Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Santé

Déserts médicaux : ce que proposent les candidats à la présidentielle

Publié le 06/03/2017 • Par Isabelle Raynaud • dans : France

stethoskop mit euro
Schlierner - Fotolia
Les déserts médicaux sont désormais un réalité pour de très nombreux territoires. Face à cet enjeu, les candidats à l'élection présidentielle prennent position, allant du déremboursement des consultations des médecins en zone sur-dotée au développement de la télémédecine.

Les déserts médicaux s’étendent, partout. Touchant d’abord les zones rurales, le phénomène est aujourd’hui une préoccupation dans tous les territoires : campagnes, banlieues et même Paris si l’on prend en compte la présence ou non de médecins en secteur 1 (qui ne peuvent appliquer de dépassements d’honoraires).

La question est donc abordés par la majorité des candidats à l’élection présidentielle de 2017, avec des propositions assez proches et qui ne bouleversent pas ce qui a été mis en place par le gouvernement sortant.

Hamon : coercition, un gros mot

Benoît Hamon est le seul candidat à inscrire dans son programme le déconventionnement des médecins qui s’installeraient en zone sur-dotée. En clair, les patients des médecins qui s’installeraient là où on n’a pas vraiment besoin d’eux ne seraient plus remboursés de leurs consultations par l’Assurance maladie. Le système, déjà en place pour plusieurs professionnels de santé (infirmiers, kiné…) a souvent été demandé, sans résultat pour l’instant.

Pourtant, lors de la présentation de son projet santé devant les responsables mutualiste, mi-février, il ne reconnaissait sa proposition que du bout des lèvres, sans sembler vraiment l’assumer :

La coercition ne sera pas efficace si, sur le modèle de l’ENA, on oblige les jeunes médecins à s’installer dans un lieu précis.

En effet, comme le souligne les syndicats de médecins, les études étant longues, une fois l’étudiant diplômé, il a en général déjà des plans de vie. « Mais quand il y a installation dans zone surdotée, il y aura déremboursement », assure cependant Benoît Hamon.

Mélenchon : recrutement de généralistes fonctionnaires

Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France Insoumise, ne parle pas d’obliger les médecins à s’installer là où il manque mais de créer un corps de 10.000 médecins généralistes fonctionnaires. Objectif ? « Pallier l’insuffisance de médecins dans certaines zones ». Les praticiens travailleraient dans des centres de santé publics. Il explique :

Il y a plein de jeunes gens qui sont d’accord pour avoir cette vie. La preuve, c’est que vous avez plein de jeunes médecins qui font des cabinets collectifs, donc ça doit être possible.

 

Macron : développer les maisons de santé pluridisciplinaires

Emmanuel Macron prévoit d’augmenter le numerus clausus, sans néanmoins préciser de chiffre. Cette mesure peut néanmoins sembler insuffisante : d’une part le numerus clausus a régulièrement été augmenté ces dernières années, d’autre part compte tenu de la longueur des études. En effet, même si un nombre plus important d’étudiants passaient en deuxième année de médecine en 2018, ils ne pourraient exercer avant une dizaine d’années…

Par ailleurs, des médecins plus nombreux en général ne signifie en rien plus de médecins dans les déserts médicaux.

Le candidat annonce donc aussi vouloir doubler le nombre de maisons de santé « pour répondre aux attentes nouvelles des professionnels à travailler en groupe et ainsi favoriser leur installation dans les territoires sous dotés ».

 S’il ne croit pas aux mesures contraignantes sur l’installation des médecins, Emmanuel Macron veut « déverrouiller massivement » l’accès à la télémédecine.

Fillon : lier télémédecine et fibre optique

Le développement de la télémédecine est également l’un des points importants du programme santé de François Fillon qui souligne le lien de cette question avec le déploiement de la fibre optique sur tout le territoire. « Que l’Etat se débarrasse d’un grand nombre de participation dans des entreprise pour créer un fonds d’investissements pour le haut débit », demande-t-il pour pouvoir ensuite développer une politique de télémédecine sur tout le territoire.

François Fillon prévoit aussi de combattre les déserts médicaux en développant les maisons médicales, sans fixer d’objectif précis mais en laissant « une grande liberté d’organisation aux professionnels de santé pour créer les structures les plus adaptées ». Le candidat de la droite annonce également des Etats généraux de la santé fin 2017 pour « arrêter définitivement les mesures de modernisation de notre système de santé solidaire ».

Le Pen : le recours aux médecins retraités

La candidate FN veut lutter contre les déserts médicaux en instaurant un stage d’internat pour les étudiants en médecine dans les zones sous-dotées, mais aussi en permettant aux médecins retraités d’y exercer avec des déductions de charges. Des mesures déjà mises en place par les gouvernements successifs.

Marine Le Pen annonce également le maintien « au maximum » des hôpitaux de proximité, sans que ce maximum ne soit défini dans son programme.

Nicolas Dupont-Aignan : ouvrir le numerus clausus

« Il faut ouvrir le numerus clausus à 10 000 étudiants par an. » La proposition choc de Nicolas Dupont-Aignan, le candidat de Debout La France, augmenterait le nombre d’étudiants acceptés en deuxième année de médecine de près de 25%. « 10 000 c’est le minimum, car aujourd’hui 25% des nouveaux médecins sont étrangers », ajoute le député de l’Essonne.

« Il faut que la France assure son renouvellement médical », avec une restriction du nombre des médecins étrangers autorisés à exercer dans l’Hexagone ajoute-t-il dans son programme.

Sur ce point précis, le candidat de Debout le France veut mettre en place des mesures très fortes d’incitation mais pas d’obligation. Il propose ainsi de diminuer les cotisations Urssaf aux médecins qui s’installeraient dans les déserts médicaux.

Cet article est en relation avec le dossier

Cet article fait partie du Dossier

Présidentielle 2017 : les enjeux-clés pour les collectivités territoriales

Sommaire du dossier

  1. Le Pen versus Macron : des visions parcellaires des politiques culturelles
  2. La fonction publique pilotée par les Comptes publics – Le casting du premier gouvernement Macron
  3. Collectivités : les sept travaux d’Emmanuel Macron
  4. Le sacre d’Emmanuel Macron
  5. Présidentielle 2017 : les enjeux-clés pour les collectivités territoriales
  6. L’avenir de la fonction publique territoriale après l’élection présidentielle
  7. Réforme territoriale : le clash Macron-Le Pen
  8. Hervé Le Bras : « La nouveauté de cette élection, ce sont les clivages politiques à l’intérieur des régions »
  9. Présidentielle : faut-il supprimer le Sénat ?
  10. Ce qu’attendent les acteurs locaux des candidats à la présidentielle
  11. Présidentielle : faut-il réduire la part du nucléaire et accélérer la transition énergétique ?
  12. Présidentielle, législatives : quel coût pour les communes ?
  13. Le réseau Rn2a demande aux candidats de s’engager pour des archives « citoyennes »
  14. La lutte contre la fracture territoriale, le passage obligé des candidats ?
  15. Présidentielle : faut-il instaurer un revenu universel ?
  16. Présidentielle : le logement social doit-il être réservé aux plus pauvres ?
  17. Présidentielle : doit-on abroger la réforme territoriale ?
  18. Présidentielle : faut-il faire jouer la «Clause Molière» ?
  19. Les bibliothécaires demandent un équipement accessible en 15 min
  20. Les banlieues : grandes oubliées de la présidentielle ?
  21. Les propositions institutionnelles de Jean-Luc Mélenchon : en route pour une VIè République
  22. Présidentielle : faut-il nationaliser l’accès au numérique ?
  23. Primaire à gauche : ce que l’on sait des programmes des candidats
  24. Transition énergétique : ce que prévoient les candidats sur le volet financier
  25. Vieillissement : les candidats ne proposent rien de vraiment jeune
  26. Primaire de la droite et du centre : les fonctionnaires aux enchères ?
  27. Présidentielle : doit-on aller vers une laïcité de combat ?
  28. Logement : les programmes des candidats ne « cassent pas des briques »
  29. Présidentielle : faut-il supprimer des postes de fonctionnaires ?
  30. Nicolas Dupont-Aignan : « La France est en train de crever »
  31. Déserts médicaux : ce que proposent les candidats à la présidentielle
  32. « Les fonctionnaires en faveur de François Fillon parient qu’il ne tiendra pas ses promesses »
  33. Le comparatif des programmes des candidats à la primaire de droite
  34. Présidentielle : ce que propose Benoît Hamon pour rénover la démocratie
  35. Emmanuel Macron prescrit une cure de rigueur aux collectivités territoriales
  36. Revenu universel, réforme du RSA… Que proposent les candidats en matière de minima sociaux ?
  37. Comment relancer les investissements : les candidats répondent à la FNTP
  38. Le credo jacobin de Marine Le Pen
  39. Les candidats pas assez ambitieux pour la lutte contre la pauvreté selon les associations
  40. Alain Juppé, le Girondin
  41. François Fillon : les paradoxes d’un notable jacobin
  42. Jean-François Copé : « Fusionnons les départements et les régions »
  43. Présidentielles : l’environnement, ça commence à se défaire ?
  44. François Fillon : « Il faut réduire les effectifs dans la fonction publique »
  45. Alain Juppé : « Le statut de la fonction publique a ses raisons d’être »
  46. Nicolas Sarkozy : « Les fonctionnaires devront travailler davantage »
  47. Nathalie Kosciusko-Morizet : « Le statut du fonctionnaire n’a plus lieu d’être dans de nombreux domaines »
  48. Jean-Frédéric Poisson : « Mettons fin à la logique du déracinement en renforcant les départements »
  49. Bruno Le Maire : « Le statut de la fonction publique ne doit plus être la règle, mais l’exception »
  50. Jean-Luc Bennahmias : « l’accueil des migrants permettrait de repeupler les villages français »
  51. Pourquoi les élus à la culture demandent une reconfiguration de la Rue de Valois
  52. François de Rugy : « la décentralisation est le rendez-vous manqué de François Hollande »
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Déserts médicaux : ce que proposent les candidats à la présidentielle

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X