Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

En direct du Congrès

Réforme territoriale : Philippe Richert assure le service après-vente

Publié le 24/11/2010 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Le nouveau ministre en charge des collectivités a défendu, devant les maires réunis en Congrès, le projet de loi définitivement voté le 17 novembre par le Parlement.
Philippe Richert, président de la région Alsace, devient ministre des collectivités territoriales

Philippe Richert, président de la région Alsace, nouveau ministre des collectivités territoriales

Baptême du feu, ce 24 novembre au Congrès des maires, pour le nouveau ministre en charge des collectivités territoriales, Philippe Richert.
Devant une salle un peu clairsemée par l’approche du déjeuner, le patron (UMP) du conseil régional d’Alsace a joué la carte de la proximité, mettant en avant son pedigree d’ancien sénateur et président de conseil général.

Pédagogue, l’ex-prof de sciences naturelles s’est attaché à démontrer que le « schéma » du projet de loi de réforme des collectivités définitivement voté par le Parlement le 17 novembre avait été chamboulé au fil de son examen parlementaire. Philippe Richert a regretté que les élus de l’opposition n’en tiennent pas compte.
Il a, notamment, jugé « suranné » le discours, le 23 novembre, du secrétaire général de l’Association des maires de France (AMF), André Laignel (PS). « En matière de compétence, on ne peut pas dire tout et son contraire », a tranché Philippe Richert, jugeant que l’absence, finalement, de répartition au « cordeau » correspondait aux « demandes des maires, des départements et des régions ».
« Nous voulons faire confiance aux territoires » a-t-il assuré, vantant les vertus du schéma département-région en la matière. « Je sais, monsieur le président de l’Association des régions de France (ARF), que l’absence d’élection au scrutin de liste peut poser problème », a concédé à l’adresse d’Alain Rousset, le président de l’Association des élus régionaux de France (AERF).

Philippe Richert n’est pas allé plus loin. Il n’en a guère dit davantage sur le « projet de loi n°61 » destiné, notamment, à intégrer dans le code électoral les conséquences de la naissance du conseiller territorial.

Préfets en accusation
Le ministre a surtout assuré le service après-vente du volet « Bloc local ». Le chapitre le plus consensuel de la réforme a suscité quelque tirage lors du débat préalable.
L’ancien ministre de l’Intérieur Jean-Pierre Chevènement a dénoncé « les pouvoirs considérables des préfets » pour intégrer les dernières communes rétives à l’intercommunalité à fiscalité propre. « Un marteau pilon pour écraser une mouche » a cinglé le sénateur (MRC) du Territoire de Belfort.
« Nos concitoyens n’en peuvent plus des moules uniformes », a approuvé le député (Debout la République), Nicolas Dupont-Aignan, plaidant pour des « jardins à l’anglaise ».
« Cette obligation d’achèvement a été fixée par le législateur, pas par l’administration », a rappelé le patron de la direction générale des collectivités locales (DGCL) du ministère de l’Intérieur, Eric Jalon.

Christophe Sirugue, rapporteur (PS) de la commission « Intercommunalité » s’est lui attaché à rassurer les maires inquiets de la mise en place de l’objectif de rationnalisation de la carte des communautés existantes : « Il n’est pas nécessaire d’être gros pour être fort. » « Le but n’est pas de manger le voisin d’à côté » a-t-il insisté, en phase avec la salle.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Réforme territoriale : Philippe Richert assure le service après-vente

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X