Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme des retraites

Fin de la grève des cantines à Marseille

Publié le 18/11/2010 • Par Emmanuelle Quémard • dans : Régions

Au terme de 53 jours de débrayages quotidiens, les « tatas » ont repris le travail après la promesse d’une prochaine rencontre avec le DGS de la ville.

Lancée le 23 septembre 2010, la grève du personnel des cantines marseillaises s’est achevée le 15 novembre avec la promesse par le DGS de la ville, Jean-Claude Gondard, de recevoir prochainement une délégation de l’intersyndicale (CGT, CFDT, SDU 13 FSU, CFTC, UNSA) qui conduisait le mouvement.
Un mouvement porté par la contestation nationale de la réforme des retraites, mais également par des revendications plus locales, les «tatas», comme les appellent les affectueusement les petits marseillais, exigeant que la ville reconnaisse la pénibilité de leur métier et mette en place un plan d’évolution des carrières.

Pendant les 53 jours du conflit, les grévistes avaient également constamment réclamé une rencontre avec Jean-Claude Gaudin, mais le maire (UMP) de Marseille avait fait savoir par voie de presse qu’il ne recevait personnellement que le syndicat majoritaire chez les territoriaux, à savoir Force ouvrière.

Le malaise persiste
En dépit de l’absence de FO dans ce mouvement, la grève a été bien suivie dans les 450 cantines de la ville, puisque les repas chauds habituellement proposés aux 21.000 demi-pensionnaires du territoire communal n’ont pu être servis, certains jours, que dans la moitié des établissements.
Dans les écoles les plus touchées par les débrayages « perlés » (une à deux heures de grève par jour au moment du déjeuner) la municipalité avait dû mettre en place un système de portage de paniers « pique-nique ».

A l’heure de la reprise du travail, le 15 novembre, l’intersyndicale estimait que la « suspension du mouvement » était destinée « à favoriser le dialogue social », mais que le « malaise persiste » au sein du service.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Fin de la grève des cantines à Marseille

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X