l’œuvre d’un sculpteur pour qu’elle devienne plus gaie ? N’oublions pas que M Ménard était à la tête des Journalistes contre les dictatures, que F Philippot est aussi passé par les grandes écoles, etc. Oui il y a du souci à se faire lorsqu’on est écrivain, journaliste, éditeur ou peintre, oui les écoles des Beaux Arts ont du souci à se faire pour boucler de futurs budgets à moins de se résigner à un art doté d’un contrôle officiel –donc stérile- comme jadis lorsque la commande de monuments à la gloire des illustres ou des morts déterminait la carrière artistique mais on peut faire confiance à l’esprit français pour conserver une véritable liberté d’expression. Les artistes, depuis le « collectif de Fréjus » ont pris les devants en canardant le bleu Marine ! mais combien d’entre eux votent vraiment ?

EM…
Alors pourquoi la culture n’est ni de droite ni de gauche ? Une évidence, qu’il convient de démontrer avec un programme je veux dire une lettre de mission détaillée pour le ou la future Ministre d’une part et une méthode d’autre part. EM propose des pistes sur lesquelles on lui emboîte le pas (le pass !) ou on l’invective (la pluralité, gage de l’attraction internationale de la France !) auxquelles il me semble qu’il faut joindre ces 2 éléments …d’équilibre et de liberté. Nous avons besoin d’insérer l’excellence artistique et scientifique dans la société pour permettre aux enfants de rêver des jours meilleurs. Cependant que les actions en cours obèrent le budget du Ministère pour des années, alors qu’il convient de bâtir sur les succès, d’encourager les initiatives privées et publiques, la générosité et le volontariat devraient cesser d’être mises en coupe réglée par les appareils de partis à la recherche …de voix. Combien d’élus de province ou de la capitale capables de présenter une action culturelle ?

Arrêtons ces « branquignols » de la culture officielle et trouvons une voie difficile et sinueuse qui utilise les pierres que chacun souhaite apporter à l’édifice qui fait encore le succès de la francophonie, de l’édition d’art comme des cours numérisés depuis le plus grand musée du monde qu’est encore Le Louvre. Aujourd’hui l’art de France, c’est aussi bien la protection du patrimoine (particulièrement sous capitalisé) les grandes occasions festives, les institutions subventionnées et le réseau des acteurs anonymes et dévoués à une cause qui les dépasse et pour laquelle ils se passionnent : « ils l’ont fait puisqu’ils ne savaient pas que c’était impossible » . Nous en avons assez du dénigrement et des combines, n’est il pas temps d’autre chose du genre proposition/action ou expérimentation/bilan a posteriori/re -action ?

Soyons patriotes, européens …et citoyens du monde !
Réinventons un modèle qui fait la part belle aux créateurs et qui met en valeur les formations diplômantes de tous les domaines d’excellence autour de la Culture des Arts et du Patrimoine !

Quelques Liens utiles
http://toutelaculture.com/actu/presidentielles-actu/le-programme-culturel-de-benoit-hamon/
https://avenirencommun.fr/le-livret-culture
http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/02/19/social-securite-culture-melenchon-chiffre-son-programme-sur-youtube_1549528
https://www.fillon2017.fr/projet/culture
http://www.frontnational.com/2013/02/culture-ou-cul-ture-la-gauche-et-les-tartuffe-au-conseil-regional
http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/02/17/le-front-national-assume-un-discours-sur-la-culture-tristement-terrifiant_5081532_3232.html
https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/emmanuel-macron-mes-propositions-pour-la-culture
https://en-marche.fr/emmanuel-macron/le-programme/culture

Notes:
1-et 3ème circo du Cher !
2- Lang Jack !
3- Un progrès par rapport à la plupart des Ministres des gouvernements de F Hollande, bien qu’il ignore je pense de quoi est constitué un dossier européen préalable à la mise sur le marché comme les distinctions toxicologiques entre l’administration US, japonaise, ou des grands pays européens, pré-requis indispensable …et lacunaire.
4-M Thatcher disait a peu près “Socialism ends when others go bankrupt”
5- Titre de la monographie sur le sculpteur Jean Baffier, antidreyfusard notoire et chantre du régionalisme et de l’écologie
6- Depuis longtemps la définition de la richesse (vivre des intérêts de ses intérêts) a été abandonnée pour un « seuil » populiste éminemment variable selon que vous aimiez le sport ou la chanson, qui vise à faire accroire que la « redistribution » est l’alpha et l’oméga de la politique…

7- 80 000 € en dix ans par la Région Centre pour un château de plusieurs millions légué par de généreux donateurs en 2005 et la presse et les élus PS se déchaînent contre pareille « gabegie » tandis que Culture O Centre …

8- PPP Partenariat public privé
9- Gil Averous, Maire de Chateauroux où existent un musée d’art contemporain, un centre de musique et de chant, à côté du musée George Sand, un centre ville sauvegardé…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X