Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

L’épargne brute des collectivités devrait bondir de 9,37 % en 2016

Publié le 16/02/2017 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, France

PHOTO - 10190106.BR.jpg
patricia marais
Contre toutes les prévisions, l’épargne brute serait restaurée en 2016, portée par une masse salariale jugulée à moins de 1 % de hausse et un léger dynamisme des recettes réelles de fonctionnement, selon les premiers chiffres de Bercy. En revanche, l’investissement ne reprend toujours pas.

 

Ces chiffres vont probablement être abondamment commentés dans les prochaines semaines : selon les premières estimations données mardi 14 février par le Secrétaire d’Etat chargé du Budget Christian Eckert en commission des finances de l’Assemblée nationale, la situation financière des collectivités locales s’est améliorée en 2016.Il a déclaré :

Même si les données peuvent encore évoluer, il apparaît que l’épargne brute de l’ensemble des collectivités a augmenté de 9,37 % par rapport à 2015.

Ce bond spectaculaire fait suite à un regain déjà observé en 2015 (+3,1 %), selon la note de conjoncture de la Banque postale de novembre 2016.

Masse salariale à +0,9 %

Ce « bon résultat, fruit d’une méthode exigeante pour tous » selon Christian Eckert s’explique par une hausse « historiquement faible » des dépenses réelles de fonctionnement limitée l’an dernier, à 0,77 %. Elles avaient déjà été à l’origine de l’amélioration des finances locales l’an dernier avec une augmentation modérée de 1,2 %.

Sur ce poste, l’action en faveur de la maîtrise des frais de personnel a été déterminante : alors que les élus locaux craignaient tous une hausse importante de la masse salariale, due notamment à la hausse du point d’indice, elle reste en fait en deçà de 1 % (0,9 %).

A contrario, les recettes réelles de fonctionnement (RRF) sont toujours restées dynamiques en 2016 à +1,97 %. Elles sont toutefois en net recul par rapport à 2015 qui avait vu les RRF progresser de 5,2 %, poussées notamment par les recettes fiscales. Mais la hausse des recettes observée l’an dernier reste deux fois plus forte que les dépenses, ce qui explique mécaniquement, le bond de l’épargne brute en 2016.

Contre toutes les prévisions

Ce résultat est une surprise. La Banque postale dans sa même note de conjoncture avait anticipé une baisse de 2,6 % de ce ratio comptable de base pour jauger l’état des finances des collectivités. Elle avait pronostiqué un recul observable « pour tous les niveau de collectivités » avec une conséquence immédiate sur le taux d’épargne brute susceptible d’impacter directement le niveau d’investissement local de 2017.

En dépit de cet avertissement, les prévisionnistes de la Banque avaient anticipé un possible ressaut de l’investissement de +1,3 %. C’est vraisemblablement le contraire qui s’est passé. Les premiers chiffres de Bercy indiquent une baisse des dépenses d’investissement hors remboursement de la dette de 2,29 %, confirmant ainsi les craintes de l’Assemblée des communautés de France lors de ses vœux fin janvier et qui s’apprête à publier une étude sur le sujet la semaine prochaine.

37,9 milliards de trésorerie

La restauration de l’épargne brute et les efforts financiers consentis par les collectivités sont donc susceptibles, encore une fois, d’avoir nourri l’épargne de précaution. Selon Christian Eckert, les dépôts en trésorerie « atteignent 37,9 milliards d’euros contre 35 l’an dernier », un montant qui avait fait dire à l’époque au secrétaire d’Etat que les collectivités pouvaient supporter une troisième baisse des dotations de 3,6 milliards d’euros. Il n’avait pas été écouté par François Hollande qui a préféré finalement  réduire la facture de plus d’un milliard d’euros.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’épargne brute des collectivités devrait bondir de 9,37 % en 2016

Votre e-mail ne sera pas publié

pov citoyen

17/02/2017 07h58

Si tout cela se confirme, on pourra dire que le lobby des CL a « bien mené sa barque » et a berné tout le monde sur le plan médiatique, Mrs Barouin et Bussereau en tête. Rien n’avance sans un peu de pression, mais les partisans du millefeuille ont la dent dure et des moyens (les vôtres…) très importants à dépenser pour résister aux évolutions de notre époque. Pourquoi? Pour le bien des citoyens? Que neni, pour défendre leurs privilèges de nantis plutôt. Reste à régler les problèmes d’enrichissements personnels de ces gens là; inutile de vous faire un dessin.

jo

17/02/2017 09h53

Tout à fait d’accord sur une partie de cette affirmation… qui peut concerner 2 000 communes en France. Pour les autres communes, il n’y a rien à faire sur les charges de personnel qui sont déjà réduites au strict minimum. En outre au regard de leurs faibles effectifs, il n’y a rien à réorganiser en interne. Ainsi, beaucoup de mairie n’ont plus les moyens aujourd’hui d’entretenir leurs routes ou leurs bâtiments du fait des baisses des dotations. Comment respecter les nombreuses exigences réglementaires (open data, contrôles règlementaires…) alors qu’il n’y a pas moyen de répondre au strict nécessaire ? J’encourage les ruraux à acheter des tout terrains pour rouler sur les routes du futur.

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X