Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Lutte contre le chômage

Des aides à la mobilité pour remettre les plus précaires sur le chemin de l’emploi

Publié le 31/01/2017 • Par Adeline Farge • dans : France

conseil mobilité
Ademe
Pour les exclus de la mobilité, l’accès à une vie sociale et professionnelle est difficile. Sur les territoires, des solutions alternatives au permis de conduire émergent pour faciliter les déplacements et, par ricochet, le retour vers l’emploi.

Sans mobilité, la route vers l’emploi est semé d’embûches. Selon une enquête du Laboratoire de la mobilité inclusive, parue le 18 janvier 2017, pas moins de 23% des sondés ont déjà refusé un travail ou une formation, faute de pouvoir s’y rendre. « C’est une erreur de croire que les moyens de transports sont accessibles à tous. Aujourd’hui, 7 millions de Français en âge de travailler sont confrontés à des difficultés de mobilité au quotidien. C’est le premier frein à l’insertion professionnelle », déplore Florence Gilbert, présidente du laboratoire de la mobilité inclusive.

A lire aussi

  • La mobilité inclusive veut être prise en compte dans les politiques de transports

Parmi les exclus de la mobilité figurent notamment les jeunes de 18-24 ans et les personnes fragiles vivant avec moins de 1.000 euros par mois. « Les publics précaires habitent souvent dans des logements sociaux, situés dans des quartiers excentrés et qui ne sont pas bien desservis par les transports collectifs. Ils ont donc ...

Article réservé aux abonnés gazette

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Des aides à la mobilité pour remettre les plus précaires sur le chemin de l’emploi

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement