Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Bourses de l’emploi public local

Le maître mot des agglomérations : recrutement par anticipation

Publié le 03/03/2017 • Par Claire Boulland • dans : A la une emploi, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Business Man Holding Spyglass on Beach
Fotolia
Carte territoriale, retraite des agents, baisse des dotations: le paysage des collectivités n’en finit pas d’être bouleversé. Le baromètre de l'emploi public local 2014-2016 des centres de gestion montre qu’elles ont anticipé ces changements, surtout les communautés d’agglomération.

Carte EVE FNCDG

Comme une radiographie. Le baromètre 2014-2016 des bourses de l’emploi public local, que « La Gazette » publie en exclusivité en partenariat avec la Fédération nationale des centres de gestion (FNCDG) et l’Association nationale des directeurs et directeurs adjoints de CDG (ANDCDG), révèle les dynamiques territoriales à l’œuvre ces trois dernières années, en particulier l’anticipation des bouleversements liés à la nouvelle carte territoriale et à la baisse des dotations.

Le baromètre examine l’évolution du nombre et du type de postes proposés via ces sites, qui recensent les publicités obligatoires des créations et vacances d’emplois dans les collectivités. Il donne ainsi des indications sur leurs besoins exprimés en ressources humaines, à ne pas confondre avec les recrutements effectifs. Erwan Maheas, chargé d’étude au service « analyse et prospectives sociales » du centre interdépartemental de gestion (CIG) de la grande couronne d’Ile-de-France, constate que la progression des postes proposés, à temps complet ou non, est « modérée », à +5,8%. Une modération à mettre selon lui « en regard avec les baisses [du nombre de publicités] dans les régions et les départements », respectivement de -24% et -5,5% pour les seuls emplois à temps complet.

Une hausse vertigineuse de 91,6% en deux ans

Outre « un cadre législatif et réglementaire très mouvant ces dernières années [baisse des dotations, réforme des rythmes scolaires etc., ndlr], mais aussi, probablement, un plus grand recours qu’auparavant aux bourses de l’emploi », souligne Erwan Maheas, la modification de la carte territoriale semble avoir largement pesé sur le comportement des collectivités, et plus encore sur celui des communautés d’agglomérations. Ce sont elles qui connaissent la hausse du nombre d’emplois proposés la plus vertigineuse: +91,6% entre 2014 et 2016.

Erwan Maheas émet l’hypothèse d’une anticipation sur la loi de 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République (« Notre »), qui prévoit notamment le transfert des communes vers les communautés d’agglomérations de la « gestion des milieux aquatiques et prévention contre les inondations » (Gemapi), à compter du 1er janvier 2018. Elles gagneront également les compétences « collecte et traitement des déchets ménagers » et « eau et assainissement » en 2020. Ainsi, le chargé d’étude remarque, qu’entre 2014 et 2016, le nombre de postes proposés dans le domaine de la propreté et des déchets a été multiplié par 3,8, et ceux de l’eau et de l’assainissement par 2,8.

Graph 1 EVE FNCDG

Graph 2 EVE FNCDF

Les métiers du développement territorial ont la cote

Face à ces transformations, les métiers du « développement territorial » ont la cote auprès de ce type d’établissements publics de coopération intercommunale (EPCI). Avec une part du nombre d’emplois proposés de 5% sur 2014-2016, cette famille de métiers est la troisième la plus recherchée après l’enseignement artistique  (10%) et les affaires générales (5%), alors qu’au niveau de l’ensemble des collectivités, le podium est trusté par l’éducation et l’animation (14,5 %), les affaires générales (9,7 %) et le social (6 %).

Comment expliquer cet attrait spécifique pour le développement territorial de la part des communautés d’agglomération? Il est « logique », estime Christophe Lepage, directeur de l’observation prospective des emplois, des métiers et des compétences au Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), car ces personnes « sont capables de gérer des sujets transversaux très complexes. Ces profils sont rares. »

Eviter le trou d’air des départs à la retraite

On observe, en revanche, que les communautés d’agglomérations ont entre 2014 et 2016 moins recouru aux instructeurs en autorisation d’urbanisme, une inclinaison à l’image de l’ensemble des intercommunalités, qui sont pourtant désormais amenées à élaborer des plans locaux d’urbanisme. « Là encore, la loi a sûrement été anticipée bien plus en amont », estime le spécialiste.

Autre explication à l’explosion du nombre de postes proposés par les communautés d’agglomérations: l’anticipation des départs à la retraite. Sur cette période, ces EPCI ont particulièrement publié des offres d’attachés territoriaux (17% de l’ensemble des offres), de techniciens (15%) et d’adjoints techniques (10 %). Or, souligne Erwan Maheas, cela suit la tendance générale « très claire » consistant à rechercher les cadres d’emplois dont la part de départs à la retraite prévus d’ici 2020 est forte. Au niveau de l’ensemble des collectivités, l’intérêt s’est porté sur les adjoints techniques territoriaux (14,3 %), les attachés (11,7 %) et les adjoints administratifs (10,8 %).

Un effet « fusion » dans les régions

Les régions ont connu de fortes disparités dans leurs besoins en ressources humaines, selon qu’elles ont été plus ou moins impactées par les fusions de communes et d’établissements. Le baromètre montre ainsi que le nombre de postes proposés entre 2014 et 2016 a fortement augmenté dans les collectivités de Normandie et des Pays de la Loire (respectivement, +26,8% et +32,9%). Des hausses qui résultent, selon Erwan Maheas, des fusions d’EPCI et de communes.

La quantité d’offres publiées en Corse et en Provence-Alpes-Côte d’Azur a, elle aussi, bondi: +63,4% et +35%. Un observateur des politiques régionales avance que ces taux pourraient, en partie, refléter des « pratiques de clientélisme usuelles et connues de tous, mais enracinées dans leurs cultures… Et on les retrouve davantage dans le Sud de la France ».

Tableau EVE FNCDF

Les communes en recherche de policiers municipaux

Avec environ 30 000 emplois à temps complet et à temps non complet proposés sur l’ensemble du territoire en deux ans, les communes restent les principales chasseuses de têtes sur les bourses de l’emploi public, avec une augmentation modérée de +7,8% sur 2014-2016. Les acteurs de terrain sont convaincus que les élections municipales ont entraîné un renouvellement des équipes.

L’état d’urgence décrété fin 2015 est aussi à prendre en considération dans les besoins en ressources humaines. Aurélien Martin, chargé des études statistiques au CDG de la Charente-Maritime en veut pour preuve les chiffres publiés en mai 2016 par le ministère de l’Intérieur qui révèlent une augmentation de 2,67% des effectifs des policiers municipaux de 2014 à 2015. Une tendance que le baromètre de la FNCDG et l’ANDCDG entérine avec le constat que le « bloc communal » s’est montré 2,5 fois plus à la recherche de policiers municipaux en 2016 qu’en 2014.

A l’inverse des communautés d’agglomération, les communautés urbaines et les métropoles enregistrent une chute de 27,5% du nombre de publications d’offres d’emplois sur 2014-2016. Surprenant? Non, à en croire Floriane Boulay, de la commission « mutualisation, ressources humaines et ingénierie » de l’Assemblée des communautés de France: « En se stabilisant, elles n’ont plus autant besoin de recruter. » Et d’observer que « le mouvement de transformation des agglomérations en communautés urbaines traduit sans doute une volonté de rationalisation des effectifs », afin de diminuer le poids des dépenses de personnel dans leurs budgets.

 

« Passer de 25 à 42 communes implique nécessairement la recherche d’agents »

Sylvain Tillard, directeur général des services de Flers agglo (55 000 habitants, 242 agents) dans l’Orne.
Sylvain Tillard« La communauté d’agglomération de Flers a, ces dernières années, vu son cadre chamboulé [par les réformes territoriales et la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (Alur)]: elle doit instruire et délivrer les autorisations d’urbanisme et elle a récupéré la compétence gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations. Et, depuis le 1er janvier, Flers agglo s’est étendue, passant de 25 à 42 communes, soit 40% d’habitants supplémentaires. C’est un peu lourd à gérer et cela implique nécessairement pour nous la recherche d’agents de catégorie B de la filière administrative pour le service urbanisme et d’un technicien eau de catégorie A ou B. Nous souhaitons également investir le champ du numérique. Mais pour les autres secteurs, nous visons la rationalisation des postes. Flers Agglo et la ville de Flers ont déjà entrepris de mutualiser leurs services et ont mis en place un organigramme comprenant cinq pôles d’activités regroupant les douze directions. »

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le maître mot des agglomérations : recrutement par anticipation

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X