TRANSPORTS

Achat de bus propres : comment les collectivités élaborent leur stratégie

Par • Club : Club Techni.Cités

Bluebus

L'article 37 de la loi sur la transition énergétique impose aux autorités organisatrices (AO) de renouveler leur flotte avec des « bus propres » à hauteur de 50 % en 2020, et 100 % en 2025. Le décret qui définit ces véhicules est paru le 12 janvier dernier. Parmi celles proposées par le décret, quelles sont les motorisations choisies par les collectivités ? Quelles feuilles de route se dessinent ? Face à la réalité du marché des bus, l'échéance de 2020 semble très (trop) proche pour certaines AO.

cet article fait partie du dossier

Bus propres : en avant toute !

 

Dans son agenda des mobilités actives adopté fin 2016, la métropole Aix-Marseille-Provence a fixé sa feuille de route : 15 % de bus propres seront en circulation en 2020 et 50 % en 2025. Circulation et non renouvellement : nuance. « Une stratégie mieux-disante que le décret », se félicite Jean-Pierre Serrus, vice-président chargé de la mobilité, des transports et des déplacements.

C’est un « mix » électricité-biogaz qui est visé pour la partie dense du territoire. Une ligne 100 % électrique est en expérimentation dans Marseille depuis juin 2016 : « La recharge se fait la nuit au dépôt. Nous avons 36 dépôts de bus pour 1800 bus et cars ; il faudra les équiper en électricité ou en recharge au gaz ».

Pas simple : un dépôt de bus 100 % électrique nécessite la même puissance que les deux lignes de métro ! « Nous allons aussi tester des bus hybrides dans les territoires non denses de notre vaste métropole. Et nous expérimentons des autocars au GNV du constructeur Scania sur des lignes interurbaines. La métropole prévoit de produire du biogaz à partir des ordures ménagères ou des stations d’épuration ».

Sur ce point, le planning est un peu flou. « Nous affinerons notre stratégie en fonction des expérimentations », poursuit l’élu marseillais, qui indique avoir des échanges sur ce sujet avec le Groupement des autorités responsables de transport (GART) ou encore Toulouse métropole.

Les fournisseurs de gaz seront-ils en mesure de répondre aux besoins de biogaz des grandes agglos à l’horizon 2020 ? « Ils nous assurent que oui », répond Tanguy Bouton, chargé d’affaires transition énergétique bus et cars chez Transdev.

Le surcoût encore élevé de l’électrique

Pour Tanguy Bouton, le choix des motorisations dépend des ressources énergétiques des territoires… et des desiderata politiques. Il y a dans tous les cas un surcoût. Celui-ci est toutefois plus marqué pour les bus électriques, « parce que s’ajoute le coût élevé de la batterie, qui se loue ou s’achète, selon les modèles. Mais les prix sont amenés à baisser ».

Le gaz, lui, n’a plus à faire ses preuves : « La technologie est mature et l’offre industrielle très fournie », selon Marie-Claude Dupuis, directrice du département matériel roulant bus de la RATP (voir plus bas). Ce n’est pas le cas de l’électrique : d’où le choix prudent des AO de passer par des expérimentations de différents matériels. Ainsi, la RATP fait un essai du Bluebus de Bolloré sur la ligne 100 % électrique qu’elle a ouverte en 2016. « Nous avons aussi testé d’autres véhicules prêtés par des constructeurs : Irizar, Solaris, Dietrich Carebus-Yutong ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Gazette des communes
  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Dossier
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Le télétravail des encadrants : souplesse ou fil à la patte ?

    Comment combiner télétravail et encadrement ? Autant tenter le mariage de la carpe et du lapin penseront certains… Depuis le décret du 11 février 2016, le télétravail est souvent associé au bien-être, à la réduction de l’ardoise carbone, à la mise en ...

  • L’actu juridique de la semaine

    Notre sélection de textes officiels, jurisprudences et réponses ministérielles intéressant les cadres de la filière technique, publiées par le Club Techni.Cités et sur Lagazette.fr entre le 13 et le 19 octobre 2017. ...

  • Le mobilier urbain réinvestit les villes

    Alors que les villes ont limité le recours au mobilier urbain destiné à la détente et au confort ces dernières décennies, il semblerait que le marché reparte à la hausse, porté par la dynamique de la piétonisation des centres villes. ...

  • A Belfort, on utilise les bennes à ordures pour relever les compteurs d’eau

    Pour assurer la collecte automatisée des compteurs d’eau, le Grand Belfort a fait un choix original : en substitution d’un réseau fixe, il a équipé ses bennes à ordures ménagères de concentrateurs. ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X