Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Bibliothèques

Présidentielle 2017 : premières escarmouches sur les horaires des bibliothèques

Publié le 14/02/2017 • Par Hélène Girard • dans : France

bibliotheque-une
Flickr CC by Yuri Levchenko
Deux candidats à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon se sont publiquement exprimés sur l’élargissement des horaires des bibliothèques. Un débat qui pourrait bien gagner en force dans la campagne présidentielle, mais pour lequel, à ce stade, les protagonistes manquent de vision.

« Une bibliothèque qui est fermée tous les week-ends et qui est fermée après 18 heures, c’est une bibliothèque où un jeune, un lycéen, un étudiant ne peut pas aller. C’est une vraie inégalité parce que c’est le plus modeste qui en a besoin », a plaidé l’ex-ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle, lors d’une intervention sur France Culture le 27 janvier 2017.

« Toutes les bibliothèques de France »

Le président du mouvement « En marche » promet donc de faire en sorte que « toutes les bibliothèques de France » soient ouvertes « en soirée, le week-end ». Mais sans préciser ses intentions quant aux mesures qu’il entendrait prendre pour inciter « toutes » les collectivités parvenir à de telles plages d’ouverture.

Le projet d’Emmanuel Macron a suscité les sarcasmes de Jean-Luc Mélanchon, le candidat de la France insoumise. Lors de son meeting à Lyon, le 5 février, le député européen a rappelé à son concurrent que « le dimanche, il y a des bibliothécaires dans les bibliothèques, et que s’il n’y a pas de bibliothécaires, il n’y a pas de bibliothèques. »

Un raccourci, qui, en fait, pointe la dimension « RH » de la problématique des horaires : trouver suffisamment des professionnels volontaires pour travailler selon les contreparties proposées par la collectivité. Faute de quoi il s’agirait d’ouvrir l’équipement sans véritable offre de service.

En tout état de cause, pour le fondateur du Parti de gauche, ouvrir ce débat, « c’est juste pour aller faire bosser les gens le dimanche ». Et de souligner que les bibliothèques sont déjà ouvertes le samedi…

Bibliothèque des Champs libres, à Rennes, Cycle « A vous de jouer », janvier 2014, CC BY SA 2.0

Bibliothèque des Champs libres, à Rennes, Cycle « A vous de jouer », janvier 2014, CC BY SA 2.0

Démarche de longue haleine

Force est de constater qu’à ce stade, le débat sur l’élargissement des horaires manque de recul. Sachant qu’ouvrir plus une bibliothèque est une démarche de longue haleine, qui nécessite étude préalable des besoins de la population, une évaluation financière, un processus de négociations sur les contreparties, et un management permettant d’impliquer les agents dans un projet de service. Difficile, donc, d’imaginer une généralisation de l’ouverture le soir et le weekend, sauf à ce que les collectivités disposent de très confortables moyens financiers.

« Ubérisation » ?

Le récent réveil des tensions latentes au sein des bibliothèques parisiennes qui ouvrent le dimanche illustre toute la difficulté du sujet. Comme le relatent nos confrères d’Actualitté, le recours aux étudiants vacataires pour ouvrir certaines bibliothèques parisiennes le dimanche hérisse nombre de professionnels, qui y voient « un “mouvement d’uberisation généralisé” dans les bibliothèques, et ailleurs dans les établissements publics », selon les termes d’un bibliothécaire parisien.

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Présidentielle 2017 : premières escarmouches sur les horaires des bibliothèques

Votre e-mail ne sera pas publié

theodore

14/02/2017 11h47

les horaires d’ouverture sont lié aux frais (de chauffage, salaires …..) , avec des « cathédrales » d’architectes avec une hauteur de plafond de 3 4 5 6 mètres il est évident que les charges sont élevées.

medicis

15/02/2017 09h13

bonjour
il faudrait informer les citoyens que les bibliothèques d’universités sont financés par les impôts en partie (terrain, bâtiment, recherches, fonds, salaires … etc …)

il est possible de consulter sur site les documents pour les habitants, les travailleurs, les citoyens

très peu de personnes voisins de telle bibliothèque ni rentre jamais par peur

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X