Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Pionnière, Rennes fait le pari du retour sur investissement

Publié le 08/11/2010 • Par Xavier Debontride • dans : Régions

L'agglo et la ville libèrent gratuitement leurs données et lancent un concours d'idées. Avec la certitude de renforcer leur image.
Xavier Crouan, directeur de l’information et de l’innovation numérique de Rennes et sa communauté d’agglomération, et Karine Sabatier, directrice de la cantine numérique rennaise

Xavier Crouan, directeur de l’information et de l’innovation numérique de Rennes et sa communauté d’agglomération, et Karine Sabatier, directrice de la cantine numérique rennaise

Rennes, ville numérique ? A bien des égards, la capitale bretonne apparaît comme un territoire d’expérimentation privilégié. Et ce n’est évidemment pas un hasard si la ville et la communauté d’agglomération ont reçu, le 14 octobre, le Trophée européen de l’e-démocratie pour leur démarche d’ouverture des données publiques. Rennes et Rennes métropole sont en effet les premières en France à avoir initié une mise à disposition gratuite des données. Afin d’encourager la création de services innovants à partir de celles-ci, elles ont également lancé un concours d’idées (www.data.rennes-metropole.fr) doté de 50 000 euros.

Audacieux et pragmatique
A la base de notre démarche, il y a la conviction que l’intelligence ne se trouve pas uniquement dans les institutions, mais aussi chez les étudiants, les développeurs, les entreprises, etc., souligne Xavier Crouan, directeur de l’information et de l’innovation numérique de la ville et sa communauté d’agglomération. Pas question, pour autant, de foncer tête baissée : Il faut être à la fois audacieux et pragmatique, et ne pas vouloir libérer 100 % des données immédiatement, conseille-t-il.

Une telle démarche soulève en effet de nombreuses questions d’ordre juridique et économique. Celle de la propriété des données est au cœur du sujet. Toutes les informations relevant d’une délégation de service public (DSP) appartiennent à la collectivité. C’est le cas, ici, des données de transports (bus et métro), libérées par le groupe Keolis. Les données du cadastre, en revanche, appartiennent à l’Etat.
Sur le plan juridique, nous travaillons avec l’Agence du patrimoine immatériel de l’Etat, dans le cadre de la loi du 17 juillet 1978. Pour chaque type de données, une analyse est effectuée afin de savoir qui en est effectivement propriétaire. Nous ne pourrions pas mettre à disposition des informations qui ne nous appartiennent pas sans l’accord de leur propriétaire, poursuit Xavier Crouan. Les retombées économiques d’une telle initiative demeurent pour l’instant difficiles à mesurer.

A Rennes, pourtant, les porteurs du projet misent sur un réel retour sur investissement, en raison de l’engouement croissant pour les services géolocalisés accessibles par mobile. Des exemples étrangers, notamment celui de la ville de Londres, montrent que la libération des données numériques s’accompagne automatiquement d’une réelle dynamique entrepreneuriale autour de la création de services à valeur ajoutée.
Et l’image positive initiée par ce mouvement profite à plein au territoire. Rennes est ainsi très bien classé par les étudiants du programme Erasmus, qui en apprécient à la fois la qualité de vie urbaine et la dynamique autour des services numériques, note Xavier Crouan. Selon lui, les retombées économiques indirectes sont multiples. Ces nouveaux services facilitent la vie quotidienne des habitants et peuvent améliorer l’accessibilité du territoire, notamment en direction des personnes à mobilité réduite.

Pépinière d’idées
Véritable laboratoire à l’échelle nationale, Rennes a bien conscience que les résultats de son concours d’idées seront particulièrement commentés. Très active, la communauté de développeurs rennais, qui dispose depuis quelques jours d’une « cantine numérique », fourmille d’idées pour inventer de nouveaux usages (lire le témoignage ci-contre). La diffusion spectaculaire des smartphones devrait contribuer à accélérer leur appropriation. Un seul exemple : l’application « Vélo Rennes », accessible gratuitement sur Iphone, permet de calculer un itinéraire et de connaître, en temps réel, la disponibilité des vélos en libre service des différentes stations de la ville. C’est l’exploitant Keolis Rennes, propriétaire de ces données, qui les a libérées il y a déjà plusieurs mois. Pour le plus grand bonheur des cyclistes connectés !

« S’appuyer sur la vitalité du tissu associatif local »

Karine Sabatier, directrice de la cantine numérique rennaise (lieu de rencontre et de mise en réseau des acteurs du numérique)

La démarche rennaise d’open data est un grand pas en avant dans la citoyenneté numérique, à la fois courageuse et innovante. La thématique éditoriale de la cantine numérique, qui vient d’ouvrir ses portes, est le participatif à l’échelle de la métropole. Nous sommes au cœur de la problématique ! Nous souhaitons inviter les communautés de développeurs à se rapprocher, en nous appuyant sur la vitalité du tissu associatif rennais. Il s’agit d’être un lieu d’échanges, de frottements, de confrontations d’idées. Nous souhaitons apporter un double éclairage sur ces questions de partage des données : technique, pour aider les communautés à s’emparer du sujet, mais aussi grand public et citoyen pour donner la parole aux usagers et recueillir leurs attentes par rapport à des applications innovantes, en s’affranchissant de toute contrainte a priori.

Cet article est en relation avec le dossier

Régions

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Pionnière, Rennes fait le pari du retour sur investissement

Votre e-mail ne sera pas publié

Frédéric CHARLES (Green SI)

13/11/2010 11h34

Le pari est risqué mais jouable pour des villes qui auront la volonté politique et la taille de population (et la densité) pour rentabiliser les services.
Article sur l’impact SI sur www.greensi.fr

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X