En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club RH

1

Commentaire

Réagir

Déontologie

La fonction de référent déontologue serait élargie à toutes les catégories

Publié le • Mis à jour le • Par • dans : France, Toute l'actu RH • Club : Club RH

1

Commentaire

Réagir

© hofred - Fotolia

Le Conseil commun de la fonction publique s'est prononcé ce mardi 31 janvier 2017 en faveur de deux projets de décrets pris en application de la Loi déontologie. Le premier concernant les référents déontologues a été modifié pour que toutes les catégories puissent prétendre à cette mission. Le second sur les mandats de gestion a également été adopté après une modification à la marge.

 

Selon nos informations, le projet de décret relatif à la création de la fonction de référent déontologue a été modifié au Conseil commun de la fonction publique, réuni en séance plénière du 31 janvier 2017. A l’origine, seuls les agents de catégories A et A+ pouvaient être missionnés. C’est désormais ouvert aux agents de catégorie B et C, FA-FPT et Unsa territoriaux en ayant fait la demande.

En revanche, les suggestions visant à ce qu’un comité technique participe au choix du référent, que celui soit formé/accompagné et qu’il soit soit protégé par le statut, n’ont pas été retenus par le gouvernement. Néanmoins, une circulaire pourrait préciser certains de ces paramètres, notamment le volume horaires qui pourra être dédié à cette tâche.

Le projet de décret relatif à la gestion des instruments financiers (patrimoine personnel ou familial) détenus par les agents occupant certains emplois civils permanents a lui aussi été corrigé via un amendement des employeurs.

Lesquels souhaitaient que les DG des services de régions ne soient plus concernés par les dispositions du texte, à côté des directeurs de caisses de crédit municipal de communes de plus de 400 000 habitants et des emplois de secrétaire général et secrétaire général adjoint, des directeurs en charge des finances et des achats et enfin du directeur du crédit municipal de la Ville de Paris.

Le mandat de gestion, en trois points

  1. Ce que prévoit la loi déontologie. Elle rappelle le principe de la libre gestion du patrimoine personnel ou familial des fonctionnaires. Toutefois, elle prévoit que les agents « particulièrement exposés » doivent prendre toutes mesures utiles, dans les deux mois qui suivent leur prise de fonction, à peine de nullité de leur nomination, pour que leurs instruments financiers soient gérés pendant la durée de leurs fonctions dans des conditions excluant tout droit de regard de leur part.
  2. L’utilité d’un mandat de gestion. Il vise à protéger de tout soupçon toute personne exposée à un risque de conflit d’intérêts et intervenant personnellement dans le domaine économique.
  3. Ce que prévoit le projet de texte d’application. En plus de notifier le périmètre, il est précisé ce que recouvrent les notions de gestion sans droit de regard au sens des dispositions du code monétaire et financier. Il est par ailleurs rappelé que le mandat de gestion « dessaisit l’agent de toute possibilité de donner directement ou indirectement et par quelque moyen que ce soit des instructions d’achat ou de vente à son mandataire », indique le rapport de présentation du texte au CCFP.

Haut de page

1

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés Fonction publiqueFonction publique territoriale

1 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. 1. Toujours pareil 01/02/2017, 09h38

    Si les termes de cet article sont conformes aux propos tenus par les uns et par les autres, encore une fois les représentants des élus font tout pour museler la mise en place d'une action innovante.

    Qui sera le fonctionnaire (non protégé) ayant une attitude non bienveillante auprès de son directeur général pour l'inviter à corriger une anomalie?

    Les élus s'inquiètent toujours plus du manque de civisme des citoyens qui ne vont plus voter. Ils devraient plutôt s'interroger sur leurs pratiques pour les modifier et redonner le sens d'intérêt général attendu.
    Le spectacle actuel avec l'acharnement médiatique concernant un élu se présentant à l'élection présidentiel est bien le signe qu'il faut réformer profondément notre système.

    Il me semble que la Constitution dit que les élus sont responsables de leurs actions devant le Peuple et que ce dernier a un droit de regard.
    Comment le Peuple peut-il exercer ce droit alors que tout est fait pour lui cacher les actions des élus; notamment celles les concernant directement?

    Les élus ont fait le choix d'être exposés sur la place publique. Ils faut qu'ils assument ce choix en faisant preuve de transparence.

    Pour en revenir à cet article, le problème est le même.

  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.