Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Social

Endiguer les bidonvilles, une nécessité

Publié le 07/03/2017 • Par Rouja Lazarova • dans : France, Innovations et Territoires

roms
Alain Bachellier (Flickr)
Réapparus en France à la fin des années 1990, les bidonvilles se multiplient et posent de nombreux problèmes en termes de légalité, de sécurité et d’hygiène. Seize mille personnes vivent dans ces lieux insalubres, sans accès approprié à l’eau et l’électricité. Une gêne pour les riverains, un défi pour les collectivités. L’évacuation d’un bidonville dépend de la bonne coopération entre la collectivité et l’Etat. Elle doit être préparée en amont et se poursuivre par un travail d’insertion.

Le 8 décembre 2016, la Dihal consacrait son 50e atelier aux « bidonvilles, réalités mondiales, réalités françaises ». Elle assumait ainsi un terme aux connotations négatives, banni du vocabulaire administratif au profit de formules du type « campement illicite », au risque de nier une réalité datant d’un autre âge. Comme le remarquent les auteurs du livre « Idées reçues sur les bidonvilles en France » (1), « il semble que l’on ait des difficultés à assumer qu’il existe des bidonvilles en France. »

Mieux cerner le phénomène

Ce choix, courageux, de la Dihal a deux mérites. D’abord, il place le phénomène dans une continuité historique porteuse d’espoir. Car la volonté politique, incarnée par la loi « Debré » du 14 décembre 1964 sur l’éradication des bidonvilles, a fini par porter ses fruits : on estime qu’ils ont été éradiqués en France vers la fin de la décennie suivante. Le terme permet également de mieux cerner le phénomène en le rapprochant des cinq critères qu’en donne l’ONU Habitat : accès inapproprié à de l’eau salubre ; accès inapproprié à l’assainissement et aux infrastructures ; manque de qualité structurelle des logements ; surpopulation ; statut résidentiel non ...

Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Endiguer les bidonvilles, une nécessité

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X