Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

[Opinion] Justice

« Le travail d’intérêt général plutôt que de nouvelles prisons »

Publié le 14/03/2017 • Par Auteur associé • dans : Actu prévention sécurité, France, Opinions

Sylvie Jolivot TIG
Jolivot
La création de 10 000 nouvelles places de prison sera donc l’une des dernières mesures de ce gouvernement, applaudie par un panel de représentants et candidats de tous bords. Cette mesure annoncée avec fierté répond-elle aux besoins des magistrats et des personnels de l’administration pénitentiaire ? C'est la question à laquelle répond Sylvie Jolivot, responsable du développement du forum du travail d'intérêt général au sein de l’association Chantiers-Passerelles.

La création de 10 000 nouvelles places de prison sera donc l’une des dernières mesures de ce gouvernement, applaudie par un panel de représentants et candidats de tous bords. Cette mesure annoncée avec fierté répond-elle aux besoins des magistrats et des personnels de l’administration pénitentiaire ? Rassure-t-elle vraiment les citoyens qui se sentent en insécurité ? Apportera-t-elle une réelle amélioration des conditions de détention ? Réglera-t-elle enfin le problème de la surpopulation carcérale ? Qu’on me permette d’en douter.

Je ne suis pas juriste, ma posture est celle d’une citoyenne relativement éclairée. J’ai intégré depuis peu une structure de la société civile, Chantiers-Passerelles, qui côtoie la justice et ambitionne de la titiller, de pointer ses forces et ses faiblesses, de participer à la faire grandir en entraînant la société avec elle. Concernant la question carcérale, j’observe que la France a suffisamment de recul, d’expérience et de moyens aujourd’hui pour analyser ce que produit la prison depuis plus de deux siècles.

Désocialisation des détenus

Toutes les études récentes démontrent que la prison est la peine la plus chère (100 euros par jour et par détenu), celle qui produit le plus de récidives (évaluées à 61 %) et celle qui est la plus désocialisante pour les détenus. Les conditions de détention sont dénoncées à chaque nouvelle étude par le contrôleur général des lieux de privation de liberté et de nombreuses associations. Le système pénitentiaire n’a pas suffisamment de moyens pour préparer la réinsertion à l’issue de la peine.

Enfin, la surpopulation carcérale est un problème récurrent depuis trente ans, et les chiffres nous montrent que lorsqu’on ouvre des places de prison, elles se remplissent immédiatement de nouveaux condamnés puisque la loi est de plus en plus répressive. La création de nouvelles places de prison ne permettra donc pas de régler toutes ces problématiques.

Alors, quelles solutions existent ? Comment remédier à la surpopulation carcérale, tout en s’assurant que la justice assure son rôle protecteur pour la société en pun

Ces solutions s’appellent la prévention de la délinquance, la dépénalisation de certains délits, les peines alternatives à l’incarcération, la justice restaurative. Elles sont multiples, variées, économes et intelligentes. Elles encouragent le débat, la rencontre entre les services de la justice et la société, voire parfois entre les victimes et les auteurs d’infractions. Et surtout, elles sont mises en pratique chaque jour et apportent les preuves de leur bénéfice pour la société.

Réparer le dommage causé à la société

Le TIG est un très bon exemple. Cette peine effectuée en milieu ouvert, sous le contrôle étroit de la justice, a vocation à conduire la personne condamnée à réparer le dommage qu’elle a causé à la société, en travaillant. Elle favorise les liens entre la justice et la société, puisque le TIG est généralement effectué au sein d’une collectivité ou d’une association. Elle prend en compte la dimension de réinsertion de la personne à l’issue de sa peine. Alors, allons-y, parlons-en, et détournons à leur avantage tous les moyens et les projecteurs qui sont orientés sans cesse sur le gouffre carcéral. Une autre justice est possible, et elle est en marche !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Le travail d’intérêt général plutôt que de nouvelles prisons »

Votre e-mail ne sera pas publié

PB

15/03/2017 11h05

C’est certainement dans ce sens qu’il faut agir: la prévention doit se développer !

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X