En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Finances

 

Réagir

Fiscalité locale

Comment régler les difficultés entre EPCI et acteurs économiques concernant la cotisation foncière des entreprises ?

Publié le • Par • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles finances • Club : Club finances

0

Commentaire

Réagir
 

La suppression de l’envoi papier des avis de cotisation foncière des entreprises (CFE) et/ou d’imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux (IFER) est prévue à l’article L. 253 du Livre des procédures fiscales. Elle est désormais généralisée à toutes les entreprises. Par ailleurs, les redevables ont aussi l’obligation de recourir à un moyen de paiement dématérialisé (paiement direct en ligne, prélèvement à l’échéance ou mensuel) en matière de CFE et/ou d’IFER.

Afin d’informer et d’accompagner les usagers sur ces modalités, la direction générale des finances publiques communique largement auprès des usagers professionnels à l’approche de chaque échéance de consultation et de paiement en ligne. Ainsi, différents vecteurs de communication sont utilisés : communiqué de presse, messages d’information sur le site impots.gouv.fr, sensibilisation de certains relais professionnels (organismes agréés, CCI, experts comptables…), envois de courriels aux usagers ayant communiqué une adresse de messagerie.

Par ailleurs, début 2016, un courrier de relance amiable a été expédié à toutes les entreprises qui n’avaient effectué aucun paiement à l’échéance de la CFE 2015 au 15 décembre 2015. Ce courrier invitait les entreprises concernées à régulariser leur situation sans leur imposer aucune majoration de retard. Les sanctions encourues par les redevables n’ayant pas acquitté leur cotisation sont la majoration de 5 % (articles 1731 et 1731 B) et l’intérêt de retard de 0,4 % par mois (article 1727 du code général des impôts).

Ces sanctions n’ont été appliquées qu’aux entreprises n’ayant pas répondu à la première relance amiable. Ces dernières en ont été informées par une nouvelle relance adressée en mars 2016. La situation des redevables qui auraient pu rencontrer des difficultés pour accéder à leur avis d’imposition en ligne est toutefois examinée avec mansuétude par les services des impôts des entreprises.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.

 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X