Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Responsabilité

Eboulements et de chutes de pierres : la jurisprudence encadre suffisamment

Publié le 18/11/2010 • Par Agathe Vovard • dans : Réponses ministérielles

Les contentieux en matière d'éboulements et de chutes de pierres sur le domaine ferroviaire ou autoroutier sont largement encadrés par la jurisprudence. Le ministère de l’Intérieur n’envisage pas d'introduire de dispositions législatives ou réglementaires particulières dans ce domaine.

Les dommages et accidents causés aux véhicules par les éboulements ou les chutes de pierres et de rochers relèvent des dommages de travaux publics (CAA Paris, 20 février 1990, « Sciluna »).

Lorsqu’une route est jugée exceptionnellement dangereuse, notamment en ce que sa conception ou sa situation exposent ses utilisateurs à des risques naturels d’une exceptionnelle gravité, la responsabilité de la collectivité propriétaire, à qui incombe la gestion et l’entretien de cet ouvrage, est engagée sur le terrain du risque, même en l’absence d’un défaut d’aménagement ou d’entretien normal (CE, 6 juillet 1973, « M. Dalleau »).

Deux critères

La jurisprudence retient deux critères pour apprécier le caractère exceptionnellement dangereux d’un ouvrage routier : la continuité du risque et la fréquence des accidents survenus par le passé. Toutefois, dans sa décision du 5 juin 1992 (« Mme Cala »), le Conseil d’Etat a précisé que la situation de dangerosité, qui se retrouve relativement fréquemment en certaines régions au relief accidenté, s’oppose à ce que les risques qui en découlent soient, malgré leur gravité, qualifiés d’exceptionnels. Il en résulte que les utilisateurs des routes de montagne doivent assumer une part de risque considérée comme « normale » (CAA Lyon, 30 janvier 1997, « Théraube »).

En ce qui concerne les routes sur lesquelles se sont produites des chutes de pierres, mais qui ne peuvent être qualifiées pour autant d’exceptionnellement dangereuses, l’indemnisation des dommages causés par ces chutes n’est accordée que si la collectivité mise en cause ne peut démontrer qu’elle a assuré un entretien normal de la voie. Le juge vérifie notamment la présence d’ouvrages destinés à parer ou à prévenir les chutes de pierre, tels que mur de soutènement, grilles ou filets, ainsi que la signalisation (CE, 1er décembre 1982, « M. Lebihan »). Toutefois, le coût élevé et la difficulté technique de l’édification de ces ouvrages peuvent exonérer la collectivité de l’obligation de mettre en place ces protections (CE, 20 mars 1987, « Cts Garzino »), notamment si la portion de route exposée à des risques de chutes de pierre s’avère particulièrement longue (CAA Lyon, 30 janvier 1997, « Théraube »). En revanche, la faute de la collectivité est reconnue en cas d’insuffisance ou du mauvais état d’entretien des ouvrages de prévention des éboulements (CAA Lyon, 8 mars 1993, « Département de la Savoie »).

Pouvoirs de police

La responsabilité de la commune peut également être recherchée au titre de la faute commise dans l’exercice de ses pouvoirs de police. En effet, le maire a pour mission « de prévenir, par des précautions convenables, et de faire cesser, par la distribution des secours nécessaires, les accidents et les fléaux calamiteux (…), les éboulements de terre ou de rochers, les avalanches et autres accidents naturels… » (art. 2212-2 (5°) du Code général des collectivités territoriales).

La méconnaissance de cette obligation est susceptible d’engager la responsabilité de la commune dès lors que le maire aurait commis, dans l’exercice de la police municipale, une faute caractérisée. Il importe de noter que la faute est écartée dès lors que le maire interdit la fréquentation de la zone dangereuse (CE, 25 novembre 1983, « Mme Sice »).

La commune peut, en outre, voir sa responsabilité recherchée au titre de son patrimoine immobilier privé (art. 1384 du Code civil). La responsabilité de la commune est alors identique à celle d’un propriétaire foncier, sous réserve que la cause du sinistre ne soit pas extérieure à l’immeuble. Dans ce cas, la souscription d’une police d’assurance peut également être envisagée.

La responsabilité d’une commune peut également être engagée par les usagers de ses voies de communication, lorsqu’un usager est victime d’une chute de pierres, sur le fondement de la théorie des dommages de travaux publics. Ces accidents ne donnent lieu à l’indemnisation des dommages que si la collectivité ne parvient pas à démontrer l’entretien normal de la voie. L’absence d’ouvrages destinés à parer ou à prévenir les chutes de pierres, tels que les murs de soutènement, grilles ou filets, ne suffit pas à établir le défaut d’entretien normal. Le coût élevé et la difficulté technique de l’édification de ces ouvrages peuvent, en effet, libérer l’administration de l’obligation de les mettre en place. La présence d’une signalisation appropriée fait partie des mesures d’entretien des voies de nature à exonérer le maître de l’ouvrage routier de sa responsabilité.

Enfin, en ce qui concerne la responsabilité pour des chutes de pierres ou des glissements de terrain concernant des ouvrages publics n’appartenant pas à la commune (autoroutes ou voies ferrées), ce sont les propriétaires de ces infrastructures qui voient éventuellement leur responsabilité engagée en cas d’accident. De ce fait, il appartient au gestionnaire de l’ouvrage de mettre en œuvre, en collaboration avec la commune, les mesures de précaution nécessaires. En cas d’accident causé par une chute de pierres, le maître de l’ouvrage ne peut s’exonérer de sa responsabilité en invoquant l’absence de mesure prise par le maire. Seules des circonstances assimilables à un événement de force majeure sont de nature à exonérer le propriétaire de sa responsabilité (CE, 26 novembre 1975, « Société coopérative départementale d’HLM de l’Ain » ; 4 juillet 1980, « commune de Laissey »).

Il apparaît donc que ce type de contentieux reste largement encadré par la jurisprudence.

A ce jour, il n’est pas envisagé d’introduire des dispositions législatives ou réglementaires particulières dans ce domaine.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Eboulements et de chutes de pierres : la jurisprudence encadre suffisamment

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X