Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

En direct du Congrès

Education – Les élus prônent une loi pour rétablir la semaine de 4 jours et demi

Publié le 24/11/2010 • Par Stéphanie Marseille • dans : France

La première partie de l’atelier « Numérique à l’école, rythmes scolaires… les maires au cœur de la réussite de l’enfant », le 24 novembre au Congrès des maires, a rappelé les nombreuses attentes des élus en matière de politique éducative locale.

« Je voudrais tout d’abord exprimer ma colère devant la suppression du samedi matin, qui a fichu par terre une partie du travail de notre Projet éducatif local. La semaine de 4 jours est une aberration ! » tonne Etienne Butzach maire de Belfort.
Intervenant lors des questions de la salle, l’élu belfortin a résumé un ressentiment qui ne se tarit pas chez ses collègues. « Moi, je suis contente de cette semaine de 4 jours : on sait désormais ce qu’il ne faut pas faire ! Car nous constatons l’épuisement de nos enfants, incapables d’apprentissages. Sans compter que ce rythme met les plus fragiles encore plus en difficulté », complète, provocatrice, la représentante de la FCPE.

Articuler temps scolaires et périscolaires
Elus, chronobiologistes et associations (FCPE, Ligue de l’enseignement) se sont rejoints dans un même et unique constat : la nécessité de réduire la journée de cours dans le primaire, de réaménager le temps scolaire sur l’année et de mieux articuler temps scolaires et périscolaires.
« Je rappelle que la circulaire de rentrée enjoint aux inspecteurs d’académie d’encourager les semaines de 4 jours et demi », contre Jean-Michel Blanquer, directeur de l’enseignement scolaire, qui représentait Luc Chatel, avant de reconnaître qu’elle n’a pas été suivie de beaucoup d’effets.

Les attentes suscitées par le débat national sont donc importantes. « J’avais fondé de grands espoirs sur la Conférence nationale sur les rythmes scolaires et ce d’autant que l’inspectrice d’académie a réuni quelque 70 participants pour en débattre. Mais la question a été liquidée en deux heures ! Un peu de sérieux, voyons ! Nous aurions tous avantage à prendre le temps du débat au sein des comités départementaux de l’Education nationale, de façon à préparer les propositions de la Conférence nationale et une future loi » déplore Yves Ménager, président de l’AMRF (maires ruraux) du Loir-et-Cher. « Nous disposons d’une personne en charge du dialogue avec les maires, mais le débat, qui semble de trop courte durée, a vocation à se prolonger dans les académies » répond Jean-Michel Blanquer.

A la loi de trancher
Etienne Butzbach avance : « Nous avons mené une grande concertation via les conseils d’école et j’ai pu constater un formidable renoncement chez les enseignants, à qui on demande de choisir entre plus ou moins d’heures de cours alors qu’ils ont le sentiment d’être malmenés par leur ministère. En fait, c’est à la loi de trancher sur les rythmes scolaires et non aux conseils d’école ».

La proposition est partagée par de nombreux élus, qui s’en réfèrent à l’Appel de Bobigny, porté par le réseau français des villes éducatrices, qui appelle à la reconnaissance des projets éducatifs locaux par voie législative. Seul nuance : que le cadre national s’adapte aux réalités locales.

La salle a aussi exprimé sa frustration de voir les réformes se succéder sans jamais procéder à des évaluations préalables des dispositifs en place et sa vive inquiétude de voir l’école accepter de moins en moins d’enfants de moins de trois ans. L’affirmation du soutien à l’école maternelle mise en avant par Jean-Michel Blanquer n’a pas convaincu l’auditoire : la salle l’a sifflé.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Education – Les élus prônent une loi pour rétablir la semaine de 4 jours et demi

Votre e-mail ne sera pas publié

dom

26/11/2010 10h59

pourtant la communauté éducative avait alerté sur ce sujet ! mais on l’a point écouté…

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X