Droit de l'urbanisme

Le pouvoir d’action du maire en matière d’infractions d’urbanisme

Par • Club : Club Techni.Cités

La chancellerie recense, en moyenne, quelque 1 500 infractions d'urbanisme par an donnant lieu à condamnation définitive, nombre qui augmente chaque année : 1 390 en 2004, 1 616 en 2006, 1 948 en 2008.

L’application des dispositions pénales de l’urbanisme relève de la compétence de l’Etat et, en conséquence, les décisions prises par le maire en la matière le sont au nom de l’Etat. Conformément aux dispositions des troisième et quatrième alinéas de l’article L.480-1 du Code de l’urbanisme, lorsque l’autorité administrative a connaissance d’une infraction de la nature de celles que prévoient les articles L.160-1 et L.480-4 du même code, elle est tenue de dresser un procès-verbal et d’en transmettre copie sans délai au ministère public. S’agissant du constat de l’infraction, l’autorité administrative ne dispose d’aucun pouvoir d’appréciation, même si elle peut demander au contrevenant de régulariser l’illégalité commise en sollicitant une autorisation d’urbanisme, si les règles d’urbanisme le permettent, ou en réalisant les travaux nécessaires pour rendre la construction légale. Selon les termes de l’article 40 du Code de procédure pénale, «le procureur de la République reçoit les plaintes et dénonciations et apprécie la suite à leur donner, conformément aux dispositions de l’article 40-1». Cette autorité judiciaire dispose du pouvoir d’apprécier l’opportunité des poursuites et peut décider du classement sans suite d’un procès-verbal. Toutefois, cette décision ne constitue pas un acte juridictionnel et ne bénéficie donc pas de l’autorité de la chose jugée. Le procureur, qui a le libre exercice de l’action publique, peut ainsi, jusqu’à l’expiration du délai de prescription, revenir sur son appréciation et exercer des poursuites, la réouverture du dossier par le parquet pouvant être suscitée par la transmission, par l’autorité administrative compétente, d’un nouveau procès-verbal accompagné de ses observations, comme le prévoit l’article L.480-5 du Code de l’urbanisme.

La chancellerie recense, en moyenne, quelque 1 500 infractions d’urbanisme par an donnant lieu à condamnation définitive, nombre qui augmente chaque année : 1 390 en 2004, 1 616 en 2006, 1 948 en 2008.

Par ailleurs, les dispositions du dernier alinéa de l’article L.480-1 du Code de l’urbanisme permettent à la commune, représentée par son maire, dans les conditions prévues par l’article 2122-22-(16°) du Code général des collectivités territoriales, d’exercer les droits reconnus à la partie civile, en ce qui concerne les faits commis sur son territoire et constituant une infraction à l’alinéa premier de l’article L.480-1.

Une telle procédure n’est pas soumise à l’exigence d’un préjudice personnel et direct (Cass. Crim. 9 avril 2002, req. n° 01-82687) et toute constitution de partie civile a pour effet de mettre en mouvement l’action publique, conformément aux articles 85 et suivants et 418 et suivants du Code de procédure pénale, mettant le juge d’instruction ou le tribunal dans l’obligation d’instruire ou de statuer (Cass. Crim., 21 sept. 1999, req. n° 98-85051). Enfin, si un contrevenant qui s’est vu ordonner, par une décision pénale devenue définitive, l’une des mesures de restitution prévues par l’article L.480-5 du Code de l’urbanisme refuse de donner suite à la chose jugée, le maire ou le fonctionnaire compétent peut faire procéder d’office aux travaux nécessaires à l’exécution de la décision de justice, aux frais et risques dudit contrevenant (art. L.480-9 du Code de l’urbanisme). Toutefois, en vertu de ce même article, l’autorité administrative dispose d’un pouvoir d’appréciation discrétionnaire s’agissant de l’exécution d’office d’une décision de justice pénale (CE, 31 mai 1995, «Libert et autres», req. n° 135586) et prend en compte, notamment, la possibilité de régulariser la situation administrative de la construction. Si l’obtention d’un permis de régularisation est exclue, l’exécution d’office doit alors être mise en œuvre, ceci sans préjudice de l’action en liquidation, puis du recouvrement de l’astreinte, si une telle mesure a été ordonnée par le juge pénal (art. L.480-7 et L.480-8 du Code de l’urbanisme).

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Nouvel avis de tempête pour le Cerema

    Alors que le projet de loi finances prévoit de fortes restrictions budgétaires et structurelles, le Cerema vient d'encaisser une nouvelle onde de choc suite à l'annonce de la démission de son directeur général, lundi. ...

  • L’île d’Ouessant, un laboratoire de l’autonomie des territoires insulaires

    Aidée financièrement par la région Bretagne et l'Etat, l’île d’Ouessant réduit sa consommation électrique et débute la production d’énergie verte. Mais elle s'estime freinée dans son élan par la réglementation, notamment la loi littoral. ...

  • Succès inattendu pour les atlas de la biodiversité communale

    L’Agence française de la biodiversité vient de sélectionner les collectivités lauréates de son appel à manifestation d’intérêt (AMI) concernant les atlas de la biodiversité communale. Cet AMI a remporté un véritable succès, qui a dépassé toutes les ...

  • L’actu juridique de la semaine

    Notre sélection de textes officiels, jurisprudences et réponses ministérielles intéressant les cadres de la filière technique, publiées par le Club Techni.Cités et sur Lagazette.fr entre le 1er et le 7 décembre 2017. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X