Lagazette.fr

Publicité


0

Commentaire

Réagir
Imprimer

Education

Scolarisation dans une autre commune : l’arbitrage du préfet peut être demandé

Publié le 17/11/2010 • Par Agathe Vovard • dans : Réponses ministérielles

Imprimer

0

Commentaire

Réagir

Un enfant qui change de commune de résidence peut continuer son cycle dans l'école de son ancienne commune, la nouvelle commune de résidence étant tenue de participer financièrement à cette scolarisation hors de son territoire. Mais en cas de contestation sur le bien fondé de cette participation financière, le maire peut demander au préfet de statuer, ce que ce dernier fait au cas par cas, après avis de l'inspecteur d'académie.

 

Conformément aux dispositions de l’article L.131-5 du Code de l’éducation, « chaque enfant est inscrit soit dans la commune où ses parents ont une résidence, soit dans celle du domicile de la personne qui en a la garde ». Dès lors, lorsqu’une famille déménage, les enfants sont de droit scolarisés dans leur nouvelle commune de résidence.

Cependant, en application de l’article L.212-8, « la scolarisation d’un enfant dans une école d’une commune autre que celle de sa résidence ne peut être remise en cause par l’une ou l’autre d’entre elles avant le terme soit de la formation préélémentaire, soit de la scolarité primaire de cet enfant commencées ou poursuivies durant l’année scolaire précédente dans un établissement du même cycle de la commune d’accueil. » Un enfant qui change de commune de résidence peut donc continuer son cycle dans l’école de son ancienne commune, la nouvelle commune de résidence étant tenue de participer financièrement à cette scolarisation hors de son territoire puisque celle-ci était initialement justifiée.

Equilibre entre les droits des parents et des élèves et les intérêts des communes

Avec ce dispositif, qui s’inscrit dans l’ensemble des limites posées à la scolarisation d’un enfant en dehors de sa commune de résidence, le législateur s’est efforcé d’établir un équilibre entre, d’une part, les droits des parents et des élèves et, d’autre part, les intérêts des communes. Néanmoins, des dérives potentielles ne peuvent pas être totalement exclues.

En cas de contestation du maire de la commune de résidence sur le bien fondé de la participation financière de sa commune à la scolarisation dans une autre commune d’un enfant résidant sur son territoire, l’arbitrage du préfet peut être demandé. Le préfet statue, au cas par cas, après avis de l’inspecteur d’académie, directeur des services départementaux de l’éducation nationale.

Haut de page

Imprimer

0

Commentaire

Réagir
Publicité

Liens sponsorisés

Tous les fournisseurs

Publicité

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.