Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Organisation du travail

Les grandes régions s’adaptent après la fusion

Publié le 22/02/2017 • Par Solange Fréminville • dans : France

Salle de conference
Foter.com / CC0
La fusion des régions a éparpillé les équipes sur des sites éloignés de 100 à 300 kilomètres. Les déplacements des agents ont fortement augmenté. Les méthodes et les conditions de travail s’en trouvent bouleversées.

Les sept nouvelles régions tâtonnent à la recherche des meilleurs moyens pour favoriser le travail collectif de leurs équipes réparties sur deux ou trois sites parfois distants de 100 à 300 kilomètres. Sans que cela grève leur budget de fonctionnement et dégrade les conditions de travail. Les déplacements sont en forte hausse. Même en Bourgogne – Franche-Comté (4 100 agents), où l’éloignement entre les deux sites est le plus faible (un peu moins de 100 kilomètres) et où des points de rencontre à mi-chemin, dans des lycées, ont été rapidement utilisés, la mobilité s’est intensifiée.

Déplacements multipliés

« Les trajets en voiture avec notre parc automobile ont augmenté de 10 %, ce qui représente environ 200 000 kilomètres en plus. Et les déplacements en train ont été multipliés par trois ou quatre entre Dijon et Besançon », note Valérie Chatel, directrice générale des services (DGS) de la région Bourgogne – Franche-Comté. Difficile de faire autrement quand les agents doivent participer à des journées de rencontre entre équipes, à de multiples réunions de travail, ou encore contribuer à des assemblées plénières. Mis à part la Normandie (5 000 agents), qui a fait le choix ...

Article réservé aux abonnés Gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Les grandes régions s’adaptent après la fusion

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X