Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Très haut-débit

Eclaircie sur le financement des réseaux d’initiative publique

Publié le 13/03/2017 • Par Claire Chevrier • dans : A la Une finances, Actu experts finances, actus experts technique, France

haut-debit
Marilyn Gobert/La Gazette
Les RIP vont apporter le très haut-débit dans plus de quinze millions de foyers d’ici à 2022. Huit millions de prises restent à attribuer. L’appétence des investisseurs et la concurrence entre opérateurs permettent de baisser la participation des collectivités.

Les collectivités sont pressées de lancer leurs réseaux, et elles ont raison car les conditions sont optimales. « Plus de 30 dossiers RIP vont être attribués en 2017 et 2018. On constate une forte accélération des procédures », souligne Emmanuel Chrétien, directeur administratif et financier de l’opérateur Altitude infrastructure. Les liquidités affluent à des taux très bas car les investisseurs privés, fonds d’infrastructure et banques commerciales sont très intéressés par ce nouveau marché. « Le travail de régulation mené par l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), qui permet de mutualiser les réseaux, les rassurent. La durée des concessions, souvent de trente ans, leur assure que l’investissement pourra être amorti, même si le démarrage commercial est plus long que prévu. Enfin, c’est un sujet sur lequel il y a un vrai consensus auprès des citoyens et des politiques, ce qui, là aussi, sécurise les acteurs financiers », explique Pierre-Michel Attali, directeur « territoires numériques » à l’Idate consulting et research.

Des taux bas

Les fonds d’infrastructure et les banques commerciales ont aussi réalisé que la ...

Article réservé aux abonnés Gazette & Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités
  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Eclaircie sur le financement des réseaux d’initiative publique

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X